Abdennour Bidar, Gérard Delfau – Vivre et faire vivre la laïcité

Vivre et faire vivre la laïcité
Abdennour Bidar
Gérard Delfau

Collection : Entre-Vues
Parution : 27-06-2019
Thème : Histoire, Philosophie
80 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-042-5
ISBN numérique : 978-2-35768-097-5

« S’inscrivant dans le droit fil de la Réforme, de Descartes et des Lumières, comme dans celui du libre examen et du rationalisme, la laïcité entretient un rapport singulier avec la morale, qu’elle veut circonscrite à l’humain, affranchie de tout dogme, de toute parole sacrée. Une morale civique et républicaine qui n’exclut pas mais n’impose pas de références religieuses. »

Extraits

Les origines historiques et philosophiques du concept de laïcité, par Abdennour Bidar

Les lois de laïcisation de l’école de la fin du XIXe siècle (loi de mars 1882 instituant la laïcité des programmes, puis loi d’octobre 1886 instituant la laïcité personnelle) font système avec la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. Les deux se complètent pour donner au projet des Lumières le cadre objectif dont il a besoin pour se réaliser. Ce projet, en effet, est que l’être humain entre dans l’ère de l’autonomie, c’est-à-dire de la liberté de conscience – « sapere aude », « ose penser ! » comme le souligne par exemple Emmanuel Kant dans Qu’est-ce que les Lumières ? (1784). Or, pour penser librement, deux conditions au moins sont nécessaires et solidaires. Il faut d’une part que l’individu ait appris à le faire, et pour cela il a besoin d’une école qui lui transmette tous les outils intellectuels et culturels nécessaires pour lui permettre de former ses propres jugements, de se faire sa propre idée en tous domaines. Il faut d’une part que ni l’État ni la religion ne soient en mesure de lui imposer quoi que ce soit en matière de convictions personnelles – politiques et spirituelles -, mais qu’il puisse se déterminer entièrement par lui-même. Ce sont exactement ces deux conditions que réalisent successivement la laïcisation de l’école, puis celle de l’État au tournant du XXe siècle.


Le vote de la loi de 1905 et son application jusqu’à nos jours, par Gérard Delfau

La loi de séparation n’est pas survenue à la suite d’une soudaine conversion de l’opinion publique ou d’un emballement des dirigeants républicains. Elle est le fruit d’une lente évolution des esprits, pendant tout le XIXe siècle, puis d’une soudaine accélération de sa mise en œuvre, en deux étapes essentielles, durant les 25 premières années de la IIIe République. Il y a d’abord la laïcisation des institutions politiques et des principaux services publics, l’école notamment, puis la « séparation », proprement dite. Or, à chaque fois, il s’agit de répondre à ne tentative de confiscation du suffrage universel et des libertés fondamentales. C’est un réflexe de « défense républicaine », pour reprendre le mot d’ordre du gouvernement Waldeck-Rousseau, qui se met en place en 1899, dans la phase la plus aiguë de l’affaire Dreyfus. Contrairement à ce que prétendent les ennemis de la laïcité, ces décisions législatives courageuses, et qui posent les bases du vivre ensemble, ne sont pas la conséquence de la victoire électorale d’une majorité anticléricale, voire antireligieuse, animée par l’esprit de revanche, mais l’inverse. C’est le sursaut d’un pays en proie au cléricalisme catholique, sous la menace d’un coup d’État militaire, et qui se libère. Il est nécessaire de rappeler inlassablement cette donnée historique, tant le discours commun a déformé la réalité.

[…]

Le 4 mars 1905, Aristide Briand dépose sur le bureau de l’Assemblée son rapport sur « la séparation des Églises et de l’État », et « la dénonciation du Concordat ». S’adressant à ses collègues députés, il écrit : « Nous avons pour objectif de prouver que la seule solution possible aux difficultés intérieures, qui résultent en France de l’actuel régime concordataire, est dans une séparation loyale, complète des Églises et de l’État ». E il ajoute, présentant ce qui sera l’argument clé : « Nous montrerons juridiquement que ce régime est le seul qui, en France, pays où les croyances sont diverses, réserve et sauvegarde les droits de chacun. » Ce point de vue ne sera définitivement adopté par le Parlement qu’après de longs et difficiles échanges, de mars à décembre 1905.

[…]

La neutralité de l’État est désormais la règle. La liberté de conscience ne connaît plus d’entraves, au moins juridiques. La religion est désormais circonscrite à la sphère privée, celle de la société civile et du cadre des relations personnelles ou intimes. La République est laïque. Pourtant, il faudra attendre la Constitution du 27 octobre 1946 (Titre premier, article 1) pour que soit adoptée la célèbre expression : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Nouvelle consécration, la Constitution de la Ve République reprend exactement la même formulation. Une page glorieuse est désormais inscrite dans l’histoire de la France. Elle vaut pour nous enseignement, elle a valeur de leçon, quant à l’attitude que doit prendre la République face aux religions : refus absolu de toute ingérence de l’appareil religieux, dans la vie civile et, a fortiori, au sein de la puissance publique ; en contrepartie, protection assurée à la liberté de culte, quelle que soit la confession.


Les auteurs

Abdennour Bidar est professeur agrégé de philosophie, essayiste, chroniqueur radio, chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au ministère de l’Éducation nationale.

Gérard Delfau est ancien maître de conférences à l’université Paris VII, sénateur honoraire de l’Hérault, président de l’association ÉGALE (Égalité, Laïcité, Europe).


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2021, 23 mars). Abdennour Bidar, Gérard Delfau – Vivre et faire vivre la laïcité. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okzx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search