S’émanciper par les contradictions : les « Utopies réelles » de Erik Olin Wright

Nous vivons une époque marquée par la crise : les propriétés principales du système capitaliste – profondément enfoncées dans nos mœurs, dans nos principes politiques, et économiques – intensifient l’instabilité, l’inégalité, et l’injustice vécues par tant de personnes aujourd’hui dans le monde, à une vitesse alarmante. Comment pourrait-on renverser ce système nuisible, qui est considéré comme l’ordre naturel, et le substituer par l’organisation d’une société réellement égalitaire et émancipatrice ? Comment faire sans se perdre dans les fantasmes idéalistes d’un autre monde, d’une utopie ?

Ces questions sont le point de départ de Utopies réelles du sociologue américain Erik Olin Wright, qui étudie des procédés concrets et simples pour mettre en pratique des concepts alternatifs au capitalisme. Dans le paradoxe du titre « Utopies réelles » on retrouve les fondements des approches alternatives et possiblement durables. En effet, Wright situe les solutions, autant que les obstacles du système actuel, dans les forces contradictoires et les tensions qu’elles relèvent : « l’idée d’ ‘utopies réelles’ cristallise cette tension entre rêves et pratiques. Elle se fonde sur la croyance que ce qui est pragmatiquement possible n’est pas fixé indépendamment de nos capacités d’imaginer et demeure façonné par nos capacités à prévoir. » Son essai est au coeur d’un enchevêtrement regroupant les sciences sociales, politiques et économiques où l’on découvre des alternatives durables. Parce que même si la définition du capitalisme se résume dans quelques notions simples, « des rapports de classes définis par la propriété privée et par des travailleurs sans propriété ainsi qu’une coordination organisée par le biais d’échanges marchands décentralisés », les effets de ces caractéristiques sur les systèmes sociaux, politiques et économiques sont plus subtils.

« Refraction of Light (Prisms & Metal Rods) » (crédit : @CarShowShooter/CC BY-NC-SA 2.0)

La nature de la structure économique peut être déterminée par le rapport de trois instances de pouvoir – le pouvoir social1, le pouvoir étatique2, et le pouvoir économique3– et l’étendue d’une dominance d’un pouvoir sur les autres. Comme la lumière passée par un prisme, les notions centrales du capitalisme sont dispersées quand elles passent par ces instances de pouvoir, et s’intègrent aux interactions sociales, étatiques et économiques à des degrés variables. Donc pour imaginer les alternatives à une structure économique qui impliquerait des relations sociales démocratiques, collectives et égalitaire, il faut se concentrer sur des initiatives renforçant l’émancipation sociale.

L’écosystème social

Pour éviter les embûches typiques des fantasmes utopiques, Wright insiste sur la compréhension des structures de la société pas comme un organisme intégral, mais plutôt comme un écosystème d’éléments entremêlés où « des éléments hostiles peuvent coexister dans des équilibres inégaux et changeants, sans pour autant provoquer l’explosion du système ». Au lieu d’un renversement total, ce schéma permet une transformation du capitalisme par des modifications à long terme et durables, à l’instar de l’introduction d’une nouvelle espèce et des transformations qu’elle engendrerait dans un écosystème réel.

Comme dans les écosystèmes prospères où les relations entre espèces sont diverses, l’hybridité des relations sociales, de la capacité d’individus à exercer les actions collectives et de la coopération est essentielle au renforcement de l’émancipation sociale sur les pouvoirs étatique et économique. Un exemple observé par Wright est le budget participatif de Porto Alegre au Brésil. Des assemblées ont été organisées sur plusieurs critères (géographique et thématique), ont eu lieu en plusieurs sessions (plénières et thématiques) où les délégués des assemblées y ont délibéré des projets potentiels, recensés par des études économiques et des entretiens avec les résidents, pour décider comment affecter les fonds de la municipalité. À la suite de ces instances on a pu notamment constater que des fonds importants avaient été alloués aux régions les plus démunies, l’engagement civique était plus élevé, et la corruption du gouvernement local diminuait.

L’hybridité est ce qui rend les utopies réelles véritablement réelles : elle ouvre la voie à des façons d’exercer le pouvoir social pouvant évoluer selon les besoins du peuple et de la société. Si l’objectif est de neutraliser les rapports de pouvoir inégalitaires et non-démocratiques, l’hybridité des méthodes renforçant l’émancipation sociale ne donne pas des solutions immédiates mais des possibilités durables.

La transformation interstitielle

« Interstice » (crédit : _boris/CC BY-NC-SA 2.0)

« (…) alors la seule véritable alternative est une stratégie qui envisage la transformation comme un processus de métamorphose dans lequel de petites transformations successives produisent, en s’additionnant, un changement qualitatif au sein même du système social. »

Erik Olin Wright

Parmi les trois formes de transformation identifiées par Wright – rupturelle, interstitielle, et symbiotique – la transformation interstitielle est particulièrement intéressante pour son potentiel révolutionnaire dans l’« écosystème » social. La transformation interstitielle se passe dans les fissures à l’intérieur de la structure sociale dominante. Sans être explicitement subversive, la transformation interstitielle permet la prospérité de pratiques non-normatives qui pourraient influencer les attentes d’un système existant. L’exemple classique est la transition d’un système féodal à un système capitaliste, mais on peut aussi regarder des exemples contemporains comme les technologies Open Source ou Wikipédia. Bien que ces transformations puissent exister à l’intérieur du système dominant sans l’antagoniser directement, elles oeuvrent à établir des pratiques non-dominantes dans la société et enraciner des structures plus démocratiques et égalitaires.

Quand on entend « utopie » on entend l’idéal imaginaire et irréel, mis en opposition avec de vraies pratiques et solutions rationnelles. Pour éviter cette opposition binaire qui nous laisse stagner dans les maux du capitalisme, Wright ne promet aucune solution définitive, et avoue même qu’une alternative socialiste réussie n’est pas garantie. Or une transformation réelle de notre système n’arrivera jamais dans une unique solution définitive. Tout ce qu’on peut faire, d’après Wright, est essayer de mieux comprendre le territoire dans lequel on se trouve – les chemins qui nous mènent, les obstacles qui nous empêchent d’aller vers notre destination souhaitée – et comment utiliser les outils à notre disposition pour être confiant qu’on va dans la bonne direction.

Source

Erik Olin Wright, trad. Vincent Farnea, João Alexandre Peschanski, Utopies Réelles, Éditions La Découverte, Paris. 2017.

Citer cet article : Molly Gilbertson, "S’émanciper par les contradictions : les « Utopies réelles » de Erik Olin Wright," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 29 décembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4930.
  1. « la capacité de mobiliser les individus dans des actions collectives et de coopération volontaire au sein de la société civile » []
  2. « le contrôle de la production des règles et leur application sur un territoire donné » []
  3. « la propriété et le contrôle des ressources économiques » []

Auteur : Molly Gilbertson

Diplômée des licences en Création Littéraire–Anglais et Études Francophones, Molly est actuellement étudiante en Master 2 Théâtre(s) et Cultures Anglophones Contemporains à Avignon Université. Son sujet de mémoire de recherche est l'écopoétique américaine contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.