Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre

« Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on a besoin d’avoir des littératures immenses, d’être face à des choses qui sont gigantesques, pas par la taille ou la durée, mais par la pensée, l’élégance, la puissance de l’écriture. La situation est tellement critique qu’il ne suffit pas de choses « grandes » ou « bonnes », il faut des choses gigantesques. »

Faut-il lire au théâtre ? Julien Gosselin montre à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d’aller au-delà du théâtre parlé. Le théâtre, c’est aussi une lecture, des vidéos, de la poésie, de la musique. Un mélange des genres mis en pièces autour de grandes œuvres.

Couverture du livre de GosselinExtrait

Laure Adler. D’habitude on vient au théâtre pour voir. Mais quand nous venons voir Bolaño et votre spectacle 2666, on y vient aussi pour lire. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié. Vous prenez en charge le texte, vous nous le restituez avec ô combien d’effervescence et d’intensité, mais en même temps vous ne vous substituez pas à la personne qui vous a donné l’énergie de nous convier à ce voyage. C’est-à-dire que nous, spectateurs, on lit du Bolaño la moitié du temps, grâce à vous.
Julien Gosselin. C’est un peu déprimant de l’entendre comme cela…
Laure Adler. … Ah non ! C’est une qualité pour moi, une grande qualité ! Parce que souvent les metteurs en scène volent quelque chose, tandis que vous, vous nous le donnez.
Julien Gosselin. Oui. C’est bizarre, parce que je ne peux même pas expliquer, je n’ai aucune approche dramaturgique de cela. Je peux en trouver une vite fait, mais j’en ai peu. Tout ce que je peux vous dire c’est que depuis que nous avons commencé à faire du théâtre avec cette bande-là, quand Guillaume Bachelet – avec Rémy Alexandre, car ils sont deux – commence à faire de la musique, je sens qu’il a exactement compris l’endroit où moi, la première fois que je lisais le livre, je pleurais, j’étais bouleversé. Cette musique me rappelle précisément ce moment-là, parce qu’il y a un lien entre nous qui est très fort. Il a cette capacité.
Quand je demande au vidéaste, qui comprend lui aussi tout de suite ce que je veux, qui sent quelque chose comme je le sens aussi, de projeter le texte, nous pleurons tous. Il y a quelque chose et je me dis : c’est ça. Je ne sais pas comment le dire. C’est exactement cela que je veux faire, c’est un milliard de fois plus intéressant que toutes les petites choses que je pourrais imaginer. Mais en même temps je ne souhaite pas célébrer la question du roman. Je veux bien faire l’éloge de la littérature, mais de manière brutale. Je ne veux pas le faire joyeusement. Ce n’est pas une posture, c’est juste que cela me bouleverse. Je vais vous donner un exemple. Hier encore je regardais la deuxième partie. Dans un passage, le professeur Amalfitano regarde son livre dehors, dans la nuit, et nous projetons : « Le décalage horaire n’était qu’un masque de la disparition ». Je me dis alors que je ne vais pas envoyer un acteur pour le dire. Il faut qu’on le regarde, qu’on le lise ; c’est tellement immense et puissant que j’étais fou de lire cela.
Laure Adler. À un moment, un acteur fait l’éloge de la lecture, du soi à soi. Les mots de Bolaño sont absolument magnifiques à ce propos. Qu’apporte de plus le théâtre par rapport à la lecture du soi à soi ?
Julien Gosselin. Je ne sais pas. C’est vrai, je n’en ai aucune idée. Personnellement j’en fais, donc je sais ce que cela m’apporte. Au spectateur en revanche, je ne sais pas… Je pense, cela va paraître prétentieux, que sans doute parfois ça apporte au spectateur une lecture. Si elle semble intéressante à certains, alors voilà c’est déjà cela. Honnêtement, je n’en sais pas plus.
Laure Adler. Vous avez l’ambition de nous faire connaître, ou mieux connaître, Bolaño ? Vous avez eu envie de scénariser cet énorme bouquin ou pas du tout, vous faites des prélèvements à l’intérieur ?
Julien Gosselin. Il faut bien faire du théâtre, alors il vaut mieux prendre des grands textes. Mais je ne sais pas… Si, je peux vous dire par exemple quand j’ai vu l’année dernière Des arbres à abattre de Lupa, il arrive un moment où le théâtre est tellement au niveau de la littérature que je ne pense pas dire une bêtise en affirmant que Krystian Lupa arrive aujourd’hui au niveau de Thomas Bernhardt. C’est comme deux compagnons, il y a un endroit où le théâtre crée quelque chose, qui est au niveau de ce que peut créer un grand auteur.

Éléments biographiques

Né en 1987, Julien Gosselin est un jeune metteur en scène qui s’attaque à des oeuvres contemporaines aux univers profonds et entiers. Après des études à l’École professionnelle supérieure d’art dramatique de Lille, il forme avec d’anciens camarades le collectif Si vous pouviez lécher mon cœur. Très vite, ils montent leur premier spectacle, Gênes 01 de Fausto Paravidino, au Théâtre du Nord en 2010. Ses premiers pas dans le monde de la scène s’agrémentent en 2012 d’une adaptation d’Anja Hilling, Tristesse animal noir, mais également d’une courte entrée dans le monde du livre avec la coécriture de La Liste chez 10/18.
Il présente en 2013 au Festival d’Avignon Les Particules Élémentaires de Michel Houellebecq et crée en 2015 Le Père, d’après une œuvre de Stéphanie Chaillou. 2016 marque l’arrivée de son dernier projet en date, 2666, ambitieuse adaptation du roman fleuve inachevé de Roberto Bolaño dont les scènes « résonnent avec puissance sur le plateau de théâtre ».

En savoir plus

Auteur : Julien Gosselin
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Leçons
Pages : 72
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-053-1
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Sur le web

Le site de la compagnie Si vous pouviez lécher mon cœur
Un remède à la mélancolie sur France inter (7 janvier 2018)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.