Alain Thiéry – Les méduses de Provence : une vie cachée

Les méduses de Provence : une vie cachée
Alain Thiéry

Collection : MidiSciences
Parution : 24-09-2020
Thème : Sciences, Biologie
128 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-123-1
ISBN numérique : 978-2-35768-124-8

Les méduses. Faut-il vraiment en avoir peur ? Et, si oui, pourquoi ? Que sait-on de ces « invertébrées » ? Comment ces animaux, à l’apparence si étrange, vivent-ils et se reproduisent-ils ? Dans ce livre très accessible, Alain Thiéry, chercheur à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie, nous offre, en spécialiste réputé, une synthèse des connaissances actuelles. Il répertorie les espèces de méduses visibles en Provence et Méditerranée, explique les soins à porter en cas de « piqûre » et, surtout, restitue toute l’importance scientifique et culturelle de ces petites bêtes dont certaines propriétés, dûment exploitées, pourront nous aider à résister aux bouleversements climatiques en cours.

Extraits

Chapitre 1 : Une sulfureuse vie privée

Les méduses sont des animaux très anciens. Elles sont apparues sur Terre il y a environ 650 millions d’années (pendant l’Édiacarien, dernière période du Précambrien, de – 635 à – 541 millions d’années), et figurent parmi les premiers animaux pluricellulaires connus ; on parle alors de métazoaires. Du fait de leur consistance molle, leurs restes fossiles, représentés par un disque, demeurent rares tout en figurant probablement les premières traces de métazoaires.
Le terme méduse a été créé par le naturaliste suédois Carl von Linné qui nomma « méduses » les animaux dont le corps circulaire était bordé de tentacules venimeux. Quelques années plus tard, François Péron, un jeune naturaliste qui, en pleine France révolutionnaire, avait participé à une expédition dans les Terres australes, s’intéressa à ces animaux. Il publia en particulier un Discours préliminaire d’un travail sur les Méduses, dans les Procès-verbaux des séances de l’Académie, en 1808. Il proposa de conserver le nom de méduse pour l’ensemble des animaux, mais attribua à chacun des soixante-dix spécimens observés les noms des personnages gravitant autour de la mythique Gorgone, Méduse.
[…] La plupart des « méduses » vivent en milieu marin ou paralique, à l’exception de quelques méduses d’eau douce. Elles sont constituées à 98 % d’eau. Leur système nerveux est très rudimentaire. En absence de cerveau et de ganglions nerveux bien identifiés, on se trouve devant un maillage nerveux sans véritable connexion. Ce réseau synchronise les mouvements, en particulier la nage pulsée, dite par succion, l’un des systèmes de nage les plus efficaces en regard de l’énergie dépensée (Fischman, 2015).


Chapitre 3 : Qui s’y frotte…

Chez l’humain, les piqûres des méduses les plus venimeuses, comme Pelagia, peuvent causer des lésions dermiques : érythèmes « papuleux », œdèmes, zébrures et cloques pouvant se continuer en nécroses dermiques durant plusieurs semaines. Elles peuvent aussi entraîner, au niveau systémique, des effets cardiaques, neurotoxiques, provoquant des paralysies musculaires par blocage des jonctions nerf-muscles. Le plus souvent, les lésions occasionnées guérissent lentement (parfois après plusieurs semaines), pouvant provoquer des cicatrices et une pigmentation permanente de la peau. Les contacts oculaires sont à éviter formellement. À ce tableau « réjouissant » s’ajoutent parfois (tous les effets ne sont pas nécessairement concomitants) des troubles digestifs (nausées, vomissements) voire hémolytiques, avec fragilisation et transpiration des parois artérielles (hémorragies internes). Notons toutefois que, pour des méduses les plus dangereuses, absentes il est vrai de nos régions, comme les cuboméduses australiennes du genre chironex (« la main de la mort »), petites méduses transparentes possédant des tentacules de plusieurs mètres de long, l’un des plus grands risques est de succomber par noyade (asphyxie consécutive à la paralysie des muscles intercostaux) associée à une hémorragie interne.
Tous les venins des méduses ont des points communs, même si leurs compositions varient selon les types. Les liquides venimeux contenus dans les vésicules intracellulaires des cnidocytes sont des mélanges pouvant avoir des propriétés neurotoxiques, hémolytiques et/ou nécrosantes. Dès le début du XXe siècle, ces venins ont fait l’objet de recherches liées à l’anaphylaxie. Portier et Richet isolèrent trois familles de substances protéiques : l’hypnocine qui, en extrait aqueux, induit l’anesthésie, le coma et la paralysie musculaire, secondairement respiratoire ; la thalassine qui, en extrait alcoolique, occasionne l’urticaire, le prurit et les œdèmes, et à fortes doses des paralysies nerveuses ; la congestine qui, en extrait glycériné, provoque des vomissements ainsi que la chute de la pression sanguine associée à des troubles respiratoires, des douleurs abdominales avec la congestion du tube digestif.


Chapitre 5 : Promesses d’avenir

Depuis plusieurs années, on constate une nette augmentation des proliférations de méduses et ce, dans les différents océans et mers du globe (Fuentes et al., 2018). […] Désormais les méduses sont là tous les ans, été comme hiver. Comment ces animaux que tous les naturalistes des XVIIe et XVIIIe siècles surnommaient gelée de mer ou eau coagulée, comment ces organismes composés à 98 % d’eau, peuvent-ils déjouer les modèles de fluctuations hydroclimatiques établis et qui avaient fonctionné pendant deux siècles ?
Les conséquences peuvent être multiples et diverses, allant de l’arrêt, en juin 2011, d’une centrale nucléaire d’Écosse qui a vu ses circuits de refroidissement obstrués par des masses de méduses, comme cela est arrivé aussi à la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque, obligée d’arrêter immédiatement un réacteur, ou à la fermeture des plages , comme cela a été le cas à Sète, le 27 juillet 2019, ou à l’annulation, en septembre 2019, d’une compétition de natation, l’Open Swim Stars dans le Nord.
En ce qui concerne la pêche, les méduses ont tendance à s’accumuler dans les filets, pouvant les déchirer, comme le redoutent les pêcheurs de la côte méditerranéenne. Cela peut être même bien pire : en 2009, un chalutier japonais jaugeant dix tonnes, le Shinsho Diasan-Maru, a chaviré dans la baie de Tokyo en tant de remonter un grand filet dérivant, rempli de méduses de Nomura.
Certains scientifiques parlent alors de « gélification » des océans. Le terme est certainement excessif, mais il a l’avantage d’alerter sur les causes de ce phénomène. D’une façon générale, il semble qu’il y ait un consensus sur les enjeux plurifactoriels : la surpêche qui réduit fortement les consommateurs prédateurs de méduses, tels des poissons comme les thons ; le réchauffement des eux en lien avec le changement climatique global que plus personne ne nie ; la prolifération des plastiques, avec des concentrations moyennes en Méditerranée de l’ordre de 400 g/km3, pouvant atteindre 1,4 kg/km3, qui sont de véritables pouponnières aux polypes, phase benthique de la plupart des méduses.
[…] Le problème est vaste, et les réponses tardent à venir au devant des impératifs économiques de nos sociétés.


L’auteur

Alain Thiéry est hydrobiologiste de formation. Il a d’abord centré ses recherches sur l’écophysiologie des invertébrés aquatiques des régions semi-arides et désertiques. Chercher à l’Institut Méditerranée de Biodiversité et d’Écologie (IMBE) et professeur d’écologie et de biologie animale à Aix-Marseille Université, il enseigne en parallèle l’écophysiologie et l’hydrobiologie à Avignon Université. Depuis 2009, ses travaux s’orientent sur les effets des nanoparticules métalliques sur les invertébrés aquatiques. Dans ce cadre, il a sélectionné un type d’organismes « modèles », les méduses, pour développer des méthodes de diagnostic environnemental (bioindicateurs) et de dépollution des eaux par l’utilisation de gels capteurs de polluants, bioinspirés des mucus des méduses. Ces gels, brevetés, sont en cours de développement. Co-auteur de plus de 30 publications internationales, directeur d’une thèse portant sur les méduses, il a aussi écrit, avec Cécile Breton, « Biomimétisme : on n’a rien inventé ! Des animaux qui inspirent la science », ouvrage qui a obtenu en 2018 le prix littéraire « Nausicaà, Planète Bleue ».


Suppléments

Participez au réseau d’observation de méduses de Méditerranée ! Vous pouvez déclarez vos observations en 3 clics et visualisez toutes les observations en temps réels, sur http://meduse.acri.fr



Citer ce billet
Équipe des EUA (2020, 26 août). Alain Thiéry – Les méduses de Provence : une vie cachée. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okzr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search