Scénographies numériques du patrimoine (dir. Julie Deramond, Jessica de Bideran, Patrick Fraysse)

L’ouvrage Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations, recherches et médiations constitue une étape importante d’une recherche collective menée depuis plusieurs années, autour des pratiques émergentes de médiation patrimoniale supportée par les nouveaux médias numériques. Ce billet montre la genèse de l’ouvrage et en présente les enjeux, le sommaire et les participant.e.s.

Les carnets de recherche en ligne modifient en profondeur la façon dont nous communiquons et vulgarisons la recherche en sciences humaines et sociales. Ils modifient également la façon dont on peut aujourd’hui faire de la recherche en créant des espaces interinstitutionnels qui permettent de dépasser les frontières des laboratoires et équipes de recherche. C’est en tout cas ce que prouve le carnet Com’en Histoire, ouvert sur la plateforme Hypotheses.org en 2013 et qui compte aujourd’hui une quarantaine d’articles pour plus d’une vingtaine de contributeurs.

Initié par Patrick Fraysse, Julie Deramond et Jessica de Bideran, tous trois chercheurs en sciences de l’information et de la communication, séparés sur le plan géographique mais travaillant sur des thématiques proches, ce carnet donne vie et corps aux réflexions qui traversent leurs travaux qui questionnent plus largement les évolutions récentes en communication patrimoniale. Transdisciplinaire et ouvert aux acteurs et praticiens de terrain, ce carnet matérialise parallèlement les réseaux et liens qui se tissent entre chercheurs et professionnels de la culture. En recueillant les expériences et réflexions de ces acteurs sur les formes de représentation et de valorisation des objets patrimoniaux et historiques, le carnet donne ainsi à voir la construction progressive d’une sorte d’anthologie sur la notion de médiation, qu’elle soit nommée culturelle, scientifique, patrimoniale ou numérique…

En écho à cet espace numérique, le collectif réuni autour de Com’en Histoire organise à intervalle régulier des journées d’étude qui permettent aux professionnels et chercheurs sollicités d’échanger de vive voix et d’explorer concrètement certains dispositifs de valorisation des patrimoines. L’ouvrage dont il est question ici est directement issu de la troisième journée de ce groupe de travail. Organisée le 23 novembre 2017 à Avignon et à la Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon et soutenue par la fédération de recherche AGORANTIC, cette journée a permis de réinterroger quelques “mises en scène” des patrimoines à travers l’analyse de dispositifs numériques et de nouvelles “expériences” digitales qui se situent à la frontière entre la recherche scientifique et les pratiques de valorisation.

Parallèlement, de plus en plus d’institutions culturelles renouvellent leurs dispositifs d’aide à la visite en intégrant les plus récentes technologies, quand d’autres encore développent de nouvelles formes d’adresse aux publics sur les réseaux numériques.

Ces frontières entre information et communication sont en effet de plus en plus poreuses : des monuments virtuels destinés à “restituer” le bâti ancien et produits par des laboratoires en sciences historiques s’insèrent par exemple dans des dispositifs numériques complexes visant à “augmenter” l’expérience des publics dans une logique de médiation culturelle. Parallèlement, de plus en plus d’institutions culturelles renouvellent leurs dispositifs d’aide à la visite en intégrant les plus récentes technologies, quand d’autres encore développent de nouvelles formes d’adresse aux publics sur les réseaux numériques. Si les injonctions au numérique qui traversent les établissements culturels sont de plus en plus nombreuses, cet ouvrage interdisciplinaire, dans une perspective proche de celle des cultural studies, propose d’interroger les récits et images qui se déploient ainsi sur diverses plateformes numériques et sont véhiculés par des professionnels comme par des amateurs. En combinant études de cas et analyses complémentaires, ces textes mettent finalement en valeur les enjeux muséographiques, politiques et économiques de ces récits et images sur le patrimoine.

Sommaire

INTRODUCTION : Mises en scène du patrimoine en contexte numérique

Julie Deramond, Jessica de Bideran, Patrick Fraysse

PREMIÈRE PARTIE : Nouvelles représentations du patrimoine

Voir et comprendre le Palais des Papes : l’HistoPad

Étienne Anheim, Philippe Bernardi, Valérie Theis, Dominique Vingtain

Comprendre le geste musical patrimonial dans un environnement numérique : le projet IMAPI

Julien Ferrando

DEUXIÈME PARTIE : Nouvelles narrations et formes d’écriture

UrbanHist : un système d’information géographique au service de la mise en valeur du patrimoine

Nicolas Marqué, Géraud De Lavedan, Rémi Béguet

Repenser les outils numériques d’interprétation patrimoniale

Lise Renaud

TROISIÈME PARTIE : Interprétation, collaboration, participation et co-construction

Médiation participative : vers un patrimoine réenchanté ?

Muriel Molinier

La participation dans la création d’un dispositif numérique relatif au patrimoine culturel

Manon Istasse

La narration augmentée au service du patrimoine : recherche et expérimentation

Mélanie Bourdaa

Présentation des auteurs

Les contributeurs

Julien Ferrando est maître de conférences en Musiques anciennes et nouvelles technologies, responsable du secteur musique et sciences de la musique de l’Université d’Aix-Marseille et membre du laboratoire PRISM (AMU/ CNRS). Il est également artiste-musicien membre de l’ensemble Diabolus in Musica et directeur artistique de l’ensemble de musique ancienne Mescolanza. Il collabore régulièrement avec l’ensemble De Caelis sur des programmes de musiques médiévales, mais également contemporaines. Il est conseiller artistique en musique médiévale au Festival de musique ancienne d’Avignon et du Palais des Papes.

Manon Istasse est anthropologue (LAMC, Université libre de Bruxelles). Elle s’intéresse particulièrement à l’engagement de non-professionnels dans la connaissance, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel. Plusieurs post-doctorats en France lui ont permis d’affiner son approche développée dans le cadre de sa thèse au Maroc.

Muriel Molinier est docteure en Sciences de l’information et de la communication et membre du LERASS à l’Université de Toulouse 3 Paul Sabatier. Dans sa thèse soutenue en 2019, La voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel, elle étudie le musée comme lieu privilégié d’inclusion pour les publics fragilisés par des problématiques médicales, sociales ou médico-sociales : elle questionne l’universalité (médiation universelle, public universel) et l’hybridation des pratiques de co-construction musée-santé (remédiation).

Lise Renaud est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon et membre du Centre Norbert Elias (UMR 8562). Ses recherches portent sur les relations entre discours de la promesse et pratiques culturelles, notamment celles impliquant des dispositifs numériques. Adoptant une approche socio-sémiotique, ses travaux visent à qualifier les processus de médiatisation et de figuration visuelle impliqués par l’usage des médias informatisés.

Mélanie Bourdaa est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, à l’université Bordeaux Montaigne et membre du MICA. Ses travaux de recherche, qui s’inscrivent dans le mouvement des cultural studies, se centrent sur les études des fans et les changements des stratégies de production observables au sein des industries culturelles dans un environnement médiatique en mutation, à l’image du transmedia storytelling.

Rémi Béguet, après un BTS Géomètre-Topographe, puis une licence professionnelle en Système d’Information Géographique (SIG), a travaillé dix ans comme technicien SIG pour le cycle de l’eau de Toulouse Métropole. Il obtient l’examen d’ingénieur, et devient chef de projet SIG et multimédia au sein des Archives municipales de Toulouse en 2016. Depuis 2020, il est responsable de l’équipe SIG, à la direction du numérique de la mairie de Toulouse et Toulouse métropole.

Géraud de Lavedan, après avoir étudié puis enseigné l’Histoire Outre-Manche, rentre en France afin d’intégrer les Archives de Toulouse en 1997. Responsable des fonds anciens, il est à l’origine d’Urbanhist et impulse des projets innovants tels Les Bas-Fonds, Meurtres à la carte et #MaPetiteSalleDeLectureVirtuelle, dont le but est de favoriser la recherche historique, tout en permettant l’ouverture des Archives auprès du grand public.

Nicolas Marqué est maître de conférences à l’université Toulouse – Jean Jaurès, spécialisé en histoire urbaine. Il travaille à l’aide d’Urbanhist depuis son doctorat soutenu en 2015, son but était alors de comprendre les transformations de villes importantes comme Toulouse durant la Révolution française, le SIG fut particulièrement précieux pour analyser ces évolutions.


Image de la première de couverture

Parution le 19 novembre 2020

Collection En-Jeux
268 pages – Illustrations – Bibliographie
24 €
ISBN 978-2-35768-125-5

Citer cet article : Équipe des EUA, "Scénographies numériques du patrimoine (dir. Julie Deramond, Jessica de Bideran, Patrick Fraysse)," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 3 novembre 2020, https://eua.hypotheses.org/3955.

3 réflexions sur « Scénographies numériques du patrimoine (dir. Julie Deramond, Jessica de Bideran, Patrick Fraysse) »

    1. Bonjour,
      merci pour l’intérêt porté à notre publication. Comme l’ensemble de nos ouvrages, ce livre sera disponible via les librairies en ligne et, plus particulièrement, sur Place des libraires (https://www.placedeslibraires.fr) ou tout dispositif similaire qui permettra d’aller chercher auprès de sa librairie préférée l’ouvrage. Les librairies indépendantes ont particulièrement besoin de notre soutien.
      Bien à vous,
      YC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.