Ex ducere, un livre d’Alexis et Firmin Grüss

Ce Carnet débute on ne peut mieux, en annonçant une très prochaine parution, emblématique de la curiosité et de la volonté de partage qui animent les EUA. En effet le 19 décembre sera mis en vente le nouveau livre d’Alexis et Firmin Grüss. Nous vous proposons la présentation rédigée par Natalie Petiteau, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon.

Ex ducere, un livre pour construire

Couverture d'Ex ducereÀ l’heure où les polémiques se multiplient autour du cirque en raison des accusations portées par les défenseurs des animaux, le grand public a oublié les origines strictement équestres du cirque. Dans sa dimension originelle, le cirque n’emploie que des chevaux, voués, aujourd’hui encore, à travailler non seulement dans le cadre des loisirs humains (centres équestres, randonnées), mais aussi de certaines fonctions de protection (gendarmes à cheval, gardes forestiers à cheval, etc) et de compétitions sportives. Vouloir bannir les chevaux des cirques, en voulant supprimer systématiquement les cirques avec animaux, c’est donc vouloir détruire une tradition qui pourtant n’est porteuse d’aucune maltraitance envers des équidés habitués depuis des millénaires à travailler avec les humains. Il est vrai que leurs conditions de vie et de travail dépendent de la qualification des hommes et des femmes qui les encadrent : il y a des savoirs essentiels en la matière, et n’est pas écuyer respectable qui veut. Il appartient donc aujourd’hui au monde scientifique de remettre ce sujet en perpective afin d’aider à comprendre ce que sont les établissements circassiens dignes de ce nom. C’est ainsi qu’il deviendra possible de préserver un patrimoine qui se place au même rang que l’équitation de tradition française, inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2011.

Crédit photo : Time to film

En matière de savoir-faire équestre et circassien, la famille Alexis Grüss se distingue depuis six générations, ses artistes se produisent depuis le Second Empire. Alexis Grüss, représentant la quatrième génération de cette prestigieuse famille circassienne, a fondé en 1974 le « cirque à l’ancienne ». Cette année là, Silvia Monfort organisait une exposition pour célébrer l’arrivée à Paris du major Philip Astley, le fondateur du cirque moderne. Elle a voulu l’illustrer en installant, face au lieu de l’exposition, dans la cour de l’hôtel Salé, un véritable cirque à l’ancienne. Alexis Grüss a alors fait renaître sur la piste toutes les figures oubliées du cirque des origines. Aujourd’hui encore, la compagnie d’Alexis Grüss demeure seule fidèle au cirque qui a commencé à cheval. On ne trouve sur sa piste que chevaux, voltigeurs et jongleurs à cheval. Les quatrième, cinquième et sixième générations de la famille s’y produisent dans des numéros qu’elles seules savent créer et réaliser en totalité : numéros de jockeys et poses équestres, poste à 17 chevaux, jonglage à cheval, haute école et travail en liberté.

Ces exploits sont le fruit d’un savoir-faire qu’Alexis Grüss a toujours eu la volonté de transmettre au-delà du cercle de sa famille. Créateur, avec Silvia Monfort, en 1974, à Paris, de la première École nationale du Cirque et du Mime, il a, depuis lors, toujours été préoccupé par la nécessité de donner la possibilité aux jeunes qui ne sont pas nés dans le monde circassien de s’initier aux arts de la piste. Il a mené son école en mettant par ailleurs à profit l’existence de sa piste et de son chapiteau pour offrir des débouchés à ces jeunes artistes, partis ensuite, bien souvent, monter leur propre compagnie. La relève de son école a ensuite été assurée notamment au Centre National des Arts du Cirque, mais jusqu’à nos jours, les écoles de cirque qui ont pris la suite de celle d’Alexis Grüss ont toutes renoncé à la dimension équestre des arts de la piste. Ce paradoxe n’a pas manqué d’interpeller Alexis Grüss dont l’œuvre initiale a ainsi été oubliée.

C’est pourquoi il se préoccupe de nouveau, aujourd’hui, de créer toutes les conditions pour transmettre et conserver tous ces savoir-faire équestres spécifiques. Le 11 février 2014, il a donc fondé le Pôle d’Action Culturelle Équestre, en le constituant en association loi 1901. Ce PACE a été lancé concrètement le 30 mai 2017 à Avignon, dans les locaux de l’Université, par une première conférence faite par Alexis Grüss et son fils cadet Firmin Grüss. Ils y ont montré comment le PACE a vocation à se développer au château de Piolenc, qui est le lieu de la sédentarisation estivale de la compagnie Alexis Grüss.

Dans son état actuel, le domaine se déploie sur 15 hectares, dont une grande partie aménagée en parc richement arboré (plus de 10 hectares) doté d’infrastructures adaptées au travail des chevaux (écuries, allées cavalières, carrières et pistes d’entraînement), à l’accueil du public et à la réalisation de spectacles vivants. Au sein de ce « parc Alexis Grüss », la compagnie mène de front créations et présentations de spectacles d’une part, activités éducatives d’autre part. Elle y met également à profit un patrimoine immobilier pour accueillir le public, y compris dans un musée encore embryonnaire. Mais l’état actuel de ce patrimoine immobilier en interdit une utilisation optimale.

« Offrir aux plus brillants représentants
des arts de la piste le magnifique écrin
de l’Université d’Avignon est une chance
tant pour Alexis Grüss que pour l’Université. »

Depuis sa rencontre avec l’Université d’Avignon, lors d’un afterwork donné en juin 2016, Alexis Grüss peut disposer, pour ses premières conférences, de locaux adaptés au sein de cette Université tout particulièrement tournée vers le spectacle vivant et le patrimoine. Ce partenariat a donc une importance toute particulière pour chacune des deux parties. Offrir aux plus brillants représentants des arts de la piste le magnifique écrin de l’Université d’Avignon est une chance tant pour Alexis Grüss que pour l’Université. Accueillir des artistes porteurs d’un véritable projet d’éducation artistique et culturelle dans un cadre universitaire est également une chance tant pour le monde circassien que pour celui des étudiants et du public du Vaucluse.

Créer du lien, transmettre, innover, valoriser le savoir et le savoir-faire dans tous les domaines du spectacle équestre, et plus généralement du spectacle vivant, auprès de tous (grand public, scolaires, enseignants, professionnels), dans un cadre exceptionnel particulièrement adapté, telle est l’ambition du Pôle d’Action Culturelle  Équestre. Il a donc une triple vocation de création artistique, par la conservation et l’innovation, de transmission d’un savoir et d’un savoir-faire auprès des artistes, mais aussi du public, d’éducation artistique et culturelle en direction des écoliers, collégiens et lycéens, y compris par la conservation des collections d’objets, de costumes, de photographies, de livres et d’archives qui rendent compte de ce qu’est l’activité circassienne fondée sur les arts équestres.

Alexis Grüss Pas de deux
Crédit photo : Time to film

Le PACE est en fait l’atelier d’Alexis Grüss, mais ouvert à toutes et tous afin de permettre que la culture équestre élaborée en piste soit perpétuellement vivante. Les arts équestres de la piste forment un véritable patrimoine qui ne peut perdurer que si les gestes qui le fondent sont transmis. Cette transmission doit se faire d’une façon théorique par des conférences et des séminaires, et par la mise en valeur des collections évoquées ci-dessus. Mais elle doit également être assurée sur le terrain, par ses détenteurs, de façon pratique.

Un vivier de créations artistiques

Depuis 1974, Alexis Grüss puis ses enfants ont toujours veillé à développer un partenariat créatif avec des praticiens venus d’autres univers artistiques que le cirque : musique symphonique, danse, théâtre, opéra, cinéma… Par ailleurs, ils ont intégré à leur compagnie des gymnastes venant du sport. Ils ont également illustré à travers les thématiques de leurs spectacles la peinture, la chanson, le sport, les comédies musicales… Cette volonté permanente d’échanges de savoirs complémentaires a largement contribué à l’ouverture et à l’enrichissement des arts traditionnels de la piste. Les Grüss ont ainsi établi le fait que, dans le monde circassien qui est le leur, les arts équestes sont indissociables de tous les autres arts, ils s’enrichissent mutuellement et aboutissent de ce fait à des créations originales. Alexis Grüss est aussi le premier artiste reconnu et respecté par nos grandes institutions équestres que sont le Cadre Noir de Saumur et la Garde Républicaine, il est le premier aussi à avoir conçu avec elles la création de spectacles originaux, démontrant ainsi les voies infinies de renouvellement du spectacle équestre, et écrivant ainsi une page essentielle de l’histoire du spectacle vivant.

Le chapiteau et les pistes de Piolenc sont d’ores et déjà pour la compagnie Alexis Grüss les lieux de préparation des créations qui sont données à Paris puis dans les tournées des Zéniths. Il y a là un véritable atelier de la création des spectacles du cirque de répertoire qui sont montés tout à la fois dans le respect du cirque des origines et dans le souci de l’innovation. Cette semi-sédentarisation du cirque a été voulue par Alexis Grüss dès le début des années 1990 afin, précisément, de favoriser la création artistique : le caractère exceptionnel des spectacles du cirque Alexis Grüss réside dans le fait qu’ils sont conçus et réalisés de A à Z par la famille qui élabore des créations qui reposent sur une dramaturgie, alors que les spectacles donnés sur les pistes des autres cirques ne sont que des additions de numéros sans lien entre eux. Les créations d’Alexis Grüss sont fondées sur des thématiques qui mettent en place une narration et qui sensibilisent les spectateurs, petits et grands, aux valeurs de l’humanisme (voir notamment Quintessence). Une telle originalité, une telle exigence ne peuvent être atteintes que par cette semi-sédentarisation qui autorise ce travail artistique de longue haleine.

Piolenc est ainsi un conservatoire des arts traditionnels de la piste : clowns, jongleurs, fil-de-féristes, équilibristes, voltigeurs, écuyers y travaillent pour faire renaître chaque année les numéros du répertoire qui a fait la célébrité du cirque au XIXe siècle. Mais il est aussi un lieu de rencontres avec des artistes venant d’horizons circassiens contemporains. Les faire travailler ensemble pour monter un spectacle nouveau chaque année ou tous les deux ans demande une recherche en matière de chorégraphie, d’orchestration, de costumes également : ce processus de création a besoin de temps et de soutien. Il faut pour cela avoir un lieu de création dédié aux arts de la piste, et donc faire de Piolenc pour le cirque un équivalent de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon.

C’est pourquoi le PACE est conçu pour accueillir des artistes, débutants ou expérimentés, pour les faire bénéficier de cette expérience et pour réfléchir avec eux sur les pratiques. À l’inverse, le PACE devra permettre à ces créations qui font revivre le cirque à l’ancienne de s’enrichir de collaborations avec de jeunes artistes ou avec des compagnies qui viennent des nouveaux territoires du cirque, ce qui demande souvent des équipements spécifiques

Créer des liens, transmettre, échanger, valoriser des savoir-faire spécifiques, cultiver et enrichir des valeurs artistiques et humaines complémentaires dans un cadre accueillant, spécialement aménagé et propice à la création, tels sont donc les objectifs artistiques du PACE.

Un lieu de transmission

Il n’est pas de création sans transmission des savoirs qui permettent cette création : à l’heure où le gouvernement met l’accent sur le rôle essentiel de l’apprentissage, le PACE pourra jouer un rôle majeur en ce domaine en étant un lieu de transmission des méthodes d’éducation des artistes qui sont au cœur de ce processus créatif. L’écuyer Alexis Grüss, riche d’un héritage familial construit au fil de quatre générations et d’une expérience acquise depuis son enfance, est détenteur d’un savoir et d’un savoir-faire qu’il n’a pu jusqu’ici transmettre qu’au sein de sa famille. Il souhaite ardemment pouvoir transmettre ce savoir au delà de ce cercle.

Firmin Grüss Poste équestre
Crédit photo : Time to film

Puisque les arts équestres sont au cœur des spectacles du cirque des origines, le PACE sera organisé autour des artistes et praticiens de toutes les spécialités équestres. Des formations seront proposées, de différents niveaux : elles concerneront professionnels ou amateurs éclairés, à la recherche de formations supérieures, d’appuis à la création, d’expériences partagées et de contacts nouveaux. Chacun pourra venir chercher au PACE de quoi nourrir et enrichir ses propres pratiques ou ses propres productions. Reconnus officiellement professeurs de cirque par le CNAC en janvier 2017, Alexis Grüss et Firmin Grüss sont particulièrement qualifiés pour superviser ces formations. Mais l’ensemble des membres de la famille Grüss de la 5e génération, qui ont tous participé à la formation de la 6e génération déjà en piste, est en mesure de participer à ces formations.

Celles-ci concerneront non seulement les écuyers ou éducateurs de toutes les disciplines équestres, quelles soient purement artistiques ou qu’elles relèvent d’activités sportives ou de loisirs, mais aussi des plasticiens (notamment peintres et sculpteurs animaliers), des artistes et techniciens relevant des arts vivants (danse, mime, théâtre, musique…) souhaitant intégrer des chevaux dans leur spectacle ou se produire en association avec des cavaliers. Chorégraphes, metteurs en scène, costumiers, éclairagistes, compositeurs, scénaristes, cinéastes, vidéastes… toutes les professions du spectacle pourront trouver ici un terrain de recherches et d’expérimentations fructueux pour l’exercice de leur art dans des conditions particulières où la thématique équestre est retenue.

Des ateliers artisanaux, pouvant accueillir des stagiaires et ouverts au public, serviront non seulement à la production et à l’entretien du matériel équestre ou de spectacle, mais aussi à l’animation et à l’initiation autour des métiers et des techniques liés au spectacle équestre (travail du cuir et sellerie, ferronnerie et charronnerie, maréchalerie, ateliers de création de costumes et de décors).

Ces collections et ces activités sont essentielles pour la transmission des savoirs équestres et circassiens : certains objets, indispensables au travail des chevaux en piste (surfaits par exemple) ne peuvent plus être fabriqués que sur commande sous réserve de pouvoir produire ces modèles, d’autres, comme les chambrières, sont d’autant plus efficaces qu’ils sont le fruit d’une fabrication artisanale de la main des Grüss. La transmission de ces gestes comme l’exposition des collections qui témoignent de l’histoire même de tous ces gestes sont autant d’occasions d’une éducation artistique et culturelle.

Un espace voué à l’éducation artistique et culturelle

Actuellement, le parc Alexis Grüss accueille chaque année, des centaines d’enfants qui viennent avec leurs enseignants ou leurs éducateurs de centres aérés découvrir le monde du cirque équestre et s’initier aux arts de la piste. À l’heure où le gouvernement met l’accent sur le rôle essentiel de l’éducation artistique et culturelle, le PACE est pensé comme un lieu où il est possible de mener une action culturelle primordiale. Car s’initier aux arts de la piste, c’est s’initier à la musique, au mime et au théâtre, à la danse en même temps qu’à la culture équestre. Permettre aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes de découvrir le travail des artistes de la famille Alexis Grüss lors de spectacles pédagogiques, c’est les sensibiliser à la façon dont les arts du cirque sont une école d’exigence et de dépassement de soi. Leur faire découvrir la relation au cheval, c’est les mettre en situation de mieux comprendre la relation à autrui et aux équilibres de la nature, c’est aussi les inciter à porter attention à leur propre attitude corporelle et relationnelle. C’est donc leur ouvrir une voie d’épanouissement irremplaçable.

Il existe d’ores et déjà des installations à Piolenc qui permettent des stages, où l’accent est mis pour l’instant sur la clownerie, le jonglage, l’équilibre. Mais dans le cadre du Pôle d’Action Culturelle Équestre, il s’agira de disposer des moyens pour offrir de véritables stages d’initiation aux arts https://www.appigs.univ-avignon.fr/extranet/interv_sai.htmléquestres de la piste. De plus, montrer à ce public en quête d’éducation, dans un musée, comment ces pratiques artistiques et culturelles s’inscrivent dans le temps est un complément de formation essentiel. Les collections de la famille Alexis Grüss peuvent être des supports inépuisables de réflexions sur les arts et sur le spectacle vivant.

Des expositions artistiques seront également organisées, dédiées notamment à la peinture, à la scultpture, à la photographie, etc. Enfin, une activité scientifique sera développée avec les chercheurs et enseignants-chercheurs spécialisés dans la connaissance des arts équestres et des arts de la piste. De plus le PACE devra disposer d’une bibliothèque qui devra être constamment enrichie pour répondre aux attentes de tous les spécialistes et amateurs qui le fréquenteront. Elle devra être complétée par une iconothèque et une vidéothèque.

L’éducation artistique et culturelle qui sera proposée dans le cadre du PACE ne sera pas figée, les collections présentées dans le musée varieront d’année en année, les activités proposées également, expositions, musée, enseignements seront en perpétuelle évolution. PACE doit être un lieu très vivant, qui évoluera en même temps que les arts de la piste. Ouvert au grand public, aux collectivités, aux écoles et centres de loisirs, ainsi qu’aux lycées et collèges, il apportera une dimension didactique dans son approche systématique de toutes les composantes de l’art équestre.

***

Le livre ex ducere est issu de la transcription de la conférence par laquelle Alexis et Firmin Grüss ont présenté ce PACE et défini les valeurs éducatives qu’ils souhaitent transmettre en son sein. Elles se résument dans l’étymologie qu’Alexis Grüss donne à « éduquer » …  « ex ducere » … piste et université ont en commun d’être des lieux où les enseignants se soucient de « conduire à l’extérieur pour grandir ». Nul doute que les chercheurs ont tout à gagner de fréquenter des artistes animés d’une telle philosophie.


2 réflexions sur « Ex ducere, un livre d’Alexis et Firmin Grüss »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.