Rome : éduquer et combattre (Catherine Wolff)

L’ouvrage présente une sélection d’articles de Catherine Wolff, reflétant la richesse de son parcours de recherche et la rigueur de ses travaux. Structuré en deux parties, il dévoile une série d’analyses sur l’armée romaine, son fonctionnement, la formation des soldats notamment, tout en plaçant cette institution dans un ensemble plus vaste, celui de la civilisation romaine. Le recueil est précédé de textes d’amis et collègues de l’auteur. Voici quelques extraits de l’ouvrage.

« Ce livre est double.

Il entend d’abord présenter l’œuvre de Catherine Wolff. Douze de ses articles les plus marquants, écrits entre 1999 et 2017, sont ici réunis, accompagnés d’une bibliographie finale ainsi que d’un index des noms de lieux et de personnes. Agencées en deux parties ordonnées, ces contributions éclairent aussi bien les enjeux et les limites des processus de civilisation propres aux mondes romains que les ombres qui accompagnent la grandeur réputée de l’armée républicaine et impériale.

Ce volume est ensuite, et tout autant, un hommage. En ouverture des études de Catherine Wolff, il propose un recueil de lectures, relectures et souvenirs dus aux plumes de certains des collègues et amis qui, sur plusieurs décennies, ont côtoyé Catherine.

Ce florilège est rassemblé en l’honneur d’une grande chercheuse et d’une brillante enseignante qui part aujourd’hui en retraite mais qui, soyons-en certains, continuera longtemps, sans peur et sans reproches, à chercher, à écrire, à transmettre. »

Bernadette Cabouret et Guido Castelnuovo


Les confiscations à Rome dans le cadre de la vie militaire (extrait)

« Pour ce qui est des légions de Fimbria et quel que soit le moment où est intervenue la menace de confiscation, il est clair que les autorités romaines craignaient de ne pas pouvoir se faire obéir par les soldats, et qu’elles recoururent donc au seul argument qu’elles pensaient susceptible de toucher ces derniers : l’intérêt. C’est du reste ce même intérêt qui aurait pu les pousser à refuser la démobilisation. S’agissait-il d’une simple menace, ou les autorités étaient-elles en mesure de confisquer les biens des soldats ? La menace a été manifestement efficace et les soldats l’ont prise suffisamment au sérieux pour accepter d’être démobilisés. Pourquoi se sont-ils à nouveau engagés sous les ordres de Lucullus après ? Soit la menace de confiscation n’est intervenue qu’après, avec l’arrivée de Pompée, soit ils pouvaient penser être libres de faire ce qu’ils voulaient après leur démobilisation, dans la mesure où ils avaient obéi à l’ordre qui leur avait été donné.

La personne qui décidait de la confiscation était toujours la même à l’époque républicaine : c’étaient les consuls. Au début de l’Empire, c’était Auguste. Il s’agit donc de ceux qui étaient en train de faire les levées ou de celui au nom duquel les levées étaient effectuées. Dans le cas des légions de Fimbria, le gouverneur s’en chargea. Une fois la confiscation décidée, comment s’opérait-elle ? Les auteurs anciens ne donnent pas beaucoup de détails : il s’agit, pour ainsi dire, de routine. Il est incontestable que les consuls envoyaient des hommes opérer la confiscation des biens, essentiellement des terres et tout ce qui permettait de les exploiter. La nature des biens était sans doute plus diverse dans le cas du chevalier qui a coupé les pouces de ses enfants. Reste le cas des soldats des légions de Fimbria. On les a sans doute menacés de leur prendre leur part de butin. »

Catherine Wolff


L’éducation sportive à Rome (extrait)

« Qu’en était-il chez les civils ? Si des cultes étaient célébrés sur le campus, cultes qui n’étaient pas en lien étroit avec lui, il n’y avait pas de culte particulier lié aux activités sportives qui y étaient pratiquées. Il y avait sur le Champ de Mars (c’était du reste la raison de son nom) un autel de Mars, un sanctuaire très ancien, lié à la fonction militaire du campus1. Des cultes étaient liés à la présence de cet autel, mais ils étaient tous en relation avec la guerre, et pas avec la pratique des exercices, qu’ils fussent une préparation à la guerre ou pas. Il en allait de même pour les innombrables sanctuaires, temples, autels qui s’y trouvaient également, et qui n’étaient pas sur le terrain d’exercice proprement dit. À l’extérieur de Rome, il pouvait y avoir consécration d’un campus pour le salut d’un empereur2 ou consécration d’un campus et de son portique au numen de l’Auguste et à Vulcain3 . Un campus pouvait être dédié au Génie de la colonie et des colons4. De façon générale, on trouvait sur le campus des tombeaux, des statues, des chapelles et des autels (sacella, arae)5. Mais il n’y avait pas de dédicace au Génie du campus, comme il y en avait pour le campus à usage militaire, et aucune dédicace n’a été faite aux divinités Campestres.
Les associations de la Jeunesse célébraient des cultes, cette célébration était même une de leurs occupations principales6. Ainsi que le souligne P. Ginestet, ils se disaient souvent les cultores d’un dieu ou encore les iuuenes d’un dieu. Parmi ces dieux, le plus fréquemment honoré en Italie était Hercule7. Venaient ensuite le culte de l’empereur divinisé, Jupiter, Diane, Iuuentus, Junon, Apollon, Vénus, Minerve, Éros et leur Génie8. Dans les provinces, le culte le plus répandu était le culte impérial, puis Jupiter, puis Hercule, Diane, Mars, Iuuentus, et des divinités mineures et « locales » ainsi que le Génie du collège9. Mais ces cultes, y compris celui d’Hercule, n’étaient pas accomplis dans le cadre du campus, mais dans le cadre du collège, et n’étaient pas liés à la pratique sportive. »

Catherine Wolff

Parution le 10 février 2022

Collection En-Jeux
360 p.
20 X 15 cm
22 €
ISBN 978-2-35768-147-7



Citer ce billet
Équipe des EUA (2022, 7 février). Rome : éduquer et combattre (Catherine Wolff). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol0n

  1. Coarelli, Guide archéologique de Rome, op. cit., p. 188. []
  2. Devijver et Van Wonterghem, « The Campus in the Urban… », art. cité, p. 1048. Sur le territoire de Clunia, uicus de Venia, en Tarraconaise. Il s’agit de Trajan. Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 464. Pour les cultes de façon générale, Borlenghi, Campus, op. cit., p. 170-173. []
  3. CIL XIII, 3107 (Nantes). 1999, 464. Voir aussi CIL XII, 4338 et Bouet, Les Thermes privés, op. cit, p. 178. []
  4. CIL X, 1236 ; ILS 5392 ; ILLRP 116 (Nola, Regio I). Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 37. []
  5. CIL X, 1781 ; CIL X, 1793 ; CIL I, 698 ; ILLRP 518 ; ILS 5317 ; ILS 5389, Puteoli, Regio I. Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 44-45 ; Devijver et Van Wonterghem, « Neue Belege zum “Campus”… », art. cité, p. 150 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 51. []
  6. Mohler, « The Iuvenes and Roman Education », art. cité, p. 472-473 ; M. Jacynowska, Les Associations de la Jeunesse romaine sous le Haut-Empire, Wroclaw, Zaklad narodowy imienia Ossolinskich, 1978, p. 55 et p. 62 ; D. Ladage, « Collegia iuvenum. Ausbildung einer municipalen Elite ? », Chiron, 9, 1979, p. 339-341 et 345-346. ; Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 168. []
  7. Ibid., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 479. Pour le culte d’Hercule, M. Jacynowska, « Le culte de l’Hercule romain au temps du Haut-Empire », ANRW II, 17, 2, p. 631-661. []
  8. Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 478-479. []
  9. Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 173-175. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search