Une lecture personnelle d’Averroès (Fouad Laroui)

Ce texte est issu des leçons données par Fouad Laroui le 11 juillet 2013 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Il commence par apporter quelques précisions sur le sujet de cette conférence, il ne se placera pas dans le champ de l’érudition savante et il va notamment s’intéresser au « Traité décisif » d’Averroès ou Ibn Roshd (son nom varie selon les moments et les régions où l’on se trouve). Il veut dans cette œuvre mettre en avant l’intérêt d’étudier Averroès pour un intellectuel du Maghreb au 21e siècle.

Laroui commence par nous présenter l’homme qu’était Ibn Roshd, né en Espagne en 1126, « grand philosophe à l’ancienne », s’intéressant à de nombreux domaines. Ce dernier passe toute son enfance dans un contexte de guerre et de chaos et, grâce aux Almohades, l’ordre sera rétabli. En comprenant qui ils sont, on peut mieux comprendre Averroès. Un homme deviendra le grand idéologue des Almohades : Ibn Tournert, qui étudie les sources et fondements du droit musulman, ainsi que la théologie des écoles Ash’arites et Mu’tazilites, domaines qui n’étaient étudiées ni au Maghreb ni en Andalousie. Avec Abdul-Mu’min, ils vont professer l’unicité [de Dieu]/« Al-Muwahhidun ». Ils créent un mouvement en voulant revenir à la pureté originelle de l’Islam. Ils sont des fondamentalistes et Laroui s’étonne alors qu’Averroès, emblème du rationalisme, voire de l’agnosticisme, les serve fidèlement. De plus, Ibn Roshd se voit très apprécié au Maroc alors qu’il conteste le malékisme.

Illustration représentant Averroès dans le Dictionnaire infernal par Collin de Plancy (1863). Louis Le Breton, Domaine public, via Wikimedia Commons

Le « Traité décisif » est une fatwa, un avis légal donné par une personne qualifiée ou non, et traite surtout d’une question qui est : « A-t-on le droit de faire de la philosophie en Islam ? » Nous pouvons voir qu’à cette époque, la philosophie inclut également les sciences. Dans son traité, il dit que la philosophie est soit obligatoire, soit recommandée et qu’il faut aller au fond des choses. Il commence d’ailleurs par définir cette notion de philosophie : « La philosophie, c’est l’examen rationnel des étants et le fait de réfléchir sur eux en tant qu’ils constituent la preuve de l’existence de l’Artisan ». Pour Laroui cette définition ressemble à une preuve de l’existence de Dieu. Et cela entraine, pour lui, une première réflexion, « est-il possible d’avoir une connaissance parfaite de la zoologie et de la biologie sans se mettre dans le cadre de pensée darwinienne ? » Il est ensuite avancé qu’il faut connaître Dieu par la démonstration, telle une conception philosophique. C’est une « construction intellectuelle de Dieu » qui passe par la pensée et qui n’est donc pas une notion très éloignée de l’agnosticisme. De cette façon, il explique que si Dieu n’est connu que par la démonstration, il est alors impossible de prouver telle ou telle interprétation théologique. De ce fait, certaines querelles seraient évitées.

« La philosophie, c’est l’examen rationnel des étants et le fait de réfléchir sur eux en tant qu’ils constituent la preuve de l’existence de l’Artisan »

Averroès

Laroui s’intéresse ensuite au protecteur d’Ibn Roshd, Ibn Tofayl, et notamment à son conte philosophique « Havy ibn Yakzan », où il va finalement constater qu’il est possible d’acquérir toute science, même celle de Dieu, sans passer par des livres sacrés. Fouad Laroui s’interroge : comment était-il possible d’avancer, à cette époque, de tels propos alors qu’aujourd’hui cela est prohibé ? Il distingue trois façons différentes d’arriver à Dieu, en avançant qu’aucune ne devrait être supérieure à l’autre :  « la construction intellectuelle de Dieu » « la Révélation » et enfin « le mysticisme/le soufisme ». Il avance également qu’un homme qui accepte la science et un qui récite le Coran sont tout autant musulmans grâce à cette fatwa. Par la suite, Averroès s’intéresse au rapport à entretenir avec les « peuples anciens », car pour lui on peut s’en inspirer et faire quelque chose de bien. Pour Laroui, ces paroles sont sages et humaines et sont à l’opposé de ce que peuvent dire les « islamistes bornés » aujourd’hui.

Arrive enfin le point crucial de son Traité, les possibles contradictions entre la philosophie et « la Révélation » (qui englobe le Coran, l’Ancien Testament, les Psaumes, le Nouveau Testament, ainsi que des textes attribués à Abraham et qui auraient disparu). Ce conflit est chose impossible pour Averroès, car « la vérité ne peut être contraire à la vérité ; elle s’accorde avec elle et témoigne en sa faveur », et il faut alors interpréter toute contradiction de façon à ce que la science prenne le dessus sur la Révélation. Mais certaines choses resteront ambiguës parce que les hommes ont des natures différentes. Laroui, comme Averroès, pense que la connaissance par la théologie ou par la Révélation est destinée à être remplacée par la connaissance scientifique qui ne cesse d’évoluer. Laroui conclura donc sur ce qui pour lui est la meilleure façon d’être musulman. Il cite Wittgenstein : « ce dont on ne peut parler, il faut le taire », car pour lui on ne peut, par définition, rien dire de « particulier » sur Dieu. Il faut alors se déclarer agnostique et ne rien dire. D’après lui, ce silence stopperait les rivalités religieuses, les guerres de religion, car chacun aurait son propre essor spirituel.

L’auteur

Portrait de Fouad Laroui, en dédicace dans la cadre du « Livre sur la Place », Nancy, 2011. CC-BY-SA-3.0

Ingénieur et économiste de formation. Fouad Laroui est romancier, poète, éditorialiste et critique littéraire en plus d’être professeur de littérature à l’Université d’Amsterdam. Issu d’une famille originaire d’Azemmour au Maroc, il y passe une agréable enfance et étudie au lycée Lyautey de Casablanca. Il poursuit ses études et arrive en France pour intégrer l’École nationale des ponts et chaussées. Il va diriger une usine de production de phosphate au Maroc puis il voyage, notamment en Angleterre. C’est après l’obtention d’un doctorat en sciences économiques qu’il s’installe à Amsterdam pour enseigner. Parallèlement à cette vie d’enseignant, il se consacre à l’écriture. Il reçoit de nombreux prix, par exemple le prix découverte Albert Camus (1997) ou le Goncourt de la nouvelle avec « L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine » (2013). Il vient de publier très récemment, le 5 mai 2021, « Plaidoyer pour les Arabes » (édition Mialet Barrault).

  • Collection : Entre-vues, Leçons de l’Université
  • Parution : 2014
  • 72 p. – 7 €
  • ISBN : 978-2-35768-009-8

Auteur/autrice : Caroline Gaussen

Originaire d’Avignon. Diplômée d’un bac professionnel commerce et actuellement étudiante en troisième année de licence Humanités à l’université d’Avignon. Passionnée par la nature, la photographie, la danse, la musique et tout ce qui touche au monde artistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.