Du graphisme, 1. L’esthétique exubérante du Dernier cri : rencontre avec Pakito Bolino

Le métier d’éditeur exige une attention particulière à l’esthétique des publications, se concrétisant par des choix structurant l’espace visuel des pages et des écrans. Il est préférable alors d’ouvrir l’œil, d’être aux aguets et d’accepter de sortir de pratiques routinières. Pour le premier billet de cette série, j’ai choisi d’aller à Marseille, pour rencontrer le collectif Le Dernier cri. Insérée dans des pratiques et une histoire aux multiples racines, leur production est protéiforme, violente et joyeuse à la fois. Elle me séduit, par ce côté excessif et salace, par ce qu’elle dévoile et qu’on n’oserait s’avouer. Pakito Bolino, co-fondateur du collectif, a accepté, avec naturel et élégance, de me recevoir le 3 juin 2020 dans l’atelier situé à la Friche de la Belle de mai, permettant ainsi d’offrir de premiers éléments de présentation.


L’histoire du Dernier cri est assez unique, puisque s’y croisent différents pans d’histoire, sur le long terme, comme une sorte d’art pariétal des XX/XXIe siècles, et sur des périodes plus récentes : comix, fanzinat, contre-culture… Géographiquement, la scène est étendue. Liée à l’itinéraire d’un homme, elle passe d’abord par Aigues-Mortes puis Paris.

Les origines du Dernier cri

Une filiation assez naturelle peut être relevée avec l’effervescence des années 70/80 (en France : Actuel, Métal Hurlant, pour les plus connus), ou même plus lointainement avec les cut-ups ou les ruptures DADA. Une autre filiation, moins facilement identifiable et pourtant bien féconde, s’établit avec l’art brut.

Découverte de l’art brut

23, de Pascal Leyder
Présentation de Pascal Leyder

L’atelier du Dernier cri, intérieur

L’activité du Dernier cri connait une dimension internationale, entrelacée dans des dynamiques artistiques plurielles. Elle est aussi physiquement localisée, à Marseille, à la Friche de la Belle de mai, facilitant ainsi une visibilité publique et une vie du lieu foisonnante.

La localisation à Marseille

Daisuke Ichiba

Pour en savoir plus sur le Dernier cri, Pakito Bolino ouvre au public l’atelier du Dernier cri quand il est présent. Une exposition unique par son ampleur est prolongée jusqu’à fin janvier 2021 au Musée international des arts modestes de Sète : Mondo Dernier cri, une internationale sérigrafike.

Photographie de l'atelier du Dernier cri à la Friche de la Belle de mai.
L’atelier du Dernier cri, extérieur

Pakito Bolino a aussi souhaité souligner l’investissement de longue haleine réalisé par la Fanzinothèque de Poitiers :

La Fanzinothèque de Poitiers
Hayakawa

Auteur : Yves Caron

Responsable éditorial des Éditions Universitaires d'Avignon depuis 2017. Ancien bibliothécaire ayant pratiqué la diversité des situations professionnelles, du bibliobus en Creuse à la responsabilité d'une médiathèque en Kanaky-Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.