Sorcellerie et sorcière : quand l’Église se révolte contre la femme

La sorcière est souvent réduite à son image caricaturale. Nous l’imaginons souvent sur un balai volant au clair de lune, le teint verdâtre, un chapeau pointu, vêtue de haillons noirs. La sorcière est aussi représentée sous les traits d’une vieille femme seule, laide, au regard menaçant, s’isolant dans la forêt pour concocter d’horribles potions dans son chaudron, entourée de chauves-souris, de corbeaux et de crapauds. Ce que l’on prétend connaître sur la sorcière suffit pour nous faire frissonner, fantasmer ou rire. Cependant, nous oublions que la sorcière possède sa propre histoire. Cette créature magique a toujours été rattachée à la femme.

Même si le Moyen Âge « a peu brûlé il a, disons plutôt, cherché à savoir si la sorcière était combustible»1. C’est pendant cette période tumultueuse que l’Église a codifié ce qu’est la sorcière, du moins comment elle apparaît dans l’esprit des ecclésiastiques médiévaux. Mais c’est durant le XVIe siècle, qui pourtant était si brillant, que les bûchers de sorcière ont émergé, comme un étendard de son obscurité. Il a fallu trois cents ans pour qu’enfin toute cette folie persécutrice s’arrête. La sorcière constitue un phénomène particulier qui a sa propre évolution, du paganisme au christianisme son image est changeante. Mais alors pourquoi et comment la femme s’est-elle retrouvée emprisonnée dans cette image de la sorcière ?

« Le Moyen -Âge a peu brûlé il a, disons plutôt, cherché à savoir si la sorcière était combustible. »

Colette Arnould, Histoire de la sorcellerie.

Cependant, même si nous allons nous concentrer essentiellement sur l’image féminine de la sorcière, il est important de mentionner que l’homme en tant que sorcier n’est pas exclu, parce que de tout temps magiciens et sorciers se sont tenus aux côtés des sorcières. Ils ont été également les victimes de ces persécutions brûlantes.

Les sorcières, ou tandem, estampe de Jean Veber, 1900
Les sorcières, ou tandem. Estampe de Jean Veber, 1900 (source : Gallica/BNF)

L’hérésie ensorcelante des femmes

Dans le cas de la femme sorcière, son hérésie se situe dans sa connaissance de la nature. La sorcière est une guérisseuse, une sage-femme. Toute cette connaissance est pour l’Église liée aux anciennes coutumes du monde païen, un monde que l’autorité ecclésiastique croyait révolu. Cette femme animiste remet en cause ses fondements et ses principes. C’est pour cela que la sorcière apparaît dans la société comme une tueuse d’enfants, une entremetteuse préparant philtres et autres potions, comme celle qui déchaîne les éléments et les épidémies dévastatrices. La sorcière est la personne qui répand le mal sur le monde, tout comme Pandore ou Ève avant elle. Pour les hommes d’Église détenteurs de l’autorité, il est important que les Hommes retrouvent le chemin de la foi. Il faut déraciner les superstitions païennes.

En 1320, une évolution aux lourdes conséquences apparaît. En effet, la magie se transforme en sorcellerie. Une magie démoniaque, dont la sorcière est la première fidèle. C’est au même moment que la peur commence à prendre place dans l’esprit de chacun. Les hommes vont alors commencer à se méfier de tout ce qui leur semble inhabituel. On commence à suspecter les animaux ainsi que les plantes en leur donnant des vertus funestes en fonction de leur apparence ou du lieu où elles poussent. On se méfie également des objets et de la manière dont on les utilise (miroirs, cordes, ficelles…).

Tout individu qui a un comportement bizarre devient alors un suspect. La méfiance est omniprésente. En effet, celles qui prononcent des mots ou des expressions incompréhensibles sont des sorcières. On commence à scruter la maison voisine à la sienne, regardant les faits et gestes de la famille qui y habite pour déceler tout acte pouvant s’associer à la sorcellerie. Comme nous l’écrit Colette Arnould dans son livre Histoire de la sorcellerie « à trop parler de ce que l’on redoute, on l’exacerbe. A vouloir tout justifier, on se donne des raisons dont la raison est exclue ». L’Église, ses pères fondateurs, les textes canoniques étaient en parfaite concordance. En associant hérésie et sorcellerie, ils disposaient d’une preuve certaine pour la condamner. En associant les femmes à cette hérésie, cela ne rendait que plus réel le crime des sorcières.

« A trop parler de ce que l’on redoute, on l’exacerbe. A vouloir tout justifier, on se donne des raisons dont la raison est exclue. »

Colette Arnould, Histoire de la sorcellerie.

La femme comme maîtresse de Lucifer

L’hérésie de la sorcière est liée au Diable. C’est de là que naissent toutes sortes d’idées et de fantasmes liés au culte satanique. C’est de ces idées que naît le mythe du Sabbat, la cérémonie de la Contre-Église où on adorait Lucifer, dans des réunions nocturnes en pleine forêt dans une totale décadence libidinale contre nature. L’inquisition est née pour juger et lutter contre l’hérésie. La chasse aux sorcières est alors lancée. La sorcière n’a plus aucune chance d’échapper à son jugement. Cette chasse aux sorcières ne fait qu’exacerber encore plus tous les vices dont elle est accusée (débauches, tentations, tromperies…).

Des textes sont créés pour codifier les accusations permettant aux inquisiteurs de prouver selon une méthode précise que les femmes incriminées sont bien des sorcières. Le plus connu est sans doute le Malleus Maleficarum qui apparaît en 1486. Dans ce livre, on y codifie la méthode à suivre pour juger ces femmes ainsi que les tortures assimilées à chaque crime commis. Désormais, l’inquisiteur croit en la sorcière, donc la sorcière existe, et son crime est d’autant plus réel.

La femme est au cœur de cette répression : les ecclésiastiques la voient comme le sexe faible en proie à la malice diabolique. L’homme n’est donc plus concerné au fil des procès. La nature des femmes n’est plus à prouver. Selon l’Église inquisitrice, « elles sont le mal nécessaire, un fléau délectable, l’homme n’a donc pas le choix d’y succomber »2. Pour les inquisiteurs, elles sont inévitablement des sorcières, car c’est à cause d’elles que le péché existe sur la terre. Et c’est là tout le drame féminin. Les procès de sorcellerie sont le moyen de juger la femme. L’accusation de sorcellerie est le seul argument de sa condamnation.

Il est essentiel pour l’Église de maintenir le pouvoir entre les mains des hommes. Le destin des femmes ne doit dépendre que d’eux. Avec le Malleus, la femme était certes une sorcière, mais elle est devenue également l’incarnation débridée de la sexualité. Lors des procès, les inquisiteurs retraçaient entièrement le parcours sexuel de la femme jugée. Ils remettaient en question le plaisir féminin. Pour les détendeurs de la foi, il fallait étouffer toute forme d’audace ou d’émancipation sexuelle féminine. Les sorcières deviennent alors pour la société des débauchées, des tentatrices insoumises œuvrant dans les ténèbres pour le compte du Diable.

Voilà comment la femme est devenue en ces temps troublés l’ennemie à abattre, car c’est sur elle qu’on a basculé tous les maux de cette société en quête de restructuration. D’autant plus que la femme est l’ennemie toute trouvée puisqu’elle l’est depuis la nuit des temps. Aujourd’hui, la figure de la femme sorcière est devenue l’emblème de la femme insoumise et rebelle. La sorcière incarne une héroïne moderne libre malgré son destin tragique. C’est une femme fière qui est totalement maîtresse de son destin. La sorcière, ni vaincue, ni soumise devient même le symbole du féminisme moderne dans toute remise en question des institutions politiques, religieuses ou patriarcales possédant une autorité forte. Ainsi, le mot « sorcière » n’est plus assimilé au mal. Elle est devenue pour beaucoup le synonyme de revendications majeures.

Bibliographie :

ARNOULD Colette, Histoire de la sorcellerie, éditions Tallandier, collection « Texto », Paris, 2019.

DU CHENE Céline, Les sorcières : une histoire de femmes, Michel Lafon, édition France Culture, Paris, 2019.

Citer cet article : Noémie Candotti, "Sorcellerie et sorcière : quand l’Église se révolte contre la femme," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 21 décembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4186.
  1. ARNOULD Colette, Histoire de la sorcellerie, éditions Tallandier, collection « Texto », Paris, 2019. []
  2. ARNOULD Colette, Histoire de la sorcellerie, éditions Tallandier, collection « Texto », Paris, 2019. []

Auteur/autrice : Noémie Candotti

Diplômée en histoire spécialité Patrimoine et histoire de l’art. Je suis actuellement, étudiante à Avignon en deuxième année de master patrimoines et cultures numériques. Je me destine aux archives. Je concilie ma passion des livres avec l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.