Le podcast, une forme de culture numérique à part entière

Les années 2000 voient le développement et la multiplication de la pratique culturelle nomade, en France et dans le monde : les baladeurs numériques succèdent aux baladeurs CD et aux baladeurs cassette. À la consommation de la musique, vient s’ajouter la possibilité de consommer des podcasts, téléchargeables à la demande.

La pratique nomade de la culture devient massive, avec l’arrivée et la démocratisation des smartphones autour de l’année 2010 : toutes les productions audio, audiovisuelles, musicales y sont disponibles, et cela tend aujourd’hui à se développer davantage.

Le podcasting, terme issu de la combinaison des mots « Ipod » et « broadcasting » est une technologie de diffusion de fichiers multimédias (audio ou vidéo) sur internet. Ces fichiers sont nommés « podcast ».

« Ces formats, proposés à l’auditeur de façon libre […] peuvent […] être consommés différemment, d’autant de manières qu’il y a d’auditeurs »

Les podcasts sont encore aujourd’hui des formats peu reconnus car ils sont issus d’une culture numérique totalement nouvelle, qui n’est pas encore entrée dans l’usage commun. Pourtant, les podcasts sont des productions innovantes, qui peuvent correspondre à des centres d’intérêts très diversifiés : histoire, information, musique, cinéma, vie quotidienne, développement personnel, sport, littérature, jeux vidéos…

Un format novateur, diversifié et disponible à la demande

Ces formats, proposés à l’auditeur de façon libre, qu’il peut écouter à la demande en ligne ou hors ligne (grâce au téléchargement) peuvent alors être consommés différemment, d’autant de manières qu’il y a d’auditeurs : pour enrichir ses connaissances ou sa culture générale dans un cadre personnel ou scolaire, pour se divertir, lors d’un moment de détente, ou encore pour s’informer sur les actualités à court ou moyen terme, en complément ou en remplacement des médias traditionnels.

La consommation culturelle libre, grâce à la disponibilité « à la demande » est devenue une habitude de consommation ces dernières années, d’abord pour les jeunes générations, puis pour tous. L’inexistence de contraintes techniques, tarifaires et temporelles favorise ce processus.

En 2020, selon Médiamétrie, 26 % des Français déclarent écouter au moins un podcast tous les mois, ce qui équivaut à 12,3 million de personnes, un chiffre en hausse d’environ 50 % par rapport à 2019.

Les transports en commun ou plus généralement les déplacements semblent être des moments privilégiés par tous les auditeurs – Licence Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0 – Crédit : sinkdd

L’écoute de podcasts se prête à tous les moments de la vie quotidienne et particulièrement aux déplacements, ce que le terme « baladeur » impliquait déjà lors de son invention, faisant référence à la balade, à la promenade et donc à la mobilité.

Création et usages : une accessibilité exacerbée

Une distinction est faite entre les podcasts dits « natifs », créés d’emblée dans le but d’être des podcasts numériques, et les podcasts issus d’émissions radiophoniques. Ces derniers sont alors créés d’abord et avant tout pour être diffusés à la radio, puis sont transformés pour devenir des podcasts à part entière, en proposant à l’auditeur un « replay ».

Leur production ne nécessite pourtant pas des studios professionnels d’enregistrement, ni du matériel très coûteux : un microphone de bonne qualité, un savoir-faire en montage sonore et une bonne capacité d’animation suffisent. Le podcast est un format qui jouit d’une grande adaptabilité, et les « amateurs » peuvent tout à fait s’y lancer.

« C’est […] un format intime, qui jouit d’une relation directe entre le créateur et l’auditeur »

Si le podcast peut être écrit et construit, à l’image d’un documentaire, il peut également être improvisé, partiellement ou totalement, grâce au dialogue entre les producteurs du podcast ou avec un invité.

De manière très récente, émergent sur internet des podcasts issus d’une hybridation des formats. Par exemple, des vidéastes produisent des podcasts d’un genre nouveau, écoutables en direct sur des plateformes de streaming, mais aussi disponibles ensuite à la demande en version audio ou en version audiovisuelle.

La fabrique de l'histoire - France Culture

Suggestion n°1 : les podcasts du groupe Radio France, groupe pionnier de la production de podcasts en France (ils créent des podcasts radio et plus récemment des podcasts natifs)
Une mention toute spéciale pour les podcasts La Fabrique de l’histoire produit par France Culture et Affaires sensibles, produit par France Inter.

Suggestion n°2 : Entre Nos Lèvres
Construit à partir du dialogue avec chaque invité, Entre Nos Lèvres raconte les vraies histoires autour de la sexualité ; le tout avec empathie, tolérance et bonne humeur. Ce podcast brise les tabous et les craintes, nous éduque, nous fait rire ou pleurer. Mais surtout, il nous ouvre à l’autre, à la différence et donc à la tolérance.

Suggestion n°3 : 1000 degrés
Produit par Insider Podcast, 1000 degrés est la première investigation narrative française en podcast. Les épisodes nous plongent dans une vieille affaire judiciaire, portant sur l’explosion d’un colis piégé en 1994 près de Toulouse. Une enquête menée avec précision qui saura vous tenir en haleine.

Le podcast est un format très libre et évolutif, au fil du temps et des avancées technologiques. C’est d’autre part un format intime, qui jouit d’une relation directe entre le créateur et l’auditeur. La technologie donne en effet une place essentielle à la volonté du consommateur.

La technologie au service du podcast

La diffusion des podcasts est généralement possible grâce à l’abonnement de l’auditeur à un flux de données au format RSS, qui permet une écoute immédiate ou un téléchargement du contenu en vue d’une écoute ultérieure.

Le flux RSS désigne une convention de structuration des flux sur internet (de l’anglais, really simple syndication). Il permet de garantir leur diffusion dans un format compréhensible par le plus grand nombre et par des appareils divers : téléphones, tablettes, ordinateurs, etc.

Surtout, cette technologie permet de faire connaître les mises à jour d’un site en temps réel, ou d’une plateforme d’écoute. Ainsi, par extension, il est très utile pour signaler automatiquement l’ajout de nouveaux épisodes d’un podcast. L’auditeur, une fois abonné au podcast, et donc au flux RSS correspondant, en est informé.

L’écoute de podcast résulte de l’implication de l’auditeur : c’est la logique « pull » qui prime, en opposition à la logique traditionnelle de consommation « push ». Les auteurs publient des fichiers et c’est aux auditeurs que revient le rôle de gérer leur liste de lecture et leurs souscriptions, selon leurs centres d’intérêt, leur curiosité et leurs goûts.

La création de podcasts et leur écoute se développent de manière exponentielle ces dernières années, dans un monde saturé d’images, de médias et de publicité. Cela consacre une nouvelle manière de consommer, qui repose sur l’envie et l’implication des publics. Le podcast, comme part de la culture numérique, est un format qui jouit d’une praticité, d’une accessibilité fortes et d’une grande adaptabilité. Il fait partie pour beaucoup de Français de la culture quotidienne : il s’écoute à tout moment de la journée, seul ou à plusieurs, et à tout moment de la vie. Bouleversant nos habitudes de consommation, le podcast rend ses lettres de noblesse à nos capacités d’imagination, d’écoute et de partage ; des facultés trop souvent laissées de côté au profit des images, qui rythment notre quotidien. Il contribue à forger notre esprit critique et notre ouverture d’esprit, y compris dans des domaines qui nous sont étrangers.

Seul l’avenir fera, peut-être, des podcasts une culture numérique majoritaire et partagée par tous…

Citer cet article : Célie VIELFAURE, "Le podcast, une forme de culture numérique à part entière," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 6 janvier 2021, https://eua.hypotheses.org/4275.

Auteur : Célie VIELFAURE

Étudiante en Master 2 Patrimoines et cultures numériques, professionnelle du patrimoine en devenir, j’aime découvrir tous les champs de la culture, de l’art et des sciences humaines. Mon but est de préserver ces savoirs et de les transmettre aux générations futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.