Vivre et faire vivre la laïcité, Abdennour Bidar, Gérard Delfau

Ce billet se propose de présenter brièvement l’ouvrage Vivre et faire vivre la laïcité. Issu d’un cycle de conférences organisé par Alain Simon le 29 mai 2015 à l’université d’Avignon, il s’inscrit dans le vaste champ de l’histoire de la laïcité en France. Il est structuré en deux parties, une première présentant les origines de la laïcité, par Abdennour Bidar, la seconde détaillant le moment historique du vote et ses suites, jusqu’aux lois des années 2010, par Gérard Delfau.

Des origines historiques et philosophiques du concept de laïcité (Abdennour Bidar)

Deux lois complémentaires : lois de laïcisation de l’école (mars 1882 – octobre 1886) et loi de séparation des Églises et de l’État (9 décembre 1905)

Co-auteur de l’ouvrage, Abdennour Bidar rappelle que la laïcité en France a été définie dans un cadre normatif et systémique. En ce sens, les lois de laïcisation de l’école font « système avec la loi de séparation des Églises et de l’État », et donnent vie au projet global des Lumières, qui consiste à libérer l’homme de toutes entraves pour « oser penser ! » par lui-même, « sapere aude ». Or cette capacité à l’autonomie n’est possible que si deux conditions sont réunies : que l’école joue pleinement son rôle en lui donnant les outils intellectuels et culturels nécessaires qui lui permettent de se forger librement ses propres opinions pour choisir ; que l’État et la religion se gardent d’intervenir dans ses choix personnels, politiques et spirituels. Ce sont là les fondements historiques et philosophiques de la laïcité française qui aboutissent à la loi de 1905.

Commençant son propos par les lois de laïcisation de l’école, l’auteur assure que l’objectif de ces lois est de garantir la liberté de conscience. Pour ce faire, la morale religieuse n’est pas interdite, mais elle n’est plus enseignée dans les écoles de la République. En revanche, elle est inculquée aux enfants en dehors, et notamment au sein du cercle familial surtout si les parents le souhaitent.

Dorénavant, les enseignants aussi ne sont plus issus des rangs du clergé ou d’un ordre quelconque, mais ils sont laïques. Le programme scolaire aussi change. De la lecture, des calculs, des exercices de raisonnement à l’enseignement de l’histoire-géo, de la littérature, etc., tout est fait pour produire un individu modèle, capable d’opérer des choix en matière de citoyenneté politique et de questions existentielles.  Par conséquent, la liberté de conscience permet de douter, de croire ou de ne pas croire.

S’agissant de la loi de 1905, elle vient compléter les lois préexistantes en matière de laïcisation et offre des garanties aux individus.

« Ni l’État ni les Églises ne sont plus en position d’exercer un pouvoir de contraintes sur les consciences : privées de pouvoir politique, les Églises n’ont plus le droit ni les moyens d’imposer quoi que ce soit en matière de conviction existentielle ; privé de pouvoir religieux l’État non plus n’a désormais de droit et de moyen d’imposer quoi que ce soit en la matière. »

Abdennour Bidar

Ainsi, l’État démocratique offre à tous ses citoyens les mêmes droits et ils sont tous soumis aux mêmes devoirs et aux mêmes responsabilités, qu’ils soient croyants ou non-croyants, pour leur émancipation ; il garantit « le libre exercice des cultes ». Par ces deux lois, c’est le projet des Lumières qui se trouve réalisé.

Rappelant que « l’apprentissage et l’exercice de la liberté de conscience » restent « possibles » dans d’autres modèles politiques, l’auteur cite Jean Jaurès pour faire le lien entre démocratie et laïcité. Ce dernier écrit :

Si la démocratie fonde en dehors de tout système religieux toutes ses institutions, tout son droit politique et social, famille, patrie, propriété, souveraineté[…] si elle ne s’appuie que sur l’égale dignité des personnes humaines appelées aux mêmes droits et invitées à un respect réciproque […] si elle se dirige sans aucune intervention dogmatique et surnaturelle, par les seules lumières de la conscience et de la science […], j’ai le droit de dire qu’elle est foncièrement laïque, dans son essence comme dans ses formes […], j’ai le droit de répéter que démocratie et laïcité sont identiques …

Jean Jaurès

Car en effet, la démocratie est l’affaire des hommes et non des dieux. Quand bien même certaines démocraties auraient conservé des références à Dieu ou à la religion, elles ne sont pas pour autant des démocraties religieuses ; elles sont plutôt des démocraties laïques. De ce fait, les affaires du quotidien sont décidées par des assemblées humaines. En ce sens, la laïcité française ne serait pas une forme de tyrannie exercée sur les citoyens. Elle serait au contraire un rempart contre toute forme de tyrannie, et constituerait l’une des voies de la démocratie qui fait de tout individu, une personne libre, capable de dire « je » sans être inquiété par un quelconque totalitarisme, qu’il soit religieux ou étatique.

Le vote de la loi de 1905 et son application jusqu’à nos jours (Gérard Delfau)

Partant lui aussi du contexte de naissance de la laïcité française, Gérard Delfau rappelle que l’acte fondateur du principe de laïcité tel qu’appliqué aujourd’hui, est le vote en 1905 de la loi de séparation des Églises et de l’État. Aussi, le chemin historique de la laïcité a été long, tumultueux et montre à suffisance la complexité du sujet. Il souligne aussi qu’on ne trouve pas dans l’énoncé et les 44 articles de cette loi, le concept de laïcité. Or, nous avons tendance, par habitude, à établir une sorte d’équivalence entre la loi de 1905 et la laïcité. Il rappelle :

Le concept de laïcité ne se limite pas à la formule juridique et politique de la Séparation […]Il est intimement lié d’abord à un mouvement d’émancipation des esprits, à l’affirmation de la raison, à la mise à distance de la religion dans sa forme dogmatique.

Gérard Delfau

Contrairement à son collègue, il pense que la laïcité plonge d’abord ses racines dans la Renaissance et la Réforme protestante. Ensuite, elle trouve son affirmation avec Descartes en s’épanouissant au siècle des Lumières pour aboutir à la Révolution française, « matrice de la loi de 1905 ».  Elle est à cet égard, le fruit d’une « sécularisation progressive ». C’est surtout ce long processus qui donne à la laïcité française, son caractère « d’exception » et qui suscite à la fois « admiration » et haine. « Parler de la loi de 1905 », c’est aussi débattre des controverses et polémiques en leur cherchant du « sens », pour :

« établir les règles d’un vivre ensemble, qui soit à la fois respectueux des convictions intimes de chacun-croyance ou incroyance- mais aussi fidèle à la nature républicaine … fondée sur la citoyenneté. C’est vouloir conjuguer les différences au sein de la communauté nationale. C’est faire l’Un avec la diversité et le Multiple ; c’est faire la France ».

Gérard Delfau

L’auteur expose ensuite, de façon détaillée, le contexte historique qui est celui du moment du vote, notamment l’affaire Dreyfus ou l’élection du pape Pie X. Il rend compte des débats parlementaires, puis relève les principales évolutions législatives autour de la laïcité, jusque dans les années 2010. Il conclut en rappelant « la leçon de 1905 » :

seule la laïcité libère et crée les conditions de l’émancipation.

Gérard Delfau

Les auteurs (en 2015)

Alain Simon

Haut fonctionnaire et ancien membre du Haut Conseil à l’Intégration. Auteur notamment de deux ouvrages sur la laïcité : Laïcité, la croix et la bannière (Paris, Bruno Leprince, 2005) et Le compas d’équerre, combat pour la liberté de conscience (Paris, Bruno Leprince, 2015).

Abdennour Bidar

Professeur agrégé de philosophie, essayiste, chroniqueur radio, chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au ministère de l’Éducation nationale.

Gérard Delfau

Ancien maître de conférences à l’Université Paris VII, sénateur honoraire de l’Hérault, président de l’association EGALE (Égalité, Laïcité, Europe).

Collection Entre-Vues, série Grandes conférences
80 pages
7 €
ISBN 978-2-35768-042-5
Disponible sur OpenEdition Books (lecture sur écran en libre accès)

Citer cet article : Équipe des EUA, "Vivre et faire vivre la laïcité, Abdennour Bidar, Gérard Delfau," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 23 mars 2021, https://eua.hypotheses.org/4165.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.