Des mémoires et des vies : le périple identitaire des Français du Banat (Smaranda Vultur)

Ce livre est exceptionnel. Il relate une histoire peu connue, qui brasse pourtant plusieurs siècles d’histoire européenne, depuis la migration de Français aux XVIIIe siècle pour peupler le Banat, jusqu’au retour de leurs descendants après la Seconde Guerre mondiale, qui notamment redonnent vie au village vauclusien de La Roque-sur-Pernes. Des témoignages bouleversants, beaucoup d’images provenant d’archives familiales font découvrir des destinées et des trajectoires inouïes. Mais ce livre déploie également une réflexion profonde quant à la formation des récits historiques, de la mémoire collective et de l’identité.

Oui, mais il y a quinze ans, je lui ai demandé si elle ne voulait pas retourner là-bas. Elle a dit : « Non non pour rien au monde ! » Elle est restée sur le souvenir de choses qui se sont passées à la fin de la guerre : les Allemands, les Russes, les déportations, les expropriations des gens, etc.

Philippe Willer (entretien réalisé en avril 1999)

Treffil cherchait systématiquement les numéros des maisons et racontait tout ce qu’il savait sur la famille respective, en commençant par le premier ancêtre arrivé, son travail, avec qui il s’était marié, combien d’enfants il avait eu, quand il était mort.

Cristina Renard (entretien réalisé en 1999 et revu en 2012)

Extrait de l’introduction de Benjamin Landais

Le texte que les Éditions Universitaires d’Avignon rendent accessible à un public francophone ne cherche pas à commémorer une identité collective, dans une démarche publicitaire ou patrimoniale. Il ne se complaît pas non plus dans la genèse froide et distanciée d’une expérience humaine consignée dans un sabir académique. Il s’adresse aussi bien au spécialiste qu’au curieux, à ceux qui ont participé à l’« odyssée » des Banatais français qu’à ceux qui, trop jeunes ou trop éloignés géographiquement, ne l’ont vécue que par procuration. Le tour de force de l’autrice consiste justement à rendre compte de l’identité en situation, à feuilleter les différents registres culturels et sociaux de son affirmation. Le traitement de l’identité n’est jamais ingénu et pourtant toujours abordable.

Smaranda Vultur s’appuie sur une solide enquête conduite simultanément dans deux pays – la France et la Roumanie – pendant les années 2000. Son travail de terrain lui a permis de sortir des sentiers battus, d’une identité définie par des négociations diplomatiques, des proclamations politiques, des assignations administratives, des narrations journalistiques ou des sentences d’historiens. Les témoignages matériels et mémoriels recueillis sont placés au centre de l’ouvrage. La parole captée au cours des entretiens n’est pas traitée comme un matériau brut destiné à disparaître derrière plusieurs couches d’interprétation. Intégralement transcrites, les interviews font partie intégrante de l’œuvre finale. Les objets révélateurs de mémoire apparaissent aussi au détour des pages. Ni illustration d’un propos sur-plombant ni totems identitaires, ces sources sont replacées dans leur contexte d’usage. Le parcours de l’anthropologue est intégralement restitué. Les rapports, éphémères ou durables, qu’elle établit avec les témoins sont transparents. Le texte est structuré par une écriture en spirale : de chapitre en chapitre, les rappels historiques, les excursus théoriques, les récits de vie, les explications méthodologiques et les anecdotes signifiantes se succèdent rapidement, avant de revenir pour élargir le champ des connaissances. L’exigence scientifique est associée à la peinture éloquente d’une mémoire vivante. En définitive, chaque lecteur, quel que soit son profil, y trouve son compte.

Le Banat en Europe © Benjamin Landais

Extrait du texte de Smaranda Vultur

« Le travail était la valeur modèle », a déclaré Hans Damas de Tomnatic. Quant à l’image du colonisateur, à laquelle les Souabes du Banat s’identifient ou sont identifiés, rien ne convient mieux pour la réactiver que la situation de La Roque en 1950, à l’arrivée des premiers colons, telle qu’elle est décrite par le maire Delebecque (1951) : c’est un village qui se vide, qui perd sa force de travail. L’arrivée des habitants du Banat semble être la solution salvatrice et Lamesfeld saura en profiter pour initier et mettre en œuvre l’implantation des « habitants du Banat d’origine française », en réalité d’une petite partie d’entre eux, dans un village sur le point de disparaître.

Le plan n’aurait pas été couronné de succès s’il n’avait pas fait appel à un schéma préexistant dans la mémoire de ceux qui, volontairement ou non, consciemment ou inconsciemment, s’identifiaient à l’image-support du « bon colon ». Cette image est un élément catalyseur et ouvre un horizon optimiste à celui qui a tout perdu, connu la situation précaire de réfugié, d’apatride, de victime. De plus, elle relie ce nouveau début à un autre, celui de l’arrivée des ancêtres lorrains au Banat. Un autre cercle se referme et se rouvre ici selon un modèle transmis de génération en génération durant deux siècles, et conservé comme guide d’action personnelle et collective. Le maire Delebecque considère les habitants du Banat arrivés en France comme des « colons incomparables », « une main-d’œuvre incomparable, mise au service d’une volonté de fer ».

Le mythe du « héros civilisateur » prend le visage facilement identifiable du « bon colon », miroir où peuvent se reconnaître facilement ceux qui vécurent – ou réactivent par la mémoire – l’expérience de la transplantation comme colons au Banat sur une terre marécageuse et originairement hostile, celle du transfert forcé dans le désert de Bărăgan, ou encore l’arrivée dans un village provençal se vidant de sa population.

Les auteurs

Smaranda Vultur

Docteur ès Lettres (Université de Bucarest), maître de conférences à l’Université de l’Ouest de Timişoara, Smaranda Vultur a enseigné la littérature comparée, l’anthropologie culturelle, l’anthropologie de la mémoire et la communication interculturelle. Membre de l’Union des Ecrivains de Roumanie et du PEN Club roumain, elle a enseigné le roumain à Paris IV Sorbonne (1992-1995) et à l’Université de Pise (2003-2005), a été invitée à l’EHESS (1998-2000, 2010), et à Paris VIII (2010). Elle a reçu le titre de Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques en 2012.

Benjamin Landais

Benjamin Landais est normalien et agrégé. Soutenue en 2013, sa thèse est consacrée à l’articulation entre ethnicité et privilèges dans le Banat avant l’émergence du nationalisme. Il est maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Avignon depuis 2014. Spécialiste de la monarchie des Habsbourg, ses travaux portent aujourd’hui sur les sociétés paysannes, les frontières et la cartographie.


Parution le 06 mai 2021

Collection Passion du patrimoine
376 pages-Nombreuses illustrations, bibliographie.
28 €
ISBN 978-2-35768-131-6

Citer cet article : Équipe des EUA, "Des mémoires et des vies : le périple identitaire des Français du Banat (Smaranda Vultur)," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 31 mars 2021, https://eua.hypotheses.org/5218.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.