Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

« Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux. »

Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d’un autre.

Couverture du livre de LouarnExtrait

Laure Adler. La répétition est-elle le renouvellement et le surgissement du sens, ou justement le recommencement du même ? Que se passe-t-il dans cet acte de répéter ?
Madeleine Louarn. Il s’agit presque d’une opération physique. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est similaire à la gymnastique, mais en tout cas le corps en mouvement prend mémoire. Quand je vois les acteurs apprendre leur texte, j’ai souvent pensé que c’est une action physique. Novarina l’expliquerait sans doute mieux que moi. Il y a vraiment une sorte d’incorporation de la langue et elle les transforme.
Beaucoup d’artistes ont travaillé avec des hommes et des femmes handicapés. Peut-être que ce qui me caractérise le plus c’est d’avoir travaillé sur le texte. Évidemment c’est toujours très critiqué parce qu’on ne les comprend pas à cent pour cent, parce que tout de suite vient « Mais ils ne comprennent pas ce qu’ils disent », ou « Est-ce qu’ils comprennent ? »… Je leur demande en effet d’apprendre des textes d’auteurs qui ne sont pas simples. Nous avons joué Aristophane, Shakespeare, Beckett… Mais je les vois, surtout plus certains que d’autres, alors changer. La langue d’un autre les influence. C’est-à-dire que la poésie a un effet objectif sur la manière dont nos ressentis et notre pensée se déplacent. Cela passe par une sorte d’engrangement émotionnel, comme si on acquerrait des couleurs supplémentaires. Pour utiliser d’autres termes, c’est comme si nous voyions le monde un peu plus grand que soi.
C’est un acte volontaire qui a persisté tout le temps, le fait qu’ils parlent une langue qui ne soit pas la leur, qui est à un autre qui a pensé aussi. Je crois que c’est profondément poétique de laisser de la place à une idée ou à quelque chose que nous n’avions pas pensé, et que nous ne sommes pas sûrs d’avoir compris, mais qui tout à coup fait son œuvre à travers le temps. La compréhension est toutefois un animal un peu sauvage. Nous pouvons comprendre une fois, la fois suivante on ne comprend plus rien de ce que nous avions cru comprendre. Il faut alors réessayer, peut-être pas par le même biais. C’est un exercice d’une grande sagesse puisqu’il met en cause et en doute notre pensée de manière organique. Le théâtre est un savoir physique de l’espace, du temps et de la pensée.
Laure Adler. Tout le monde peut-il faire du théâtre ?
Madeleine Louarn. En soi, oui. N’importe qui ayant le désir d’être vu et d’être sous le regard. Je pense que tout le monde n’aime pas ça. Nous n’aimons pas tous le cinéma, la peinture, la musique, et je crois que c’est pareil pour le théâtre.
Jean-François Peyret a longuement écrit sur ce sujet d’ailleurs, le fait que le théâtre a été détesté. Et d’une certaine façon je comprends aussi pourquoi : parce qu’il y a dans ce travail une obscénité très forte. Elle est compliquée à gérer, et d’autant plus avec des personnes handicapées, vous vous en doutez : que voit-on et que montre-t-on ?
Laure Adler. … Que vient-on voir ? Quelle est la place du spectateur… ?
Madeleine Louarn. Tout à fait. Avec les personnes de Catalyse, le spectateur est immédiatement mis en question, tout de suite. Est-ce qu’il comprend ce qu’il entend, ce qu’il voit et ce, même en règle générale ? Avec quel œil il regarde : de dégoût, de complaisance… ?
Laure Adler. Ou de compassion ?
Madeleine Louarn. … Exactement, avec trop d’attention, ou avec le préjugé de forcément leur passer tout, quelle que soit la qualité du travail ? C’est notre jugement qui est chaque fois mis en jeu.
Laure Adler. Pourquoi vous êtes-vous, j’emploie à dessein ce mot obscène, spécialisée dans le travail théâtral avec des handicapés ?
Madeleine Louarn. Parce que j’ai tout appris avec eux.

Éléments biographiques

Madeleine Louarn est née à Saint-Renan (Bretagne) en 1957. Elle devient dès l’âge de 22 ans éducatrice spécialisée aux Genêts d’Or, centre d’aide par le travail, situé à Morlaix. La direction souhaitant faire entrer l’art dans cette institution, Madeleine Louarn sera chargée de s’occuper du théâtre.
En 1984 elle crée Catalyse, une compagnie de théâtre amateur qui se professionnalise. Sa première mise en scène sera autour du mythe de Sisyphe et s’appuie sur des chorégraphes tels que Maguy Marin ou Bernardo Montet.
Son goût pour le théâtre et pour la transmission la mènera à enseigner au Conservatoire de Brest ainsi qu’à l’Université de Rennes. En 1992, Madeleine Louarn fonde le Théâtre de l’Entresort, lieu de création et de diffusion du spectacle vivant. En 2013, elle prend la présidence du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles). Enfin, en 2016, la metteuse en scène est au In du Festival d’Avignon pour présenter la pièce Ludwig, un roi sur la Lune.

En savoir plus

Auteur : Madeleine Louarn
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Leçons
Pages : 58
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-054-8
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Sur le web

Site du Théâtre de l’Entresort
Une émission de France culture, Une saison au théâtre par Joëlle Gayot (1er janvier 2017)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.