Christophe Emblanch, Sarah Jourdren – L’eau : introduction à une ressource rare

L’eau : introduction à une ressource rare
Christophe Emblanch
Sarah Jourdren

Collection : MidiSciences
Parution : 14-10-2021
Thème : Sciences, Écologie
116 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-139-2
ISBN numérique : 978-2-35768-140-8

L’eau. On croit connaître son importance. Mais sait-on que le stock d’eau disponible sur terre ne varie pas ? Connaît-on les différentes qualités de l’eau ? Comprenons-nous ce que signifie l’empreinte de l’eau ?
En une centaine de pages, avec de nombreux graphiques et un lexique, les auteurs proposent une large synthèse des connaissances concernant cette ressource précieuse et, paradoxalement, rare.

Extraits

Chapitre 1 : L’eau sur Terre

Vue de l’espace, la Terre semble une immense étendue d’eau, ce qui lui vaut un surnom : la « planète bleue ». De fait, mers, océans, lacs et rivières recouvrent près de 72 % de la surface du globe, faisant en apparence de l’eau l’un des principaux constituants de notre planète. Le volume d’eau présent sur Terre est gigantesque : on estime que la réserve totale est d’environ 1,38 milliard de kilomètres cubes, quand les terres émergées représentent 148 millions de kilomètres carrés.
Du fait de son éloignement du Soleil (ni trop proche, ni trop lointaine), la Terre est la seule planète du système solaire à posséder de l’eau liquide. L’eau est présente sur notre planète sous ses trois états : liquide, solide et gazeux. L’eau liquide est majoritaire, puisque les océans, à eux seuls, représentent environ 97 % du volume d’eau présente dans les enveloppes externes de la Terre. Ainsi, les réservoirs d’eau douce liquide (lacs, rivières, nappes phréatiques, etc.) ne constituent même pas 1 % de l’hydrosphère. Les calottes glaciaires (dans les pôles) et les différents glaciers (en montagne) sont les principaux réservoirs d’eau douce (68,9 %), bien qu’inexploitables par l’être humaine. On trouve également de l’eau dans notre atmosphère, même si elle constitue aujourd’hui que 0,25 % de sa masse totale. On la rencontre essentiellement dans les premiers kilomètres (la troposphère), sous forme de vapeur d’eau, mais aussi « sous forme liquide (dans les nuages ou les brouillards et solide (dans certains nuages » (Météo France éducation).
L’eau est donc omniprésente à la surface de la Terre. Pourtant, les chimistes Laurette Piani et Guillaume Paris notent que ces eaux de surface « ne constitue[nt] qu’un faible pourcentage de la masse totale de la Terre, de l’ordre de 0,02 %. […] [L’]intérieur de la Terre pourrait constituer le principal réservoir d’eau terrestre, avec, selon les estimations, entre 1 et plus de 10 fois la quantité totale de l’eau des océans » (Piani, Paris, 2020). Cette eau, cependant, est une fois de plus inexploitable pour les besoins humains : elle est essentiellement contenue dans les minéraux, laves et fluides qui composent la structure interne de la Terre.


Chapitre 2 : Quelle eau pour les êtres humains ?

Malgré un stock qui paraît phénoménal, la réserve d’eau terrestre exploitable par l’être humain est en réalité assez limitée. Si on retire l’eau salée (97 %) et l’eau gelée (68,3 % de la réserve d’eau douce), seul 0,95 % du stock total est réellement disponible, soit 13,11 millions de kilomètres cubes. Là encore, le chiffre est à relativiser : toute cette eau douce n’est pas accessible, ou alors elle n’est pas de bonne qualité. Dans les faits, le volume d’eau douce de qualité acceptable pour être utilisé par l’être humain (agriculture, industrie, consommation) demeure tout à la fois nettement inférieur et très mal réparti.
La base de données AQUASTAT de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) nous renseigne sur les prélèvements d’eau selon les usages dans chaque pays du monde. L’indicateur qu’elle utilise pour estimer le volume d’eau utilisé essentiellement pour la consommation directe, le « prélèvement d’eau pour les municipalités », n’est pas le plus précis (il peut également inclure des consommations industrielles ou agricoles, et varier selon les milieux), mais il permet tout de même d’obtenir des ordres de grandeur intéressants pour comparer la consommation des différents pays du monde. Aux États-Unis, la consommation d’eau courante atteindrait en moyenne 490 litres par jour et par personne (AQUASTAT-FAO, 2017) ; selon les sources, elle est comprise entre 146 et 210 litres en France (SDES-OFB, 2020; AQUASTAT-FAO, 2017). La consommation totale dans le monde pour les besoins courants, industriels et agricoles s’élève à 4 012 kilomètres cubes par an, soit 5 210 mètres cubes par habitant en moyenne (AQUASTAT-FAO, 2017). En un siècle, « l’utilisation de l’eau douce dans le monde a été multipliée par six et continue d’augmenter régulièrement de près de 1 % par an depuis les années 1980 » (ONU, 2020).


Chapitre 3 : Les usages de l’eau

À l’échelle internationale, on estime qu’en moyenne 69 % de l’eau prélevée est utilisée pour l’agriculture (irrigation, élevage, aquaculture). Bien sûr, cette proportion varie d’un pays à l’autre. De manière générale, on observe que l’agriculture prend une place beaucoup plus importante dans les pays les plus pauvres (jusqu’à 99 % en Somalie, dont le PIB par habitant est de 320 dollars/an). À l’inverse, les Pays-Bas n’utilisent que 0,5 % de l’eau prélevée pour l’agriculture (AQUASTAT, 2017). Cependant, dans ce cas, on peut penser qu’il s’agit aussi d’une question démographique : le territoire des Pays-Bas est peu étendu (41 543 km²) et densément peuplé (52 295 hab./km²), ce qui laisse peu de place aux terres cultivables (moins 10 % de la population est rurale). Au sein d’un même pays, la part consacrée à l’agriculture peut varier : en France, par exemple, entre 0,5 % (en Normandie) et 23 % (sur l’île de la Réunion) des surfaces sont irriguées, et la part de l’eau prélevée pour l’irragation varie entre 83 % (Gers) et 0 % (dans certains départements de l’Est et en Île-de-France). Ces disparités sont dues à la fois au climat, à la proportion de terres cultivées et aux types de cultures sur ces territoires (OFB, 2016).
La question de l’irrigation est essentielle, car les populations les plus pauvres dépendent très souvent de l’agriculture pour leurs moyens de subsistances et leur sécurité alimentaire. Or, les cultures irriguées sont généralement plus productives que les cultures dites pluviales, soumises aux aléas de la météo (ONU, 2019). On notera ici que la production agricole s’inscrit pleinement dans le cycle de l’eau : l’eau de pluie et l’eau prélevée alimentent les cultures et les élevages ; une partie de cette eau est directement réintroduite dans le cycle par ruissellement ou par infiltration, tandis qu’une autre partie sera rejetée plus tard par les végétaux (évapotranspiration) et les animaux (déjections). Au passage, cette eau peut être souillée, dans la mesure où elle peut avoir été en contact avec des produits utilisés pour améliorer les rendements (pesticides, engrais, antibiotiques…) qui seront alors introduits dans le cycle.
À l’intérieur même du secteur agricole coexistent des disparités importantes de besoins en eau. On distinguera d’un côté l’agriculture (production végétale) et l’élevage (production animale). De manière générale, la production de viande est bien plus gourmande en eau que celle des végétaux ; elle requiert entre six et vingt fois plus d’eau.


Les auteurs

Christophe Emblanch est maître de conférences en hydrogéologie et directeur de l’UFR STS d’Avignon Université. Membre de l’UMR 1114 EMMAH, Environnement Méditerranéen et Modélisation des Agrohydrosystèmes, il publie régulièrement dans les principales revues scientifiques en langue anglaise et participe à de nombreux congrès internationaux.

Formée à l’IEP de Toulouse, Sarah Jourdren travaille en tant que journaliste depuis 2016. Généraliste, elle s’attache avant tout à raconter les histoires qu’elle croise au hasard des rencontres. Elle collabore également avec le magazine Ramdam. En parallèle, elle exerce comme correctrice et maquettiste dans l’édition.


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2021, 15 juillet). Christophe Emblanch, Sarah Jourdren – L’eau : introduction à une ressource rare. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol04

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search