Écrire pour le carnet de recherche

Ce billet est lié aux cours que je donne en deuxième année de master. Dans le cadre d’une initiation aux métiers de l’édition, il est proposé aux étudiants d’écrire et de publier un billet dans ce carnet. L’idée est de les confronter à des exigences et des pratiques qui, pour une bonne partie, accompagneront leur vie professionnelle. Centré sur le rythme des séances du master Patrimoines et Cultures Numériques et de son enseignement centré sur l’édition électronique, son contenu s’applique également au master Langues et Sociétés.

Les séances (master PCN)

1/ Présentations rapides, du cours, du chargé de cours et des participants, des Éditions Universitaires d’Avignon et des modalités d’évaluation ; consignes et création de comptes.

2/ État du travail effectué, échanges, travail en commun selon l’avancée des billets : choix du titre, corrections orthotypographiques, iconographie, mots-clés…

3/ et 4/ Finalisations via un travail en petits groupes.

Attention : comme il y a peu de séances et qu’un délai est imposé (la fin du semestre), il est nécessaire de venir à la séance 2/ avec un travail déjà bien avancé.

Le cadre juridique

Le billet que vous allez publier est un exercice. La règle par défaut qui régit le carnet de recherche est la publication sous licence creative commons cc by sa : votre billet pourra être réemployé, à condition que les personnes utilisant votre texte (ou le cas échéant vos propres images, vos vidéos, vos sons…) indiquent que vous en êtes l’auteur et qu’elles choisissent la même licence. C’est ce qui se pratique de plus en plus dans le champ des publications scientifiques, sous l’impulsion désormais de l’Union européenne et de l’État français.

En publiant dans le Carnet de recherche vous acceptez ces conditions.

Ce billet, écrit et publié par une étudiante en 2019, Aléma Akara, est celui qui rencontre le plus de succès parmi l’ensemble des billets mis en ligne : paradoxal peut-être, mais surtout parfaite illustration de la grande part d’inconnu dans le fait de publier.

Votre profil

Lors de la première séance, une identité sera créée dans hypotheses.org, pour chacun des participants, afin de pouvoir préparer et publier votre billet. Vous recevrez automatiquement un mél, à l’adresse que vous aurez indiquée. Dans votre profil, il est impératif de remplir les champs Prénom et Nom et d’indiquer que vous souhaitez apparaître sous la forme Prénom Nom.

Il est aussi fortement conseillé d’y rédiger sa propre biographie, très courte, environ 250 caractères espaces compris. C’est un exercice de concision, de réflexion sur la façon de se présenter (sans nécessairement être accompagnée d’une profonde introspection). Sachant que les carnets d’hypotheses.org sont plutôt bien indexés par les moteurs de recherche, c’est aussi un indice donné à vos potentiels recruteurs.

Le thème

Il est libre… pourvu qu’il entre dans un champ académique, même s’il est publié dans un cadre expérimental. Pour être plus clair : il y a certainement des limites, légales de toute façon, et de représentation, les Éditions Universitaires d’Avignon étant un service d’Avignon Université, et peut-être même aussi de bienséance. Ces limites ne sont pas définies clairement, dans ce cadre comme dans l’ensemble des activités professionnelles. Elles font partie d’un modus vivendi qui se construit. Ainsi, un livre de la bibliographie liée à ce cours a été retiré des collections de la bibliothèque universitaire.

Pour choisir un bon thème, il semble que le plus important soit qu’il vous plaise et qu’il vous inspire, qu’il vous permette d’écrire un texte intéressant, sans que la rédaction nécessite énormément de temps (il est des matières dans votre année somme toute plus cruciales que cette initiation).

Il s’agit clairement d’un billet que vous pourrez revendiquer dans votre CV ou dans toute autre démarche de recrutement.

Exemple de billet d'étudiant : celui de Molly Gilbertson
En 2020, une étudiante américaine, Molly Gilbertson, avait rédigé et publié un billet traitant d’émancipation sociale.

Le format

Il est demandé d’écrire un texte dans un traitement de texte, que vous présentez à l’enseignant. Une fois validé, généralement après échanges avec l’enseignant (exactement comme les auteurs avec les éditeurs), vous pourrez le déposer (copier/coller) dans wordpress, le mettre en forme puis l’indiquer “En attente de relecture”. Avec l’accord final de l’enseignant, vous le publierez.

Dans le document initial, vous indiquerez, au début, la rubrique et les étiquettes choisies (voir plus bas).

Vous indiquerez également les URL des images, sons, vidéos que vous souhaitez intégrer et pour lesquels vous vous êtes assuré qu’ils sont utilisables (voir aussi plus bas).

Visite, accélérée, du Miam à Sète. Vidéo déjà utilisée dans le billet d’entretien avec Pakito Bolino.

La mise en page

Dans le document à soumettre à l’enseignant, il n’y en a pour ainsi dire pas. Comme vous pouvez le constater en « feuilletant » le carnet, les billets ont la même apparence visuelle. Pour garantir cette homogénéité, il ne faut pas intervenir manuellement sur la mise en page, ni à l’étape du document sous traitement de texte, ni dans wordpress. Ainsi ce seront les styles définis par la plateforme hypotheses.org qui s’appliqueront : alignement des textes, caractères et taille des titres, espacements entre les paragraphes, etc. Il est par exemple prohibé de créer artificiellement des espaces entre les paragraphes en utilisant la touche « Entrée », cela ne fait que compliquer la lecture entre machines et l’intégration du texte dans le site de publication. Il faut faire au plus simple pour que les machines se comprennent, d’autant que votre billet peut être repris de façon automatisée par des sites tiers. Dans une même logique, pas de césure manuelle des mots : vous ne pouvez maîtriser où se réaliseront les césures à l’affichage, simplement du fait de la multiplicité de la taille des écrans.

Vous pouvez faciliter la mise en page en utilisant les styles par défaut de votre traitement de texte, sans les modifier : titre, sous-titres, paragraphe normal, citation…

Le titre

Il doit être plutôt bref. Comme pour les autres parties du billet, il est utile de regarder ce qui se fait déjà, notamment ce qu’ont pu réaliser les étudiants des années précédentes.

L’entame

C’est le premier paragraphe, qui correspond plus ou moins à l’introduction de vos devoirs universitaires, même si respecter le formalisme de vos travaux risque de ne pas trop séduire le lectorat. Or ces premières lignes servent surtout à cela. Elles donnent le ton du billet, il faut rapidement montrer l’intérêt à poursuivre la lecture. Dans les métiers de l’édition, cet enjeu se rencontre très souvent, notamment dans les argumentaires de vente ou les 4e de couverture.

L’entame est le seul endroit où vous intervenez pour modifier la mise en forme : l’entame est toujours en italique.

Le corps du texte

Il semble qu’un développement de 7 000 à 8 000 signes espaces compris soit suffisant. Ce n’est pas si facile à écrire, d’autant qu’il faut faire en sorte que le lecteur ne décroche pas, alors que le web est le lieu de lectures très rapides. Il faut nécessairement adapter son propos à cette réalité.

Le rythme visuel

La monotonie visuelle d’un texte en paragraphes doit être brisée, puisqu’elle ennuie le lectorat. Trois principaux moyens sont employés pour rythmer un billet :

insertion d’images, de sons ou de vidéos : se rencontrent alors les grandes difficultés à s’assurer de pouvoir utiliser telle ou telle ressource. Tout ce qui est sous copyright © est plutôt à éviter, ou alors il faut demander les droits à qui détient le copyright. Vous risquez alors de perdre beaucoup de temps, pour un résultat hasardeux. Sont alors à privilégier les éléments visuels, soit libres de droits (du domaine public par exemple), soit pourvus d’une licence creative commons. Il faut être vigilant avec des sites comme Wikipedia, qui sont assez militants : ils peuvent prétendre que des œuvres, notamment celles photographiées dans des musées, sont libres de droits, alors que non, beaucoup de musées, notamment français, continuent à imposer un copyright qui bloque tout usage, même si la situation est très évolutive. Un site comme CC search garantit des résultats fiables. Enfin, il existe beaucoup de sites commerciaux qui présentent des images exploitables directement.

Image trouvée grâce au moteur de recherche indiqué ci-dessus. Pour la légende et les crédits, il suffit de copier/coller ce qu’indique le site : “Cours public du ballet national de Cuba (Grand Palais)” by dalbera is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

Rappel : il est demandé, dans votre document initial, de copier l’url de vos propositions d’illustrations, afin de pouvoir en garantir la possibilité d’usage.

Attention : étant donné qu’il s’agit d’images pour les écrans, une définition de 72 dpi est à préférer. Le fichier que vous souhaitez intégrer ne doit pas dépasser 10 Mo. Par ailleurs, lors de leur mise en place dans wordpress, il est demandé de centrer ces enrichissements et de les lier au média. Dans la légende, il faut mentionner les crédits.

Mais jusqu’à présent les étudiants sont plutôt enthousiastes.

citations : cela n’a rien d’innovant, c’est une pratique courante dans la presse ou les revues. Vous prenez un court extrait significatif de votre propre texte, ou une citation extérieure qui vient appuyer votre propos.

sous-titres : il ne faut pas les multiplier. Pour un texte de 8 000 signes, trois sous-titres sont suffisants.

La balise
Citer cet article : Yves Caron, "Écrire pour le carnet de recherche," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 31 août 2021, https://eua.hypotheses.org/5468.

Après le dernier paragraphe du texte du billet, il faut manuellement ajouter un paragraphe, qui ne contient que :

Citer cet article : Yves Caron, "Écrire pour le carnet de recherche," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 31 août 2021, https://eua.hypotheses.org/5468.
. Ainsi, s’affichera automatiquement à la lecture la référence bibliographique du billet, selon la structuration définie pour l’ensemble du carnet.

Rubrique

Sous wordpress, dans les données permettant de présenter le billet, souvent regroupées à droite de l’écran, il est nécessaire d’indiquer la bonne rubrique dans laquelle sera classé et publié votre billet. Il est demandé de mentionner le choix de la rubrique dès la première version du billet.

Étiquettes

Ce sont les mots-clés. Vous en proposez cinq au maximum. Ils sont utiles pour valoriser votre billet, notamment via les moteurs de recherche. Il faut prohiber ceux qui seraient trop vagues (« Histoire » pour l’histoire médiévale ; « Danse » pour le hip-hop, etc.). Si votre billet est centré sur une personne, un lieu… cette personne ou ce lieu deviennent des étiquettes.

Mise en avant du billet, extrait valorisé…

WordPress multiplie les options de mise en ligne. Pour garder l’harmonie du Carnet, il est demandé de ne pas les utiliser.

La maison

Pour aider dans la mise en ligne des billets, OpenEdition, qui gère la plateforme hypotheses.org, propose une Maison des carnets. Bien utile, dotée d’un module de recherche pertinent, elle permet notamment de gérer facilement les notes de bas de page.

Plan B

Si vous ne souhaitez pas publier, même sous pseudonyme, il existe au moins un plan B pour vous faire évaluer. Mais jusqu’à présent les étudiants sont plutôt enthousiastes.

Plagiat

Le plagiat consiste à s’attribuer le travail d’autrui et constitue une fraude. Pensez à citer systématiquement et dans tous vos travaux la source des écrits ou des données que vous empruntez à un autre auteur. Vos travaux seront analysés par un logiciel de détection des similitudes, capable de déjouer de nombreuses stratégies de contournement.

Bibliographie/Sitographie

En liaison avec cet exercice et pour présenter l’environnement global des métiers de l’édition, des ressources sont proposées dans cet autre billet.

Citer cet article : Yves Caron, "Écrire pour le carnet de recherche," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 31 août 2021, https://eua.hypotheses.org/5468.

Auteur/autrice : Yves Caron

Responsable éditorial des Éditions Universitaires d'Avignon depuis 2017. Ancien bibliothécaire ayant pratiqué la diversité des situations professionnelles, du bibliobus en Creuse à la responsabilité d'une médiathèque en Kanaky-Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.