La gestion d’urgence dans les musées : l’exemple du Liban

Abyssus abyssum invocat : l’abîme appelle l’abîme. On préférerait certainement ne pas accorder de crédit à cette expression biblique quelque peu fataliste, selon laquelle un malheur en entrainerait toujours un autre, tel un cycle infernal. Malheureusement, les évènements dramatiques qui ont récemment secoué la capitale libanaise, le 4 août dernier, viennent consolider la stabilité de cette formule tristement célèbre.

La double explosion du port de Beyrouth : le glas d’une ville essoufflée par la crise

Les dommages du port de Beyrouth au 9 août 2020 (Crédits photo : Madhi Shojaeian/CC by 4.0)

Le 4 août 2020, aux alentours de 18h, une double explosion d’une rare violence retentit dans le port de Beyrouth, ravageant une grande partie de la ville sur un rayon de plusieurs kilomètres, et causant la mort de plus de deux cent personnes, auxquelles il faut encore ajouter des milliers de blessés. La cause de ce désastre est à imputer à une cargaison de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium saisie par les autorités portuaires en 2013, et stockée depuis, dans l’un des hangars du port de la ville. Ce produit chimique, utilisé comme engrais depuis plus d’un siècle dans l’agriculture, sert également à la fabrication d’explosifs, mais ne présente pas de risques lorsqu’il est conservé dans des conditions normales et stables. Cependant, il a la faculté de devenir explosif au contact d’essence ou d’une température supérieure à 210° C. Son stockage impose donc de respecter des règles précises, ce qui ne semble pas avoir été le cas dan la zone portuaire de Beyrouth. En effet, ces centaines de sacs de nitrate d’ammonium ont été entreposées aux côtés de barils d’essence, de kérosène, d’acide chlorhydrique, ainsi que de quinze tonnes de feux d’artifices. Tous les ingrédients étaient donc réunis sur cette liste dépassant quelque peu l’entendement, pour provoquer ce qui a été une des explosions accidentelles les plus puissantes de l’histoire.

Ce drame intervient dans un pays déjà gravement fragilisé par une crise économique éprouvante, et une situation politique instable, à laquelle la crise sanitaire due à la pandémie de COVID-19 est venue s’ajouter, mettant le système de santé sous forte pression. Les dommages humains et matériels causés par la double explosion de cette bombe à retardement, étaient bien la dernière chose dont le Liban avait besoin. Le secteur culturel, déjà en grand péril économique à la veille de ce drame, a, lui aussi, subi de plein fouet les effets de l’explosion. On déplore notamment d’importantes dégradations au sein du musée Sursock, l’unique musée d’art moderne de la ville, alors dévasté, au même titre que le quartier historique chrétien d’Achrafieh où il se trouve, aux côtés de nombreuses bâtisses historiques à l’architecture traditionnelle. Sept autres musées ont été touchés dans un rayon de dix kilomètres. Toutes les galeries d’art à proximité du port ont été entièrement détruites, certaines comptant parmi les plus grandes de la ville, comme la Marfa Gallery, ou la Galerie Tanit. La Dalloul Art Foundation, quant à elle, a été fortement endommagée.

L’urgence de la situation met ostensiblement en évidence l’angoisse, mais également le profond épuisement des professionnels du patrimoine, qui, après s’être relevés tant bien que mal des effets physiques, économiques, politiques et sociaux de la guerre civile entre 1975 et 1990, subissent désormais la lente agonie de leur pays. Hier au bord de la faillite, et aujourd’hui plongé dans un véritable chaos ambiant, le Liban est esquinté, chancelant sous le poids de la conjoncture. Pour autant, l’heure n’est pas encore au renoncement. Même si ce statut quo donne quelque peu l’impression d’un combat contre les moulins à vent, la détermination et le sang-froid qui ont lié professionnels et citoyens bénévoles en une seule et même force, ont été le point d’ancrage d’une énergie transcendante au service du sauvetage de leur patrimoine.

La réunion des professionnels du patrimoine face à la crise

Lebanon: the EU's response to the tragic explosions in Beirut
Les équipes de l’Union Européenne ont soutenu l’intervention d’urgence à Beyrouth (Crédits photo : Bernard Khalil/CC by NC-DN 2.0)

La situation difficile et inédite que nous traversons en ces temps de crise sanitaire à l’échelle mondiale, a contraint la plupart des musées à une fermeture forcée durant plusieurs mois, exposant ainsi les collections à des risques multiples. Dans ce contexte, le Conseil International des Musées (l’ICOM), avec l’appui du Ministère de la Culture français, a organisé une série de quatre webinaires dédiée au renforcement des capacités pour les professionnels des musées, mêlant des spécialistes du monde entier, pour confronter leurs expériences et leurs savoirs sur des sujets variés.

Le troisième de ces webinaires, accessible en replay ici, s’est notamment consacré à la question de la planification de l’urgence dans les musées, avec une attention particulière accordée au cas de Beyrouth, le 4 novembre 2020. Les intervenants sont revenus, entre autre, sur la méthodologie à employer durant les différentes étapes d’une catastrophe, comment, avant, et après, mais aussi sur la mobilisation internationale, et la valeur ajoutée des volontaire dans une situation d’urgence.

A ce sujet, on ne saurait que trop conseiller de consulter le guide de gestion des risques appliquée au patrimoine culturel, produit par le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), et disponible gratuitement au téléchargement ici.

Un modèle de résilience ?

La résilience, du verbe latin resilio, ire, consiste en notre faculté à rebondir après un choc et de surmonter les épreuves. Ce mot s’est progressivement emparé d’un phénomène de mode, y compris dans le domaine du patrimoine. Les intervenants du webinaire ont notamment insisté sur l’incroyable force humaine et sur la solidarité qui s’est immédiatement mise en place à la suite de la double explosion du port de Beyrouth. Si l’aide internationale s’avère capitale face aux millions d’euros matérialisés par les dommages, les volontaires locaux ont tout de même joué un rôle essentiel aux côtés des premiers secours déployés par le Bouclier bleu, l’ICOM ou encore l’ALIPH[1] dans la phase de réponse à l’urgence. Cette dernière a été, quelque part, l’élément déclencheur d’une automatisation sociale très importante, et de l’activation d’une citoyenneté libanaise très forte. Ces bénévoles se sont investis avec beaucoup de motivation et d’enthousiasme, malgré un constat plus que pessimiste lié au cruel manque de moyens du pays, alors en pleine crise financière, à tel point que les banquent ne permettent même pas aux déposants d’avoir accès à leur propre argent. Une crise qui empêche, de fait, de protéger un certain nombre de monuments, qui plus est, seront bientôt soumis de plein fouet à la saison des pluies.

Même si le phénomène de résilience apparait nécessaire pour se reconstruire, Suzy Hakimian, conservatrice du musée des Minéraux et présidente du comité de l’ICOM au Liban, rappelle qu’il ne s’agit plus seulement de résilience, mais de résistance, dans le cadre du Liban. Les musées qui avaient déjà eu beaucoup de mal à se redresser après les affres de la guerre civile et des obus destructeurs, sont pour la plupart privés, et survivent grâce à leurs propres fonds, sans subventions. La pandémie de COVID-19, couplée à cette catastrophe, sonne le glas de cette reprise. « Si nos musées sont grands par leurs collections, ils sont petits par leurs moyens, par leurs personnels, et leurs structures », rappelle-t-elle, mettant ainsi en lumière la nécessité de reconstruction de ces lieux emblématiques que sont les musées, qui permettent aux sociétés de s’exprimer, et de continuer à exister à travers eux, mais qui sont trop souvent relégués au second plan, malgré leur impact positif.

Les habitants de Beyrouth déplorent notamment l’absence de l’Etat, dans ce phénomène de résilience et d’accompagnement des populations, au lendemain de cette catastrophe. Pourtant, la vie culturelle au Liban reste tributaire de la sécurité et de la stabilité politique du pays. L’un ne pourra donc pas avancer sans l’appui de l’autre.

[1] Alliance internationale pour la protection du patrimoine en zone de conflit

Citer cet article : Salomé Bento, "La gestion d’urgence dans les musées : l’exemple du Liban," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 4 janvier 2021, https://eua.hypotheses.org/4163.

Auteur : Salomé Bento

Diplômée d'une licence d'histoire, et actuellement étudiante en dernière année de master Patrimoines et Cultures numériques à l’Université d’Avignon, Salomé Bento s’intéresse tout particulièrement aux problématiques liées à la conservation du patrimoine et à sa transmission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.