Miradas del sur: patrimonialización de la memoria colectiva (Antonia Amo Sánchez, Maria Llombart Huesca y Gabriel Sansano eds.)

Cet ouvrage constitue la première coédition européenne pour les EUA. Liée à son intérêt scientifique, c’est une évolution qui importe et qui continue le développement international de l’activité du service. Ce livre a pour objet d’ouvrir la réflexion autour de la construction des mémoires collectives depuis la perspective du « sud » de l’Europe, en particulier de l’Espagne d’aujourd’hui, qui a construit son maillage social, culturel et politique dans un déni de mémoire. Les travaux de recherche accueillis dans l’ouvrage s’inscrivent ainsi sous l’angle de la mémoire oubliée, minoritaire ou minorisée.

Les débats autour de la Mémoire ont pris une place importante dans l’Europe du tournant du XXIe siècle, et se sont particulièrement imposés en Espagne, où les batailles identitaires et les conflits autour du passé à invoquer, remémorer ou réinventer sont loin d’avoir disparu. Le patrimoine matériel et immatériel d’un territoire est devenu un lieu de configuration des identités nationales, régionales et locales, et la mémoire participe de ce patrimoine. À une époque où les lieux de mémoire sont souvent négligés, que ce soit pour des raisons politiques ou pour la pression urbanistique, il serait intéressant, d’une part, d’analyser le rôle et l’intérêt de préserver ces espaces, qu’il s’agisse des hauts lieux mémoriels mais aussi des espaces de culture, de loisir et de sociabilité comme les théâtres, les musées, les athénées ou les cafés, des espaces où se construit la mémoire de la culture populaire de la contemporanéité ; d’autre part, si les politiques de mémoire sont d’habitude mises en œuvre par des organismes publics, nous constatons également la présence d’une écriture de la mémoire « mise en récit » (notamment à travers la fictionnalisation post-mémorielle des témoignages). Cette écriture de la mémoire vient parfois soutenir les mémoires officielles mais souvent s’impose en tant que mémoire alternative. Il est temps d’interroger cet usage autant historiographique qu’artistique à la lumière de concepts controversés liés à une nouvelle façon d’appréhender l’histoire « post-vérité », « post-témoignage », « post-mémoire » (Hirsch), « saturation mémorielle » (Robin).

Cet ouvrage est également le produit d’un vaste projet de collaboration entre plusieurs équipes de recherche réunies dans le consortium AHNEM (Artistic and Historical Narratives in European Mutations) et dont Avignon Université est membre fondateur. Il est également le fruit d’une longue collaboration avec le groupe de recherche HIPOSME (Història i Poètiques de la Memòria) de l’Universitat d’Alicante, qui développe une réflexion pluridisciplinaire sur les liens qu’entretiennent aujourd’hui création artistique et discours historique.

Les éditeurs scientifiques

Antonia Amo Sanchez est maître de conférences à Avignon Université et membre du laboratoire Identité Culturelle Textes et Théâtralité (ICTT-EA 4277).

Maria Llombart Huesca est maître de conférences à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 et membre de l’unité de recherche Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds (LLACS).

Gabriel Sansano est professeur d’université à l’université d’Alicante et membre de l’Institut Interuniversitari de Filologia Valenciana (IIFV).

Parution le 3 février 2022

Coédition Publicacions Universitat d’Alacant/Éditions Universitaires d’Avignon
[commercialisation par l’université d’Alicante]

160 pages
ISBN 978-84-1302-143-0 (PUA) 978-2-35768-151-4 (EUA)
12 €


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.