Révolutionner les cultures politiques : l’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820, par Nicolas Soulas

Quelle est la réalité des effets politiques de la Révolution française dans les territoires ? Comment se construit, concrètement et au jour le jour, un nouvel ordre qui recouvre aussi des évolutions culturelles et sociales ? Nicolas Soulas prend comme champ d’étude la vallée du Rhône pour, avec précision et suspens, donner vie à ces années cruciales, lesquelles structurent, encore aujourd’hui, l’actualité locale et nationale. Dans ce billet, l’intégralité du prologue de la première partie est proposée en accès libre.

PROLOGUE

La crise de l’été 1793

Plus qu’une simple manifestation de l’opposition provinciale à la Convention, la crise « fédéraliste » qui éclate durant l’été 1793 illustre la virulence des affrontements sociopolitiques générés par la Révolution dans le couloir rhodanien. L’inégale réception du mouvement contestataire, en favorisant la constitution de frontières politiques à différentes échelles, reflète toute la complexité des comportements des populations.

La vallée du Rhône méridionale s’embrase

À partir du mois d’avril 1793, le conseil général du département des Bouches-du-Rhône modéré se détache des patriotes « exclusifs » qui sont de plus en plus marginalisés dans la ville. Dès le mois de mai, des commissaires du département sont députés dans les districts pour procéder à l’installation des sections. Ces dernières sont facilement acceptées par une population habituée aux délibérations collégiales des assemblées primaires ou des séances des clubs. Cependant, les Jacobins « exclusifs », réfugiés à Salon dans les premiers jours de mai, animent la résistance et tentent de dissuader les communes du département d’imiter le modèle marseillais. C’est sur fond de rivalités politiques locales que le département apprend la nouvelle de la chute des Girondins, que le directoire des Bouches-du-Rhône condamne avec virulence le 4 juin. Les sections modérées rompent les liens qui les relient à la Convention en prêtant le serment de ne plus reconnaître ses lois tant qu’elle ne sera pas libre. Dans la foulée, un corps expéditionnaire est envoyé pour libérer la Convention de ses oppresseurs. Avant d’atteindre Paris, les soldats doivent faire leur jonction avec les Lyonnais, également en révolte contre le coup de force parisien.

La crise lyonnaise suit le même scénario qu’à Marseille. Dans un contexte de radicalisation, les modérés s’opposent à la mainmise des « exclusifs » sur l’hôtel de ville et, le 29 mai 1793, la municipalité dominée par Chalier est renversée par les sections modérées. La nouvelle de la chute des Girondins accentue les tensions et les Lyonnais rompent avec la Convention début juin. Comme à Marseille, les conflits locaux sont sublimés par les affaires parisiennes et prennent une coloration nationale.

Unité et indivisibilité de la République. Liberté, égalité, fraternité ou la mort : [estampe] / [non identifié]

L’administration départementale du Gard se révolte à son tour contre la Convention. Comme Lyon et Marseille, Nîmes est déchirée entre « exclusifs » et modérés, répartis dans deux clubs rivaux. À la veille du coup de force parisien, le club modéré prend l’ascendant sur son adversaire, avec l’appui de la municipalité et du département. Très rapidement, le directoire du département du Gard, en relation avec celui des Bouches-du-Rhône, procède à la mise en place des sections, largement acceptées par les modérés nîmois, et rompt avec la Convention. À la fin du mois de juin 1793, les trois départements méridionaux sont en rébellion ouverte contre les Montagnards.

La rupture des conseils départementaux n’est pas approuvée par toutes les communes de la vallée du Rhône méridionale. Par légalisme ou par conviction, certaines villes condamnent les initiatives marseillaise ou nîmoise. La résistance est organisée par certains clubs des Jacobins, comme celui de Bagnols, et par certaines municipalités contrôlées par les « exclusifs » comme Arles, Tarascon, Avignon, Orange, Bourg-Saint-Andéol ou encore Montélimar. Au-delà de ces quelques communes ayant clairement pris position, de nombreuses localités gardent un silence prudent, attendant l’évolution des événements pour se prononcer. Toutefois, la marche simultanée d’une escouade marseillaise et d’une autre nîmoise incite les indécis à trancher et suscite des coups de force qui font basculer les pouvoirs locaux dans un camp ou dans un autre.

Parti de Marseille le 21 juin, le corps expéditionnaire commandé par Rousselet s’empare d’Aix dès le lendemain. Son principal objectif est de réduire au silence la résistance arlésienne animée par les « Monnaidiers », patriotes « exclusifs » locaux. La ville tombe le 28 juin et la municipalité est épurée. De nombreux « Monnaidiers » se réfugient à Avignon, qui tient encore tête à Marseille. L’annonce des premiers succès marseillais incite les partisans du « fédéralisme » à s’affirmer. Ainsi, à Tarascon, les sections prennent le contrôle de la cité et fournissent l’étape aux Marseillais qui arrivent le 4 juillet. Dès lors, les Marseillais sont en passe de franchir la Durance. De l’autre côté de la rivière, les patriotes « exclusifs » avignonnais coordonnent la défense du territoire en dépêchant au bac de Bompas un détachement de soldats tandis qu’ils sollicitent l’aide des communes des districts d’Avignon et d’Orange. Seules certaines localités comme Orange, Malaucène et Sainte-Cécile envoient de légers renforts secourir Avignon, sans succès. Avignon tombe le 7 juillet et une avant-garde marseillaise pousse jusqu’à Orange le 11 juillet.

La percée marseillaise bouleverse l’échiquier politique régional. L’avancée des « fédéralistes » affaiblit les structures politiques locales, contrôlées depuis 1792 par les « exclusifs ». Ceux qui ne prennent pas la fuite se retrouvent isolés dans des contrées qui leur sont devenues hostiles. Profitant de leur affaiblissement politique, leurs adversaires relèvent ostensiblement la tête. La marche des Marseillais est jalonnée de coups de force qui renversent les pouvoirs locaux. Dans le nord des Bouches-du-Rhône, les principaux soulèvements se produisent après la chute d’Avignon, lorsque la victoire des « fédéralistes » semblant acquise, de nombreux opposants restés jusque-là dans l’ombre se révèlent au grand jour. Ainsi, les sections de Sorgues, Caderousse, Courthézon et Piolenc renversent leurs municipalités respectives entre le 7 et le 11 juillet, et mettent en place des administrations provisoires modérées, voire franchement conservatrices. Après vingt-et-un jours de marche, les Marseillais sont en passe de pénétrer dans la Drôme et de faire la jonction avec les Gardois, en route vers Paris.

Sur l’autre rive du Rhône, le département du Gard n’est pas en reste. Après avoir levé une force armée, il projette de rallier les Marseillais. Pour faciliter les communications entre les deux départements révoltés, les points de passage sur le Rhône sont investis, notamment la citadelle de Pont-Saint-Esprit, qui verrouille l’entrée de la moyenne vallée du Rhône. Comme dans les Bouches-du-Rhône, la force départementale écrase toute forme d’opposition. Bagnols, cité frondeuse prise le 10 juillet, est sévèrement châtiée. La place de Pont-Saint-Esprit est mise en défense et le pont sur le Rhône, véritable enjeu stratégique, est barricadé. Si les ingénieurs de la force départementale s’épuisent dans des fortifications de fortune, c’est que les nouvelles ne sont pas bonnes. Une force armée de plusieurs milliers d’hommes, sous le commandement du général Carteaux, descend le long du fleuve pour en découdre avec les rebelles. À la mi-juillet, l’avant-garde de Carteaux, basée à Lapalud, se prépare à investir simultanément la citadelle de Pont-Saint-Esprit et à bousculer les Marseillais à Orange.

Entre hésitation et modération : la vallée du Rhône septentrionale face au « fédéralisme »

Alors que la crise de l’été 1793 plonge le Midi rhodanien dans une spirale d’affrontements politiques violents, elle emprunte une voie plus modérée dans la vallée du Rhône septentrionale. Choquées par le coup de force parisien, les administrations départementales aux mains des modérés convoquent chacune une assemblée ayant pour objectif de débattre sur la conduite à tenir. Ces réunions, ainsi que les adresses envoyées par certaines communes souhaitant se faire entendre, révèlent l’existence d’un hiatus entre les prises de position des administrateurs des départements et celles de certains édiles ou de clubistes influents.

Le département de l’Ardèche convoque une assemblée à Privas. Indignés par le coup de force contre des représentants élus, les députés ardéchois, emmenés par la bourgeoisie modérée de Privas, d’Aubenas ou d’Annonay, font le serment, le 29 juin, de rester fidèles à la République une et indivisible. Toutefois, des divisions se font jour au sein de l’assemblée. La condamnation du 2 juin 1793 ne fait pas l’unanimité et de nombreuses communes du sud du département, marquées par les tentatives contre-révolutionnaires des camps de Jalès, comme Saint-Marcel-d’Ardèche ou Bourg-Saint-Andéol, restent fidèles à la Convention. Bourg-Saint-Andéol, après avoir critiqué l’illégalité de l’assemblée ardéchoise, députe son maire, Ymonier, l’un des chefs de file des « exclusifs » locaux, dans l’espoir de retourner l’opinion des députés. Après de nombreuses hésitations, et peut-être par crainte de voir leur révolte confondue avec celle des contre-révolutionnaires lozériens de Charrier, l’assemblée extraordinaire reste fidèle à la Convention et se disperse début juillet.

Départ des Girondins pour l'échafaud
Départ des Girondins pour l’Échafaud (31 Octobre 1793)

Dans la Drôme, la situation est plus délicate pour les patriotes « exclusifs », sauf dans les quelques bastions qui leur sont totalement acquis, comme Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le très modéré directoire de département de la Drôme a déjà eu l’occasion de faire part de son irritation à la Convention en avril 1793, l’exhortant, dans une adresse solennelle, à ramener la paix en son sein pour se focaliser sur la guerre. Le coup de force contre les Girondins divise les élus locaux. Une minorité, conduite par le procureur général syndic, Joseph-François Payan, approuve le recours à la force tandis que la majorité des administrateurs sont beaucoup moins enthousiastes, suivis par leurs homologues du district et de la municipalité de Valence. Ces derniers sont courtisés par des commissaires députés par les départements en rébellion ouverte, comme le Gard, le Jura et les Bouches-du-Rhône. Après de longues journées d’hésitation, les modérés imposent la tenue d’une assemblée extraordinaire malgré les réticences des frères Payan. Toutes les municipalités du département sont invitées à faire connaître leur avis et à élire un député pour assister à une assemblée prévue le 26 juin. Les réponses de certaines municipalités sont d’une aide précieuse pour entrapercevoir la constitution d’options politiques divergentes dans la vallée du Rhône septentrionale aux lendemains du 2 juin 1793.

Seuls quelques bastions jacobins, comme Montélimar, justifient le coup de force. En revanche, peu de communes envisagent le basculement dans la révolte, comme Valence ou Tain, s’insurgeant contre Paris qui :
« depuis le 10 août renferme tous les partisans de la tyrannie, des intrigants et tous les assassins du globe, [qui ont] l’insolente audace à former le projet de se réunir en section pour y semer la division, pervertir l’esprit public et enfin opprimer la représentation nationale ».

La plupart des communes se réfugient derrière une prudente neutralité : « la culture de nos champs est notre première occupation », estiment, par exemple, les habitants des Granges-Gontardes, petit village aux environs de Pierrelatte. Ces communes s’en remettent aux délibérations prises par l’assemblée extraordinaire. Sortir de la légalité républicaine n’est pas une évidence, malgré l’intensité de la crise. L’assemblée qui se tient du 24 au 26 juin regroupe les députés de 42 sociétés populaires, essentiellement drômoises. Les patriotes « exclusifs », conduits par les frères Payan, rappellent leur fidélité sans faille à la Convention et parviennent à renverser la tendance et à dominer les modérés, pourtant majoritaires dans les pouvoirs locaux et au conseil du département. L’assemblée extraordinaire aux mains des « exclusifs » se pose en arbitre du conflit en dépêchant des commissaires conciliateurs à Lyon et à Marseille. Sous l’égide des frères Payan et du club des Surveillants de Valence, des députés sont expédiés pour raviver la flamme révolutionnaire dans la Drôme méridionale, où la tentation du « fédéralisme » est forte. En effet, les modérés et les conservateurs des communes limitrophes des Bouches-du-Rhône tentent, sans succès, d’installer des sections (Pierrelatte) ou de renverser la municipalité (Bollène). La délégation départementale conduite par Claude Payan et appuyée par des patriotes « exclusifs » locaux, notamment montiliens et tricastins, court-circuite toute forme d’opposition et ancre définitivement le département dans le camp des adversaires du « fédéralisme ».

La situation stratégique du département frontalier de l’Isère, jouxtant plusieurs théâtres d’opérations militaires en cours, pousse la Convention à conduire une action rapide pour sécuriser en priorité ce secteur clef de la défense du territoire. L’assemblée extraordinaire du 20 juin 1793 tourne court face au désaveu des clubs et des militaires, qui renouvellent leur serment de fidélité à la Convention. Le Conventionnel Dubois-Crancé et ses collègues, Albitte et Gauthier, reprennent ce département stratégique en main dès le 27 juin, en s’appuyant sur les patriotes « exclusifs » qui deviennent les interlocuteurs privilégiés des représentants en mission. Profitant des tergiversations des administrations modérées, les patriotes « exclusifs » et les sociétés politiques s’imposent en concurrençant les institutions administratives officielles.

La récupération du projet constitutionnel des Girondins par les Montagnards, soumis à l’approbation de la population, comme l’annonce la Convention fin juin 1793, favorise le retournement de l’opinion publique. Cette tactique incite les indécis à renouer avec la Convention, qui recouvre ainsi la légitimité qui lui était contestée après le coup de force contre la Gironde, et stigmatise les rebelles qui refusent le cadre légal et sont amalgamés aux contre-révolutionnaires. Le basculement de l’Ardèche, de l’Isère et de la Drôme dans le camp de la Montagne entrave la jonction entre les Marseillais et les Lyonnais qui ne peut alors s’opérer que par la force. Or, les clubs et les municipalités se tiennent prêts à en découdre. La résistance est principalement entretenue par un pôle jacobin formé par le triangle Saint-Paul-Trois-Châteaux, Montélimar et Bourg-Saint-Andéol. Ainsi, Montélimar exhorte le général Carteaux à courir sus « aux bâtards phocéens ». Le général, spécialement détaché de l’armée des Alpes, arrive à Valence le 5 juillet avec une force armée de 6 000 hommes surnommée « bataillon des Allobroges », et se prépare à entamer la reconquête de la vallée du Rhône.

Le reflux (5 juillet-25 août 1793)

Après avoir quitté Valence le 8 juillet, les Allobroges se portent à Lapalud le 13 et investissent la citadelle de Pont-Saint-Esprit dès le lendemain, sans coup férir. La force armée chargée de défendre la place s’est dissoute après la débandade de ses chefs. Le même jour, le département du Gard rétracte ses serments. Le « fédéralisme » gardois a fait long feu. Parallèlement à la prise de Pont-Saint-Esprit, le gros de l’armée de Carteaux bouscule l’avant-garde marseillaise à Orange qui est évacuée en pleine nuit et sans combat. Repliés sur Avignon, les Marseillais laissent les Allobroges délivrer les villages entre Orange et Avignon sans opposer la moindre résistance. La légalité républicaine est restaurée avec le retour des municipalités renversées le mois précédent. Les combats pour la reprise d’Avignon sont plus sérieux et les « fédéralistes » commettent quelques exactions contre les « exclusifs » avignonnais. La conquête de Villeneuve-lez-Avignon, prise à revers par un détachement allobroge commandé par le général Dours, scelle le sort d’Avignon, encerclée et pilonnée par les canons de Carteaux. Après quelques jours de combat, les Marseillais évacuent définitivement la ville le 25 juillet 1793. La défaite des forces « fédéralistes » se précise avec la chute d’Avignon et le franchissement de la Durance par l’armée des Allobroges. Tandis que l’armée rebelle reflue sur Aix, harcelée par celle de Carteaux, une partie des Allobroges s’empare de Beaucaire, de Tarascon et enfin d’Arles, abandonnée par les « Chiffonistes » dans la nuit du 26 au 27 juillet 1793. La crise « fédéraliste » s’achève dans le couloir rhodanien méridional tandis que l’épopée marseillaise trouve une issue tragique avec la chute de Marseille, le 25 août. Les rebelles les plus impliqués dans la révolte se réfugient à Toulon, que les royalistes se préparent à livrer aux Anglais de l’amiral Hood. La révolte des Marseillais est brisée et les Bouches-du-Rhône ont été mises au pas.

Monument du centenaire de la réunion d'Avignon et du Comtat à la France
Monument du centenaire de la réunion d’Avignon et du Comtat à la France (photographie : Wikimedia-Véronique Pagnier, domaine public)

Au nord de la vallée du Rhône, l’étau se resserre de plus en plus sur Lyon. Isolée par le ralliement du Dauphiné et de l’Ardèche à la Convention, la ville ne parvient pas à fédérer autour d’elle. Les municipalités hésitantes, comme Vienne, sont effrayées par la récupération de la révolte par les royalistes, tel Précy, chargé de la défense de la ville. La tonalité contre-révolutionnaire émanant de la révolte lyonnaise incite de nombreux modérés à se désolidariser du mouvement, refusant d’être amalgamés avec des « royalistes ». Ainsi, les députés de Givors, bien qu’hostiles à la Montagne, quittent Lyon le 21 juillet, avant le début du siège de la ville par le général Kellermann. La chute de Lyon le 9 octobre sonne le glas du « fédéralisme » dans le couloir rhodanien. Désormais, seul le port de Toulon tient tête aux forces de la Convention, jusqu’en décembre 1793.

Une crise révélatrice

La crise « fédéraliste » est riche en enseignements. L’inégale réception du mouvement et les multiples positionnements, spontanés ou arrachés par la contrainte, attestent la grande complexité des options politiques rhodaniennes. La représentation cartographique des prises de position des municipalités de notre échantillon révèle l’existence de multiples clivages, perceptibles à différentes échelles géographiques.

Cette première approche focalisée sur l’été 1793 met en lumière l’existence de comportements politiques divergents et complexes, perceptibles à différentes échelles géographiques. En premier lieu, la crise « fédéraliste » fracture le couloir rhodanien en deux espaces antagonistes. Le couloir rhodanien septentrional, de Loriol à Givors, forme une aire d’adhésion uniforme au « fédéralisme », puis joue, sous la pression d’activistes jacobins, la carte de la fidélité à la Convention. Cet espace s’oppose à une vallée du Rhône méridionale bien plus contrastée. Une charnière, que l’on peut placer autour d’un triangle Saint-Paul-Trois-Châteaux, Montélimar, Bourg-Saint-Andéol, marque très distinctement la ligne de cassure entre ces deux espaces. Au sud, l’hétérogénéité des prises de position dessine de multiples clivages micro-régionaux. La complexité des positionnements politiques des municipalités méridionales, variant d’un canton à un autre, voire entre plusieurs communes d’un même canton (Orange reste fidèle à la Convention jusqu’à l’arrivée des rebelles alors que les communes des alentours adhèrent à la révolte), montre à quel point le recours au jeu d’échelles et à la micro-analyse politique s’avère pertinent pour appréhender avec finesse les dynamiques politiques rhodaniennes.

Si la crise « fédéraliste » constitue véritablement la phase paroxystique des affrontements sociopolitiques rhodaniens, elle s’inscrit dans une trajectoire dont les origines remontent au début de la Révolution française, sinon à l’Ancien Régime, et dont l’impact reste visible au-delà du Consulat et de l’Empire. Dès lors, pour appréhender les ressorts d’options politiques complexes et conflictuelles et comprendre comment la Révolution française les a transcendés, il faut remonter aux sources des antagonismes qui les ont générés en s’immisçant au cœur même des structures politiques locales des dernières décennies du XVIIIe siècle.

Citer cet article : Nicolas Soulas, "Révolutionner les cultures politiques : l’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820, par Nicolas Soulas," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 17 février 2020, https://eua.hypotheses.org/3530.

Parution le 19 mars

Couverture du livre de Nicolas Soulas

L’auteur

Professeur agrégé, Nicolas Soulas a soutenu à Avignon en 2017 une thèse d’histoire moderne intitulée Pouvoir(s), conflits et recompositions sociopolitiques. L’exemple du couloir rhodanien (1750-1820) sous la direction de Stéphane Durand. Ses travaux actuels portent sur l’évolution des cultures politiques dans un long XVIIIe siècle et l’adaptation des groupes sociaux au processus révolutionnaire.


  • Collection En-Jeux
  • 552 pages
  • 29 €
  • ISBN 978-2-35768-119-4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.