Angélica Liddell, De la représentation à l’exposition de soi

« Je ne cherche pas à être originale ou d’avant-garde. Non, pas du tout. Je cherche à être profondément influencée et la plus antique possible. »

Dans cet entretien se déroulant le jour de la dernière de ¿Qué haré yo con esta espada?, Angélica Liddell revient longuement sur l’importance de l’écriture à ses yeux et son exigence de rigueur esthétique. Elle aborde ses principales influences, son rapport au monde et à sa violence. Loin de toute provocation, elle évoque notre être primitif, la relative capacité à l’étonnement de nos sociétés et son souhait d’amour.

Couverture du livre d'Angélica LiddellExtrait

« Angélica Liddell. Il est possible de constater un dilemme entre la vie et le théâtre, l’un faisant perdre le sens de l’autre. Et je me demande parfois s’il n’aurait pas mieux valu vivre la vraie vie plutôt que le théâtre.
C’est une question qui angoissa beaucoup Mishima, toute sa vie, non pas par rapport au théâtre mais par rapport à l’écriture et à l’art. En ce sens je m’identifie beaucoup à Mishima, avec ce dilemme entre la parole et l’action. Que faire : prendre la plume ou l’épée ? Écrire que tu te suicides ou te suicider ? L’unique solution qu’il trouva fut de lever une armée et d’en finir avec sa propre vie, plaçant son œuvre dans un acte véritable, la parole dans l’action. Cela fait partie de mon angoisse, cette double vie, le théâtre, la véritable vie, la parole, les actes… Tout cela m’inquiète beaucoup, continuellement.
Laure Adler. Qui êtes-vous sur le plateau, quand vous arrivez au début de et que vous vous mettez face à nous pour soulever votre robe lamée d’or : une comédienne qui exécute un scénario que vous avez vous-même écrit ou s’agit-il d’un pan réel de votre personnalité ?
Angélica Liddell. De toute évidence c’est cette dernière réponse qui est juste. Je pars toujours de la réalité, de mon intimité avec mes instincts. C’est le point de départ, je ne peux pas me passer du réel pour construire le poème. Je travaille sans distance, comme Emily Dickinson, il n’y a pas de distance entre ce que je souhaite dire et la réalité. Mais il est vrai que c’est compatible avec une construction esthétique disciplinée, précise et organisée. Dans cette dualité se produit la création scénique : dans un premier temps, je descends jusqu’aux tréfonds de la conscience pour, ensuite, transformer cela en acte poétique.
Parce qu’au final n’existe que le moi. Je crois me rappeler avoir lu une critique affirmant que je n’arrêtais pas de dire «  Moi, moi, moi ». Mais, clairement, je ne peux pas être quelqu’un d’autre !
Pourtant, je suis aussi faite de la même matière que les autres. Je ne crois pas être vraiment différente. À l’époque de la collectivisation, de la masse indifférenciée, c’est le « moi » qui est important, au-delà de tout. Seul le « moi » peut apporter un peu de lumière, non ?
Laure Adler. Vous avez cité Mishima. Est-ce qu’Artaud fait aussi partie de vos influences ?
Angélica Liddell. Pas plus que cela. J’ai découvert Artaud au fur et à mesure qu’on me comparait à lui, même si c’est une personne que j’ai étudiée, jeune, à l’école d’art dramatique. J’ai été plus influencée par tout ce qui est étranger au théâtre. Mon influence esthétique principale est la peinture.
J’ai commencé à être comparée à Artaud ici en France, on me disait « Tu es comme Artaud », « Quand on te voit, on croit voir Artaud »… Alors que je travaillais depuis bien des années en Espagne. Mais en Espagne, Artaud est plutôt dans le placard à balais. C’est comme s’il n’existait pas, il n’est pas considéré. Je me suis rapprochée peu à peu de lui surtout grâce à ses lettres. Ce sont les lettres d’amour à Genica Athanasiou qui m’ont le plus touchée. Je le comprenais à travers ces lettres, c’est une personne qui m’émeut énormément. Mais je ne reconnais pas son influence dans mon travail, j’ai d’autres influences.
On ne peut pas vouloir être Artaud, dire « Je veux être Artaud ». C’est impossible. Artaud est, il n’est pas un désir d’être, une influence. »

Éléments biographiques

Angélica Liddell est une artiste espagnole multidisciplinaire tout à la fois auteure, metteuse en scène, scénographe, comédienne et performeuse. Diplômée d’une licence en psychologie et d’arts dramatiques, elle entre en 1993 dans le monde du théâtre par le biais de sa compagnie, Atra Billis.
Son répertoire, très fourni depuis 2009, contient des pièces à l’impact puissant et furieux, véritable incarnation de sa souffrance intérieure face à la brutalité d’un monde régi par les aspects sombres de l’être humain. Plusieurs fois venue présenter son travail au Festival d’Avignon, elle nous revient en 2016 avec ¿Qué haré yo con esta espada?, matérialisation de son trouble et de l’horreur face aux attentats du 13 novembre 2015 en France.

En savoir plus

Auteur : Angélica Liddell
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon Collection : Entre-Vues
Edition bilingue français/espagnol
Série : Leçons
Pages : 68
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-056-2

Sur le web

Critique de son spectacle Genesis 6, 6-7 sur le site de la revue Inferno (16 janvier 2018)
¿Por qué dejamos marchar a Angélica Liddell? (El País, 29 mai 2018, Raquel Vidales)
Présentation de son livre Via lucis, sur le site de l’éditeur Les Solitaires intempestifs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.