Max von Sydow, la leçon de comédien

En hommage à Max von Sydow, disparu le 8 mars 2020, nous publions dans ce Carnet un large extrait d’une Leçon de l’université qu’il avait donnée en juillet 2005.

C’est avec une immense émotion que je suis aujourd’hui devant vous, ici en Avignon, ville légendaire du théâtre. À mon grand regret, je n’ai jamais eu le privilège de voir Jean Vilar au travail, ni d’assister à une de ses créations. Mon respect et mon admiration pour tout ce qu’il a fait, pour ce que le théâtre français contemporain fait et pour tout ce que le festival d’Avignon offre ici chaque été, tout cela est profondément ancré dans mon cœur. Me trouver ici, dans le cadre de l’université d’Avignon et des pays du Vaucluse, ajoute encore à mon émotion, car je suis pratiquement né dans une université. Mon père était professeur à l’université de Lund en Suède. Sa spécialité était le folklore scandinave et irlandais. Pendant mon enfance, il m’a raconté toutes les légendes, les contes de fées, les grandes aventures du monde. Et je remercie l’université et tout particulièrement le sociologue de la culture Emmanuel Ethis qui m’ont incité à donner cette leçon de comédien dans ces murs, en ouverture de cette 59e édition du Festival d’Avignon. Je vis depuis plusieurs années en France, et j’ai eu l’honneur de pouvoir prendre la nationalité française. J’en suis très fier, comme je suis fier d’être européen. Malheureusement ce n’est pas pour autant que je maîtrise mieux la langue française. J’espère que vous serez indulgent avec moi. Mais je tenais à faire cette leçon en français.

Portrait de l'artiste
Max von Sydow au festival de Cannes 2016 – Crédit : Georges Biard / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

Alors… Jouer la comédie, qu’est-ce que c’est ? En fait, pour vous donner une réelle masterclass sur le jeu de comédien, j’aurais besoin d’une scène, de comédiens et d’un texte. Et aussi de quelque temps pour la préparation ! Comme rien de cela n’est disponible aujourd’hui, je vais faire quelque chose d’autre. Je vais essayer de vous donner mon point de vue sur ma profession – l’opinion d’un comédien ou d’un acteur sur sa profession. Ou peut-être devrais-je dire sur sa vocation ? Car être comédien, ce n’est pas vraiment une profession, plutôt une vocation, une manière de vivre, peut- être de survivre. C’est l’ultime fuite de la réalité mais aussi un genre de thérapie mentale, une bouée de sauvetage. C’est un voyage d’exploration, un voyage à la recherche d’une identité – à la recherche de la vie et… de la grande inspiration. Chaque comédien a son idée. Je vais essayer de vous donner la mienne. J’ai bien peur de devoir mettre en garde l’audience féminine car mon point de vue peut leur paraître strictement masculin… et pour cause ! !

Bien, je suis un comédien. Je suis aussi un acteur. Mon éducation professionnelle a eu lieu principalement au théâtre en Suède. Pour moi, il n’y a pas de grandes différences entre jouer au théâtre et jouer dans un film, seulement quelques détails. Au théâtre, par exemple vous devez vous projeter jusqu’au public du dernier balcon, dans un film vous avez la possibilité d’avoir des gros plans Au théâtre, la communication avec votre public est directe. Vous pouvez « travailler » votre public ; il peut vous stimuler, vous inspirer mais aussi vous déranger. Dans un film vous devez tenir compte des machines – caméra et micro, etc. – et surtout vous n’avez pas de retour immédiat. Et quoique vous fassiez face à la caméra, cela sera monté, peut-être changé, voire même totalement supprimé. Si une prise n’est pas satisfaisante vous pouvez toujours la refaire et essayer d’améliorer votre performance. Au théâtre, vous avez seulement une chance lors de la représentation pour montrer votre interprétation. Vos films peuvent vous survivre. Mais votre travail au théâtre n’existe plus dès que le rideau tombe. C’est une expérience du moment présent, de l’éphémère. Jouer dans un film est certes très excitant, mais moi, je préfère le théâtre.

La plupart des professions artistiques sont facilement définissables. La peinture, la sculpture, l’art de la musique, de la danse, l’art d’écrire des poèmes, des histoires, des drames, l’art de diriger une pièce de théâtre, de faire un film, etc. Mais l’art du comédien : qu’est-ce que c’est ?… Est-ce que jouer un rôle est vraiment un art ? N’est-ce pas simplement une façon d’interpréter un caractère donné ? Très peu d’acteurs écrivent leurs propres rôles. Être Molière ou Shakespeare n’est pas donné à tout le monde. La plupart d’entre nous interprète ce que d’autres ont écrit. Un comédien sans rôle n’est rien d’autre qu’un instrument de musique silencieux. Comme un violon posé sur une table. Bien sûr… un Stradivarius est très beau, mais là sur la table, il ne chante pas. Le comédien existe en tant que comédien uniquement lorsqu’il joue. Il y a une chose qui fait que le jeu du comédien est différent de toutes les autres formes d’art. C’est, qu’en fait, nous sommes, nous, notre propre instrument. C’est notre propre corps et notre propre voix Et le résultat, le produit fini est ce que nous décidons de faire avec notre corps et notre voix dans le cadre de la pièce. Et le comédien ne peut pas – contrairement au peintre, au compositeur, à l’écrivain – présenter son interprétation comme quelque chose de séparé de lui-même. Le public ne pourra jamais connaître la lisière entre moi et le rôle que j’interprète. Les critiques ne pourront jamais définir si ce que je montre est ma propre création ou si j’ai été très influencé par le metteur en scène. Si le travail du comédien est un art, c’est un art très très personnel. Parce que nous sommes tout le temps intimement impliqué, corps et âme. Il y a un petit problème quand on parle de jouer la comédie. Il n’y a pas de terminologie propre. Il n’y a pas de vocabulaire spécial pour décrire correctement le travail d’un comédien de telle façon que chacun puisse comprendre de quoi il s’agit. Aucun mot pour analyser le résultat final. Et c’est pour cela que les comédiens sont rarement contents de la façon dont les critiques parlent d’eux, que ce soit en négatif ou en positif. Et comme vous êtes vous-même totalement impliqué dans ce que vous faites, c’est toujours très difficile de lire les critiques, particulièrement lorsqu’il s’agit de critique de théâtre. Car envers et contre tout, chaque soir vous devez recommencer à jouer, tout en étant conscient du point de vue de Monsieur X, Y et Z. C’est pour cela que beaucoup de comédiens refusent de lire les critiques tant que la pièce n’est pas terminée. Je suis l’un de ceux-ci. Avec un film, c’est autre chose : le film est toujours fini depuis des mois, voire une année, voire même plus. Alors les critiques…

Portrait de l'artiste
Max von Sydow au festival de Cannes 1990 – Crédit : Georges Biard / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

Il y a bien sûr différentes méthodes, différentes écoles pour apprendre à jouer la comédie. La plus connue est probablement The Actor’s Studio à New York que je ne connais pas, mais qui a formé de très nombreux comédiens et acteurs intéressants. Il y a eu et il y a de grands professeurs pour les comédiens : Lee Strassberg, Stella Adler, Dario Fo, Ariane Mnouchkine, pour n’en nommer que quelques-uns. Sans oublier celui qui a inspiré tant d’entre nous : le grand Constantin Stanislavski. Quand j’étais jeune, j’ai bien sûr lu son livre sur le travail d’un comédien, et récemment lors de mon premier voyage à Moscou, j’ai visité sa maison et son petit studio. Cette expérience m’a ému aux larmes. Les critiques mettent souvent des étiquettes sur les comédiens. Ils se servent de définitions et emploient par exemple les mots de « comédien intellectuel » et de « comédien émotionnel ». Ils parlent aussi de « comédien à forte personnalité » … Je pense que, pour eux, ces derniers sont des comédiens qui sont juste eux- mêmes, quel que soit le rôle qu’ils interprètent. Ils peuvent être très contrariés si le metteur en scène leur demande de raser leur belle moustache. Ils sont exactement les mêmes dans chaque nouvelle pièce, chaque nouveau film, mais en fait c’est aussi ce que nous attendons d’eux. Nous les aimons comme ça et admirons leur grand charisme. Le comédien émotionnel est celui qui ne croit pas trop au travail préparatoire, mais qui a besoin d’être « dans l’ambiance » pour pouvoir jouer. Pour lui, les émotions sont plus importantes que la technique. S’il doit montrer de l’agressivité sur scène, il peut devenir dangereux.

Une fois j’ai eu le plaisir de jouer Achille dans la pièce de Shakespeare Troïlus et Cressida avec en face de moi, dans le rôle d’Hector, un comédien merveilleux, mais très émotionnel. Chaque soir, je mourais de peur quand arrivait la grande scène du duel. Cependant, je réussis, je ne sais pas comment, à en sortir indemne. Mais ma pauvre doublure, qui dut me remplacer lorsque je fus malade, n’eut pas la même chance… Il y laissa… son pouce gauche ! ! ! Le comédien émotionnel représente l’idée romantique du comédien. Celui qui connaît la voie secrète de la création, celui qui reçoit une sorte d’inspiration divine quand il en a besoin et qui est capable de maintenir tout cela aussi longtemps que dure la pièce. Je présume que nombre d’entre nous souhaitent maîtriser certains de ces talents secrets. Et à propos du « comédien intellectuel » ? Quand j’ai débuté, j’étais un jeune homme plein de rêves romantiques sur ce que je voulais faire et comment je voulais le faire. J’étais très impressionné par le groupe de comédiens distingués qui à cette époque jouaient à Dramaten à Stockholm, l’équivalent de la Comédie Française. Je passais toujours mon temps libre dans l’obscurité, tout là-haut au troisième balcon, à les regarder répéter et ainsi je pouvais suivre l’évolution de leurs interprétations.

Il y avait un comédien que j’admirais plus que les autres. Il s’appelait Lars Hanson. (…)


L’ensemble de la Leçon est consultable sur OpenEdition Books. L’ouvrage, sous sa forme numérique ou imprimée, est disponible en librairie et sur les plateformes de vente en ligne.


  • Parution : 2008
  • Collection Entre-Vues, Leçons de l’Université
  • 56 pages
  • ISBN 978-2-35768-006-7 (imprimé) – 7 €
  • ISBN 978-2-35768-095-1 (numérique)
Citer cet article : Équipe des EUA, "Max von Sydow, la leçon de comédien," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 12 mars 2020, https://eua.hypotheses.org/3663.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.