Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations d’écoutes

L’expérience sonore proposée à travers ce billet vient compléter une partie de l’article publié dans Scénographies numériques du patrimoine1. Elle a pour objectif de faire prendre conscience au lecteur/auditeur de l’importance de l’acoustique et des différents points d’écoutes dans l’interprétation d’un corpus musical médiéval.

Expériences d’écoutes

Pour cet exemple, il s’agissait de prendre en considération deux situations d’écoutes historiquement informées : l’écoute papale et l’écoute de l’assemblée (autour des premières rangées). Nous rappelons qu’à ce stade il n’était pas encore question de simuler l’acoustique médiévale (qui peut prendre en compte les tentures, les mobiliers, une proposition du Parcum Cantorum et le lutrin), mais d’utiliser l’acoustique d’aujourd’hui pour simplement poser les premières pierres d’un projet d’acoustique patrimoniale plus ambitieux. L’hypothèse première était donc de déterminer les différences de perception entre les deux localisations choisies en prenant comme lieu d’émission, la place hypothétique des chantres à la troisième travée, surélevée de deux marches par rapport à la nef accueillant le public. Il s’agissait également de faire le point autour de la qualité de la définition de l’œuvre pour l’auditeur.

Pour situer au mieux l’expérience, nous proposons deux extraits des œuvres interprétées par l’ensemble Diabolus in Musica2 : le motet Firmissime fidem teneamus/Adesto, sancta trinitas/Alleluya, Benedictus ainsi que l’Agnus Dei d’Apt (Manuscrit 16 bis d’Apt, fol. 12). Ces extraits ont été traités avec une réponse impulsionnelle recueillie à la troisième travée avec un décalage de quatre mètres vers le centre par rapport au mur sud de la chapelle. Cette situation prenait en compte les stalles et une rangée supplémentaire de tabourets3 ainsi qu’un décalage suffisant pour placer le lutrin tel qu’il était supposé être au XIVe siècle4. Le micro de relevé acoustique a été placé à environ 1’ 80 à hauteur d’homme.

Lors des relevés de la chapelle, les réponses impulsionnelles ont fait apparaître une résonance longue de près de dix secondes avant extinction totale (écouter la fin de l’extrait Agnus dei). Ce contexte n’était pas celui du XIVe siècle si nous prenons en compte le mobilier qui habillait les parois et le sol de la chapelle ainsi que l’espace autour des chantres. Nous avons donc ici une représentation contemporaine de la chapelle.

Guide d’écoute

Pour une expérience efficiente, il est important d’écouter les extraits avec un casque fermé, dans un lieu silencieux.

Agnus Dei – Écoute du pape
Agnus Dei – Écoute de l’assemblée
Adesto – Écoute du pape
Adesto – Écoute de l’assemblée

Étape 1 : écouter les extraits dans leur intégralité. Vous remarquerez lors de la première écoute (écoute papale) que le message semble brouillé. Cette sensation est due principalement au fait que la chapelle provoque une réponse réverbérante, en raison de l’absence de mobilier. Avec l’écoute de l’assemblée, vous vous rendrez compte d’une perte de définition dans les saisies des paroles du motet ou de l’Agnus Dei, mais également du manque de définition entre les chanteurs placés à gauche des micros et ceux qui sont placés à droite. La comparaison est encore plus flagrante avec l’extrait Agnus Dei.

Relevé 1 dans la chapelle clémentine – copyright Julien Ferrando

Étape 2 : afin de bien saisir à ce stade les différences d’écoutes des œuvres dues au positionnement du pape ou des premiers rangs de l’assemblée, il est important de réaliser une écoute comparative entre les deux sources d’un même morceau : écouter autour de 10’ l’extrait 1 et basculer immédiatement à l’extrait 2. Vous devriez détecter la réponse impulsionnelle papale comme plus définie, avec des voix plus présentes. Pour le second extrait, vous devriez détecter un chœur lointain comme « un bloc sonore », sans pouvoir déterminer les voix séparément. Si vous n’arrivez pas à déterminer la différence lors de cette expérience, n’hésitez pas à passer de l’écoute 2 à l’écoute 1 des deux morceaux.

Extrait du concert “Musiques médiévale pour claviers au Palais des Papes” , 28 octobre 2017, chapelle clémentine du Palais des Papes, Festival de musique baroque d’Avignon. (Co-production Opéra Grand Avignon-Palais des Papes)

Afin de vous donner l’idée réelle de l’acoustique, je vous propose pour conclure, un extrait d’une pièce pour orgue médiévale enregistrée par moi-même lors du festival de musique ancienne d’Avignon, dans la chapelle papale, troisième travée. Cette pièce, Lucente Stella est une pièce médiévale monodique : une ballata, issue du codex Rossi (XIVe). La prise de son a été réalisée avec quatre microphones mixés (Schoeps MK2 en deux couples stéréos). Un premier couple en premier plan à deux mètres de l’orgue en couple ORTF et un second à huit mètres devant le public pour récupérer l’ambiance. Cet extrait vous permettra d’apprécier les délais naturels de résonance qui apparaissent clairement dans le relevé virtuel des réponses impulsionnelles. Du fait du positionnement proche de la source, la définition pourra paraître moins réverbérante. Dans le cas des relevés impulsionnels, la source sonore (HP) et le microphone sont placés à une grande distance comme on peut le voir sur la photo suivante.

Relevé 2 dans la chapelle clémentine – copyright Julien Ferrando

La monodie implique une grande liberté malgré le rythme. C’est une mélodie qui est organisée en phrases. Ces phrases amènent une respiration entre elles. Des silences sont notés, d’autres sont implicites suivant un rythme long/bref. Le silence agit comme un séparateur de bloc mélodique. C’est également comme le nommait François Decarsin un « silence interstitiel », un « propagateur d’énergie » qui se nourrit ici de la résonance5.

Cette expérience est donc une étape initiale dans le cheminement d’une reconstitution patrimoniale. À travers cette mise en son, j’ai donc cherché à démontrer l’importance des situations d’écoutes qui apparaissent dans l’usage de l’espace cérémonial de la chapelle. Malgré l’acoustique moderne, caractérisée par un temps de réverbération certainement bien plus long que ce qu’il devait être en 1362, l’auditeur pourra apprécier les différences claires entre la perception d’une polyphonie depuis la chaire papale et depuis les premiers bancs de l’assemblée au début de la quatrième travée.

Écoutes

Pour situer avec précision les extraits sonores, voici une représentation d’un plan au sol de la chapelle. Les points d’écoutes sont en jaune. Pour chaque point, deux extraits sont disponibles (voir ci-dessus).

Citer cet article : Julien Ferrando, "Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations d’écoutes," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 19 octobre 2020, https://eua.hypotheses.org/3885.

Parution le 19 novembre 2020

Collection En-Jeux
268 pages – Illustrations – Bibliographie
24 €
ISBN 978-2-35768-125-5

  1. J. Ferrando, “Comprendre le geste musical patrimonial dans un environnement numérique : le projet IMAPI”, in J. Deramond, J. de Bideran, P. Fraysse (dir.), Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations, recherches et médiations, Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2020, p. 67-101. La partie liée à ce billet débute à la page 84 de l’ouvrage. []
  2. Site de l’ensemble : https://diabolusinmusica.fr (consulté le 19 octobre 2020). []
  3. G. Colombe, « Au Palais des Papes : La Chapelle Clémentine », in Mémoires de l’Académie de Vaucluse, seconde Série n° 35, 1935., notes 13-14-15 []
  4. G. Colombe, Ibid, p. 7-8 []
  5. F. Decarsin, Musique, architecture du temps, Paris, L’harmattan, 2002, p. 79 []

Auteur/autrice : Julien Ferrando

Julien Ferrando est maître de conférences en musiques anciennes et nouvelles technologies et responsable du secteur musique et sciences de la musique de l’université d’Aix-Marseille, membre de laboratoire PRISM (AMU/ CNRS). Il est également artiste musicien membre de l’ensemble Diabolus in Musica et directeur artistique de l’ensemble de musique ancienne Mescolanza. Il collabore régulièrement avec l’ensemble De Caelis sur des programmes de musiques médiévales et contemporaines. Il est conseiller artistique en musique médiévale au Festival de musique ancienne d’Avignon et du Palais des Papes d’Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.