Les méduses de Provence : une vie cachée, Alain Thiéry

Ce troisième titre de la collection MidiSciences ouvre sur un univers étrange, fascinant et inspirant. Ces méduses qui nous dérangent en été sont aussi des animaux complexes, des créatures très particulières et révélatrices des changements climatiques en cours. L’auteur, chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE) et professeur d’écologie et de biologie animale, offre un large panorama des connaissances scientifiques les concernant et rappelle leur importance culturelle et économique.

Parole donnée aux méduses

(Conclusion du livre)

« Nous voici au terme de ce chemin de découverte de ce que nous sommes, nous les méduses, ces organismes gélatineux, faits d’eau, si délicats, si frêles et gracieux, et pourtant si craints, et mystérieux à vos yeux.

Mais ne vous y trompez pas, nous avons de sérieux atouts. Certes nos organes sont rudimentaires, ne sommes-nous pas que des estomacs accompagnés de gonades ? Manger et se reproduire, certains humains en rêveraient ! Effectivement, notre système nerveux et nos organes des sens sont si rudimentaires comparés aux vôtres ! Et que dire de notre nage, lente (nous avons tout le temps) et, par succion, si économique que, portées par les courants, nous voici, en quelques pulsations rythmiques de notre ombrelle, sur vos plages noyées de soleil…

Oui, nous sommes économes en énergie, dans l’émission de lumière (bioluminescence), dans notre nage pulsée, dans le processus de capture des proies (dévagination passive des cnidocystes), dans notre reproduction avec une partie de notre cycle qui se réalise par bourgeonnement des polypes (strobilation). Dépenses énergétiques minimales vs efficacité maximale ! Bref, nous sommes en totale osmose avec notre milieu.

Et nous vous faisons peur ? Mais vous aussi, vous nous inquiétez ! Bien sûr, vous faites tout pour augmenter nos populations, et nous vous en remercions. Par exemple, en haussant progressivement la température des eaux par ce « merveilleux » phénomène que vous avez créé, le réchauffement climatique, frileux que vous êtes…, ou encore en remplissant les océans, et notre belle Méditerranée, de tant de plastiques que nos petits polypes, sans qui nous ne serions pas, trouvent en ces immondes masses flottantes dérivantes (6e continent*) de véritables « pouponnières » pour se fixer. Vous réduisez aussi le nombre de nos prédateurs, entre autres par la surpêche ou en étouffant les tortues caouannes, vertes ou luth qui, hélas, prennent vos sacs plastiques pour nous. Et que dire de ces quantités de masques chirurgicaux que nous « voyons », depuis ces dernières semaines, se déposer sur les fonds marins… Est-ce pour nous « protéger » ? Un masque, même d’une jolie couleur « bleu océan » ou « bleu marine », sur une méduse, est-ce bien sérieux ?

Nous apprécions il est vrai vos efforts de tout mettre en œuvre pour nous faire proliférer, mais… oui, vous nous inquiétez, car sachez-le, nées plus de 600 millions d’années avant vous, nous serons toujours là après votre disparition… Alors, avec qui pourrons-nous « jouer » l’été ? Vous nous manquerez ! »

Photo : Olivier Cochard-Labbé (Wikimedia commons, licence cc by-sa)

L’auteur

Alain Thiéry est hydrobiologiste de formation. Il a d’abord centré ses recherches sur l’écophysiologie des invertébrés aquatiques des régions semi-arides et désertiques. Chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie (IMBE) et professeur d’écologie et de biologie animale à Aix-Marseille Université, il enseigne en parallèle l’écophysiologie et l’hydrobiologie à Avignon Université. Depuis 2009, ses travaux s’orientent sur les effets des nanoparticules métalliques sur les invertébrés aquatiques. Dans ce cadre il a sélectionné un type d’organismes « modèles », les méduses, pour développer des méthodes de diagnostic environnemental (bioindicateurs) et de dépollution des eaux par l’utilisation de gels capteurs de polluants, bioinspirés des mucus des méduses. Ces gels, brevetés, sont en cours de développement. Co-auteur de plus de 30 publications.


Parution le 24 septembre 2020

  • Collection MidiSciences
  • 128 pages, nombreuses illustrations + 1 marque-page – Bibliographie
  • 7 €
  • ISBN 978-2-35768-123-1

« Depuis quelques années la prolifération de méduses semble de plus en plus fréquente en Méditerranée. Actuellement, il n’existe toutefois toujours pas de réseau d’observation systématique de ces apparitions.

Cette information est pourtant fondamentale, à la fois pour les baigneurs, les collectivités locales, les scientifiques et les acteurs de l’industrie marine.
C’est pour répondre à ces besoins que nous avons lancé ce réseau d’observation, ouvert à tous les acteurs de la mer, observateurs parfois involontaires de prolifération de méduses. »

https://meduse.acri.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.