Le pont d’Avignon : une société de bâtisseurs, XIIe-XVe siècle (Simone Balossino)

Écrire sur Avignon et son Pont pourrait paraître banal, ou du moins convenu. Qui ne connaît pas la chanson ? Et pourtant, ce livre renouvelle et synthétise les connaissances, il raconte un temps méconnu et la réalité médiévale d’un fleuve (le Rhône), d’une cité (Avignon) et d’un territoire multipolaire (Empire et Royaume, Commune et Papauté). Le large extrait proposé ici témoigne des qualités d’écriture de l’auteur et de la richesse de la documentation employée.

Premières pages du chapitre 1

Quand on étudie les débuts d’un édifice ancien, on aimerait toujours avoir des informations précises sur les travaux, les temps, les noms des architectes, des bâtisseurs, les coûts. Qui l’a construit ? Comment a-t-il été financé ? À quelle date précise a-t-il été commencé ? Et quand, enfin, a-t-il été terminé ? Pour le pont d’Avignon, aucune de ces questions ne peut avoir de réponse. Vouloir trouver des réponses précises signifie, probablement, courir après un mirage. Un mirage qui consisterait à détourner notre attention des données réelles et qui risquerait de faire oublier l’essentiel. C’est-à-dire de comprendre comment et pourquoi les Avignonnais ont décidé de se lancer dans une réalisation aussi délicate et dispendieuse que la construction d’un pont fixe sur le Rhône.

Anonyme, Le retable de Pérussis (c. 1480) – Domaine public

Il faut toutefois partir d’un indice. Une trace sûre et bien documentée, qui puisse nous renseigner sur le contexte politique et économique, capable d’encourager ce remarquable projet.

Au mois de janvier 1185, dans une chambre du palais épiscopal situé près de la cathédrale de Notre-Dame-des-Doms, un groupe de citoyens réunis en présence de l’évêque Rostang de Margaritis et des consuls de la cité ratifient un accord inédit. Le notaire Étienne, très actif en ville à la fin du XIIe siècle, qui dresse des actes juridiques aussi bien pour le compte de l’évêque que pour celui des consuls, est appelé à mettre par écrit un accord conclu après de longues années de divergences. C’est sous sa plume que l’on apprend l’existence d’un pont sur le Rhône1. L’on apprend également qu’un grand nombre de disputes éclatait à cause du payement des droits de passage du fleuve. Cela se faisait habituellement par bateau. Cette prestation était gérée en régime de monopole par de puissantes familles locales. Les Amic, les Malvezin et les Boulbon sont les plus connus parmi les nombreux ayants droit. Ils ne sont pas tous cités dans ce document, mais on les repère à travers d’autres chartes2. Ces seigneurs sont les maîtres du port d’Avignon et, par conséquent, ils fixent le prix du passage. Le document cite aussi un nouveau moyen de franchissement du Rhône qui était en train de concurrencer l’ancien bac seigneurial : un pont. Il s’agit de la première mention directe du fonctionnement d’un pont fixe bâti sur le Rhône à Avignon.

En cette fin de siècle, Avignon est une ville de dimension moyenne, mais en plein essor. Environ 6 000 à 7 000 habitants résident à l’intérieur de ses murailles. Des quartiers dynamiques se sont formés autour des principales églises citadines, Saint-Étienne, Saint-Agricol, Saint-Pierre, Saint-Geniès, Saint-Symphorien, Saint-Didier. Notre-Dame-de-la-Principale domine la ville sur le promontoire rocheux où se trouve aussi le vieux château des comtes de Provence et le quartier des chanoines (Histoire d’Avignon, 1979, p. 146-149). Un grand nombre d’ordres religieux avait choisi de s’implanter à l’intérieur de ses remparts. Tout comme les bénédictines de Saint-Laurent, les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem et les templiers trouvent eux aussi à Avignon un milieu propice pour augmenter leur notoriété et leurs ressources, grâce aux soutiens de plus en plus nombreux des citoyens fortunés (Hollard, 2001 ; Carraz, 2005).

Le territoire de la cité d’Avignon, tout comme celui du diocèse, ne s’arrêtait pas aux remparts et aux berges du Rhône. Face à la ville, sur la rive droite du fleuve, se trouvait un bourg, encore fort modeste, qui avait germé autour de l’ancien monastère bénédictin de Saint-André. Bâti sur le mont Andaon, à l’emplacement de l’actuel fort de Villeneuve, ce monastère, reconstruit au Xe siècle, s’était vu doter à travers les âges d’un grand nombre de propriétés et de biens en Provence et en Languedoc. Il était devenu un centre de culte important, particulièrement apprécié par les comtes de Toulouse. Bien que soumis à la seigneurie de l’évêque d’Avignon, ce monastère entretenait des relations tendues avec ses voisins avignonnais qui exploitaient les ressources du territoire environnant (L’Abbaye Saint-André, 2001).

Pour communiquer et se déplacer, les hommes des deux rives utilisaient un système de bac à traille. Il était vraisemblablement constitué d’une corde attachée à des points fixes et reliée à une embarcation, qui, par l’action du courant ou par traction, permettait d’effectuer la traversée.

Avignon au début du XIVe siècle – © François Guyonnet, Simone Balossino

Le paysage fluvial était complètement différent de celui que l’on connaît aujourd’hui. Avant la formation des îles de la Barthelasse et Piot, et avant les travaux de stabilisation de son chenal, le Rhône, ce fleuve impétueux qu’un trésorier de l’évêque d’Avignon au XIVe siècle qualifie de mauvais compagnon, de « malus socius3 », changeait souvent son tracé et transformait considérablement le paysage de la plaine (Vella, Ghilardi et alii, 2013). En prenant toutes les précautions qu’implique la reconstitution d’un paysage ancien, il faut se figurer, aux pieds du rocher, un fleuve parsemé d’îles et d’îlots de superficies variables dont il est quasiment impossible de tracer le plan. Certaines de ces îles sont bien connues et souvent citées dans les documents : il s’agit de l’île de l’Argenton, de celle du Bois-Auger, de celle du Mouton. Parfois, les chartes en donnent même un emplacement très approximatif. L’île de Barnoin était située non loin de la confluence avec la Durance, devant le lieu-dit des Issarts ; l’île de Maynargues se trouvait près la rive de Saint-André ; l’île de la Flèche près de la rive d’Avignon et la longue île de L’Estel se trouvaient juste en face des anciens remparts, devant la porte de l’Oulle. Anne-Marie Hayez en dénombre 12 au milieu du XIVe siècle (Hayez, 1978), mais leur nombre devait varier selon les époques et surtout selon le niveau d’eau du Rhône.


(…) l’auteur nous entraîne dès ses premières pages sur les traces d’un univers trop souvent oublié, d’un monde qui conjugue légendes édifiantes et réalités du quotidien. C’est ainsi que le jeune Bénézet et son rêve de pont côtoient et rencontrent les différents chantiers à l’œuvre, leurs acteurs, leurs problèmes, leurs succès, leurs conflits. C’est ainsi, surtout, que la principale protagoniste de l’histoire médiévale du pont d’Avignon se révèle au grand jour et je parle, ici, de la communauté urbaine dans son ensemble.

L’aventure du pont sur le Rhône est l’histoire d’un récit collectif qui, de la fin du XIIe au cœur du XVe siècle, concerne tous les Avignonnais, des dirigeants politiques (évêques, consuls, podestats, syndics) aux artisans locaux et régionaux, des prédicateurs urbains aux frères de l’œuvre, en passant par les hérétiques et les mendiants. Avec brio, Simone Balossino nous guide à la découverte des ressorts composites d’un roman urbain et fluvial. Derrière cette œuvre impressionnante, et si médiévale en ce qu’elle n’est jamais ni parfaitement droite ni tout à fait terminée, se dessine une véritable société de bâtisseurs qui porte, littéralement, le pont sur ses multiples épaules.
Guido CASTELNUOVO
préface (extrait)


Les auteurs

Simone Balossino

Simone Balossino est médiéviste et maître de conférences à l’université d’Avignon. Ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale des cités de la France méridionale au Moyen Âge. Parmi ses travaux, on rappelle I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII, Rome, Viella, 2015 et Aux marges du monde communal : centres du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, Sesto Fiorentino, All’insegna del Giglio, 2020. Il a été directeur d’équipe du programme ANR PAVAGE. Le pont d’Avignon : archéologie, histoire, géomorphologie, environnement, reconstruction 3D.

Guido Castelnuovo

Guido Castelnuovo est un historien médiéviste franco-italien, spécialiste de l’histoire des élites, tout particulièrement du bas Moyen Âge, des sociétés politiques princières et des cultures aristocratiques. Il est aujourd’hui professeur à Avignon Université, membre du CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux-UMR 5648) et directeur, depuis 2017, des Éditions Universitaires d’Avignon


Parution le 08 juillet 2021

Collection Passion du patrimoine
248 pages-Illustrations, cartes, bibliographie
20 X 15 cm-320 gr.
20 €
ISBN 978-2-35768-137-8

Citer cet article : Équipe des EUA, "Le pont d’Avignon : une société de bâtisseurs, XIIe-XVe siècle (Simone Balossino)," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 16 juin 2021, https://eua.hypotheses.org/5308.
  1. ADV, H dépôt Avignon, hôpital Saint-Bénézet, A1, fol. 14v-15 et GCNN Avignon, no 296. Cf. Pansier, 1922, p. 35 qui propose une datation différente. []
  2. Par exemple la dispute entre les Malvezin et les Boulbon sur les marchandises traversant le
    Rhône de 1168, ADV, 1G133, fol. 7. []
  3. ADV, 1G20, fol. 82. Il s’agit de Sicard Du Fraisse, trésorier épiscopal. Il rédige un important terrier étudié et transcrit par A. M. Hayez (Hayez, 1993). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.