Le Théâtre à l’ère du numérique : convergences et paradoxes (Madelena Gonzalez et Helen Landau modératrices)

En mai 2021, malgré la pandémie, se tenait une table ronde, au Théâtre du Rempart d’Avignon, accessible également “en distanciel”. Organisée par le laboratoire ICTT (Identité Culturelle, Textes et Théâtralité) d’Avignon Université et la Fédération des théâtres indépendants d’Avignon, elle faisait dialoguer des professionnels de la scène et des universitaires, à partir d’interrogations partagées quant à l’intrusion du numérique dans la pratique théâtrale. Ce billet offre des extraits de la conversation et présente les intervenants et intervenantes.

Extrait 1

Helen Landau : Il n’y a guère de secteurs que la révolution numérique n’ait touchés, et le théâtre n’y fait pas exception. À l’heure où les innovations technologiques apportent de nouveaux supports et bouleversent les habitudes, le monde théâtral est encore une fois appelé à se poser des questions.

Le sujet est vaste ; on ne pourra donc pas explorer toutes les questions dans un seul débat. (…)

Sophie-Anne [Lecesne], vous êtes comédienne, vous êtes aussi coprésidente des Actrices et Acteurs de France Associés. Quelle est votre opinion sur le numérique ? Êtes-vous pour ou contre, ou bien n’avez-vous pas encore d’avis arrêté sur la question ? Parlez-nous de vos expériences.

Sophie-Anne Lecesne : C’est vrai que, pour nous les comédiens, on peut penser tout de suite que théâtre et numérique sont antinomiques. Néanmoins, après avoir réfléchi, je me suis rappelé que les premiers spectacles que j’ai vus dans ma jeunesse étaient Au théâtre ce soir, c’est-à-dire du théâtre à la télévision. C’était donc déjà un premier pas vers le numérique. Ensuite, lorsque j’ai commencé à jouer, j’ai vite compris qu’il fallait vendre les spectacles et, pour cela, qu’il fallait les filmer pour faire des teasers, afin de faire venir le public. Sur Internet, nous trouvons également des critiques de spectateurs. Nous sommes habitués à la billetterie numérique. Tout cela était en place bien avant la crise sanitaire. En résumé, des outils promotionnels ainsi que toute la communication autour du spectacle passent aujourd’hui par la voie numérique. Il imprègne déjà le monde du spectacle, et cela me semble logique, car le numérique est un outil.

Avec le confinement, l’outil devient moyen et là, la situation se complique. Mon désir d’actrice est surtout de rencontrer le public, or le confinement c’était l’absence de public. Tout à coup la question se posait : qui allait remplacer le public ? Et l’idée était qu’il fallait jouer le spectacle devant une caméra. Les gens le verraient, mais nous, nous ne les verrions pas. Ma première expérience depuis le confinement, c’était un spectacle répété et tourné numériquement. Je me suis aperçue que je n’allais pas jouer le spectacle en intégralité, mais plutôt monter une série de scènes. L’expérience était ainsi plus proche du cinéma que du théâtre. Ensuite, j’ai participé à un autre spectacle qui était joué cette fois-ci de bout en bout mais dont le public pouvait acheter la captation. Je voudrais souligner qu’une captation n’est pas du théâtre, c’est une œuvre audiovisuelle. Quand je fais du numérique, je ne suis déjà plus au théâtre. La loi fait très bien la différence entre un spectacle vivant et le numérique. Même si j’ai moins joué dans ce type de spectacle, le numérique peut être intégré dans beaucoup de dispositifs scéniques. Il est parfois utilisé de façon tout à fait pertinente en enrichissant une scénographie, un propos ou une mise en scène. Nous ne sommes pas formés à jouer devant des écrans, mais il y a déjà des expériences qui se font dans ce sens. En tant que spectatrice, je me suis aperçue que j’étais déjà dans l’ère numérique : un petit peu comme monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, je faisais également du numérique sans le savoir.

Façade du Théâtre du Rempart, qui a accueilli la table ronde en 2021. (c) Théâtre du Rempart

Extrait 2

Madelena Gonzalez : Cette deuxième partie va aborder les freins et les leviers. Anthéa Sogno, dans votre intervention, vous avez parlé très énergiquement du besoin de se plonger dans la salle avec le public, ce qui est un peu différent du livestream, même s’il conserve cette adrénaline dont parlait Raymond Yana. L’expérience du livestream reste fondamentalement différente, du fait que nous ne sommes pas présents dans la salle de théâtre. Souhaiteriez-vous développer cette question des freins et voyez-vous des leviers possibles ?

Anthéa Sogno : Au théâtre, il y a quelque chose qui est de l’ordre de la magie de la vie qui fait qu’on a besoin d’être présent. Je ne pense pas être très représentative de la société parce que, par exemple, je n’ai jamais pu m’inscrire sur un site de rencontres. Pour moi, l’amour se rencontre dans la vie. Et je vois également le théâtre comme une histoire d’amour, une histoire qui commence plus particulièrement au festival d’Avignon. Je suis presque émue d’en parler, de penser à ces rencontres d’artistes dans la rue avec leur petit bout de papier qui me disent : « On a monté une pièce sur Sartre. Est-ce que tu le connais bien ? Parce que nous l’avons étudié et il y a, dans notre spectacle, une dimension vraiment extraordinaire qu’on voudrait partager avec toi. »

Je vous parle de Sartre comme j’aurais pu parler de Molière, Marcel Pagnol, Marivaux ou Sacha Guitry et tant d’autres que j’aime, ainsi que d’autres que je ne connais pas assez bien. C’est le fait de rencontrer des gens, de trouver quelque chose de très beau dans la rencontre et dans la manière dont ils racontent leur projet, qui donne envie de les suivre. Ces rencontres ne pourront jamais exister dans le monde numérique malgré toute l’ingénierie possible.

Nos grands-parents avaient des manières de faire pour se soigner, pour cuisiner, pour avoir des rapports entre eux qui étaient tellement plus fortes, tellement plus intelligentes, tellement plus fondées et sensées qu’aujourd’hui. Ce que je regrette, c’est que ces choses-là se soient perdues. On ne se rend même pas compte de ce qu’elles pourraient apporter à nos vies si on arrivait à remonter le temps et à récupérer ces choses-là, ces choses merveilleuses, qui sont maintenant enterrées dans le passé à cause de toute notre modernité. C’est ce qui me fait peur par rapport au théâtre dans ses nouvelles versions. Antonia a déjà parlé de l’odeur quand on entre dans un théâtre. La beauté d’un théâtre, d’un grand et beau théâtre, surpasse, pour moi, celle de n’importe quelle église. Tout cela disparaîtra et altérera la chose. Comme je pense être une amoureuse de l’amour, je suis aussi amoureuse du théâtre et ça, ça se perdra, et c’est cela qui m’inquiète.

Les modératrices

Madelena Gonzalez – Directrice du laboratoire ICTT – Avignon Université

Madelena Gonzalez est professeur de littérature anglophone et directrice d’ICTT. Elle encadre deux thèses sur le numérique et la littérature. Elle travaille actuellement sur le thème de l’esthétique à l’ère du numérique et prépare plusieurs publications internationales sur ce thème, dont The Algorithm of Beauty: Some Thoughts on Aesthetics in the Sciences. A Companion to Literary Evaluation (Hoboken, Wiley-Blackwell, 2022) et Des artistes en silicium ? IA et robots sur le devant de la scène : technicité et créativité dans le théâtre contemporain en Europe (Québec, Presses universitaires de Laval, 2022).

Helen Landau – Directrice du Théâtre Au Chapeau Rouge

Helen Landau est la directrice du théâtre Au Chapeau rouge depuis 2012. Diplômée en chimie et en marketing, elle s’est formée au Questors Theater de Londres de 1993 à 1995, où elle a joué régulièrement par la suite. Ses diverses activités professionnelles l’ont menée dans plus de 30 pays, avant qu’elle s’installe dans la région avignonnaise. Elle intervient à l’université d’Avignon en tant que professeure de théâtre depuis 2015, elle a également créé le festival « Printemps anglophone », une célébration de la culture anglophone à Avignon, en partenariat avec Curtain Call (association étudiante basée à l’université). Aujourd’hui, elle continue de se produire sur scène, en anglais et en français, dans des pièces contemporaines et classiques.

En conversation avec

Antonia Amo Sanchez est professeure de théâtre espagnol contemporain à l’université d’Avignon. Elle a publié de nombreux travaux sur la dramaturgie de la mémoire historique et les dramaturgies émergentes dans le domaine hispanique (De Plutón a Orfeo. Los campos de concentración en el teatro español contemporáneo [1944-2015], Madrid, Artez, 2020). Elle est membre fondateur du groupe de recherche « Théâtre et Patrimoine », rattaché au laboratoire ICTT-Identité culturelle, textes et théâtralité (coédition de Les Carmes : théâtre et patrimoine à Avignon, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2019).

Julien Daillère est auteur, comédien, metteur en scène et docteur en arts du spectacle (université des Arts de Târgu Mures, Roumanie, en cotutelle avec Cy Cergy Paris Université). Après un parcours théâtral dans le circuit traditionnel avec la compagnie La TraverScène, il s’oriente en 2018 vers des formes théâtrales à la marge, pour lieux insolites : des « solos coopératifs » pour lesquels les personnes présentes prennent en charge certains effets scéniques. Lors du confinement, il poursuit ses recherches via l’audio du téléphone (lecture, télérésidence, téléperformance, serveur vocal interactif) et initie le programme de recherche et d’expérimentation « Avoir Lieu » avec l’association La Marge heureuse1.

Cyrielle Garson est maîtresse de conférences spécialiste de théâtre anglophone contemporain au laboratoire ICTT à Avignon-Université. Après une thèse et un ouvrage sur le théâtre documentaire britannique (Beyond Documentary Realism: Aesthetic Transgressions in British Verbatim Theatre, Berlin, De Gruyter, 2021), elle oriente ses recherches vers le prisme de la réalité virtuelle. Impliquée dans plusieurs réseaux associatifs et scientifiques, elle collabore à divers projets de recherche, tels que « Théâtre et ville », avec la CDE (The German Society for Contemporary Drama in English), ou « Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon » (Avignon-Université, université Toulouse-Jean-Jaurès et Bibliothèque nationale de France).

Sophie-Anne Lecesne a, en tant que comédienne depuis plus de 20 ans, arpenté les théâtres de France avec des spectacles très divers. Elle a commencé par interpréter de nombreuses jeunes premières du théâtre classique (Molière, Marivaux, Racine…), puis a été appelée à jouer dans des comédies modernes ou de café-théâtre. À l’écran, elle apparaît dans des programmes courts pour la télévision et le web ou dans des séries courtes (Petits Secrets entre voisins…). Elle joue également dans des courts et longs métrages de cinéma d’auteur. Depuis 2019, elle est coprésidente de l’AAFA (Actrices & acteurs de France associés) et, depuis 2020, coprésidente des EGOFF (États généraux du Festival Off d’Avignon).

Anthéa Sogno se forme au Cours Florent. Elle tourne sous la direction de grands réalisateurs pour le cinéma comme pour la télévision : Claude Miller, Élisabeth Rappeneau, Gérard Cuq et bien d’autres. Au théâtre, on a pu la voir jouer dans de nombreuses pièces de ou inspirées par l’œuvre de Sacha Guitry : Quoi de neuf ? Sacha Guitry, Une nuit avec Sacha Guitry, Faisons un rêve, Une petite main qui se place, Sacha Guitry intime. C’est en 2012 qu’Anthéa a réalisé son rêve en ouvrant son propre théâtre, le théâtre des Muses de Monaco, puis en 2016 en reprenant également la direction du théâtre de La Condition des Soies à Avignon. En 2019, elle se voit nommée chevalier des Arts et des Lettres.

Raymond Yana a suivi une formation à la fois scientifique et artistique. Comédien, metteur en scène, mais aussi réalisateur et producteur, il a été l’un des cofondateurs, puis président en 2016 d’Avignon Festival & Compagnies. Il est également codirecteur artistique de l’espace Alya et du théâtre Le Chapeau d’ébène à Avignon, codirecteur artistique de la compagnie de la Courte Échelle et directeur de ANAY productions, une société de production audiovisuelle qui produit notamment Festi.tv, une web TV du Festival d’Avignon depuis 2007.

Parution le 07 juillet 2022

Collection Entre-Vues, série Leçons de l’université
112 pages
7 €
ISBN 978-2-35768-143-9 (imprimé)
ISBN 978-2-35768-144-6 (numérique)
Accès OpenEdition Books : https://books.openedition.org/eua/6394




Citer ce billet
Équipe des EUA (2022, 7 mars). Le Théâtre à l’ère du numérique : convergences et paradoxes (Madelena Gonzalez et Helen Landau modératrices). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol0p

  1. Site personnel : julien-daillere.com []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search