La Leçon de l’écuyer (Bartabas)

« Le cheval m’a appris à respecter mon instinct — c’est fondamental. On peut dire que l’homme et le cheval c’est l’assemblage de l’intellect et de l’instinct, et l’un apprend à l’autre ». Le 12 juillet 2006, Bartabas a donné une Leçon à l’université d’Avignon à propos des relations qu’il entretient avec les chevaux. Il dévoile ce que les chevaux lui ont apporté dans la vie, tant dans l’art que dans les rapports humains. Il fonde en 1984 le Théâtre équestre Zingaro.

Choix d’extraits

Un théâtre original

« Si je remonte aux origines, je dirais que le cheval m’a appris à vaincre ma peur. J’ai toujours dit que j’étais passionné par les chevaux (je ne connais pas l’origine exacte de cette fascination, il faudrait voir un psychanalyste) et mes parents m’ont toujours dit que j’étais fasciné par l’animal lui-même. Mais cette fascination à quatre-cinq ans, elle est aussi liée à la peur, quand on est face à un animal qui pèse huit cents kilos. Je n’ai pas honte de le dire, au début j’ai eu très peur des chevaux. Et donc il m’a fallu, pour arriver à aborder cet animal, pour arriver à assouvir cette passion, d’abord vaincre cette peur et cette appréhension. Les premières années où j’ai côtoyé les chevaux, où je les ai approchés pour la première fois, j’avais sept-huit ans, et le souvenir qui m’en reste, c’est d’abord la peur. Je pense que c’est quelque chose d’important parce que dominer cette peur, ça m’a appris aussi dans la vie à faire le premier pas. Je sais que je dois être une personnalité qui impressionne beaucoup et souvent, les gens n’osent pas me parler. Pour moi c’est déjà un critère, on doit savoir vaincre sa peur et aborder les gens, tout simplement. C’est quelque chose qui a beaucoup compté pour moi dans la vie.

Ensuite, j’allais dire que les chevaux m’ont tout appris… il faut bien comprendre que le cheval est à l’origine de toute la création du théâtre Zingaro. C’est-à-dire que tout ce qui fait l’originalité de ce théâtre dans son fonctionnement en tant que compagnie, dans son existence même, dans son rythme de vie même, a été dicté par les chevaux. Ce qui paraît maintenant très construit, à l’origine ce n’est pas moi qui l’ai décidé, ce sont les chevaux qui l’ont décidé pour moi. Par exemple, réaliser une création tous les trois ans (ce qui peut paraître très lent dans le monde d’aujourd’hui : aux débuts de Zingaro, j’entendais” une nouvelle création tous les trois ans… mais qu’est-ce qu’il fait ? Comment se fait-il qu’il n’ait pas deux films, trois défilés de mode et quatre créations par an ?”) cela correspond au temps qu’il faut pour qu’un homme et un cheval s’apprennent réciproquement, et cela a imposé le rythme de création, qui a imposé le rythme au public. Une des clés, je pense, de l’histoire du théâtre Zingaro avec son public, c’est justement le fait que le théâtre Zingaro propose une nouvelle création tous les deux ans et demi — trois ans. C’est un rythme qui pour moi est presque biologique, c’est le temps d’être impressionné par un spectacle, de le digérer et d’avoir envie d’un autre, aussi bien pour nous que pour le spectateur. Pour moi en tant qu’auteur c’est le temps de me régénérer, de vivre des choses qui font que je vais proposer quelque chose de nouveau à chaque étape, et pour le spectateur le temps d’être marqué par un spectacle, de le digérer et donc d’avoir plaisir tout simplement à se retrouver. Pour moi, le théâtre c’est une relation d’un auteur, d’une équipe de créateurs, avec un public tout au long d’une vie. Ce rapport-là est très important parce que je pense — je l’ai souvent dit — que si j’avais été capable, techniquement, de faire une création chaque année, au bout d’un certain moment j’aurais fini par lasser mon public. Même si tu as le métier et le talent, entre guillemets, de faire des choses élégantes, professionnelles, au bout d’un moment on dit “il se répète un peu, c’est la même chose”. Pour moi c’est quelque chose de très important. Encore une fois, je n’ai pas décidé de ce rythme. Ce qui est étonnant c’est que ce sont les chevaux qui ont décidé pour moi. »

Être au service d’une émotion

« C’est le sens de ma recherche avec les chevaux : qu’est-ce qui fait qu’un mouvement est beau ? Qu’est-ce qui fait qu’il provoque une émotion ? Est-ce que c’est son degré technique — le fait de dire voilà, un cheval au piaffer, il doit avoir une cadence, les diagonaux doivent s’élever symétriquement, le genou doit être à la hauteur du jarret, etc., le port de tête, la nuque doit être le point le plus haut, je pourrais vous en sortir des tonnes comme ça — une fois que vous avez dit tout ça, on dit “et alors ?”. Si la démarche n’a pas été juste, le résultat ne pourra pas être bon. Ça, je l’ai appliqué à toute l’histoire du Théâtre Zingaro, je dis souvent que le spectacle c’est comme un iceberg, ce que voit le spectateur c’est la petite partie qui est au-dessus de l’eau, et la grosse partie intéressante c’est tout ce qui est enfoui sous l’eau et qui soutient cette petite partie. Si cette partie en dessous a été trichée, si la démarche n’a pas été juste, si la manière d’aborder les choses n’a pas été bonne et intéressante, le résultat ne pourra pas être intéressant, ce sera un résultat falsifié. On peut plus ou moins truquer, selon que l’on a de la technique, du métier, etc., mais vraiment, si humainement la démarche n’a pas été juste le résultat ne pourra pas être touchant. Appliqué à des chevaux, ça veut dire que si dès le départ votre démarche n’a pas été profondément honnête vis-à-vis de l’animal, si la démarche n’a pas été pleine de générosité, d’écoute et d’amour, le résultat ne pourra pas être bon. Quelle que soit la performance technique exécutée. Et en cela il n’y a pas d’échelle de valeurs. Peuvent émouvoir autant les mouvements d’un danseur avec un cheval ou un âne, qu’un cheval qui galope en arrière. Peu importe. L’un comme l’autre est intéressant, et ne provoquera une émotion chez l’être humain qui le regarde que s’il y a une démarche humaine derrière.

C’est pour ça que le public du Théâtre Zingaro n’est pas constitué uniquement de “gens de chevaux” : c’est au-delà de la technique. La technique doit être digérée et mise au service d’une émotion. Cette émotion correspond à une démarche humaine au départ. C’est pour ça que je dis que côtoyer les chevaux rend l’humain meilleur. Parce que ça vous oblige, vous, à avoir face à un cheval un vrai comportement, avec les points que j’ai énumérés tout à l’heure, basés sur le respect, sur l’écoute, sur la véritable générosité. Quand j’ai entendu le Dalaï Lama me parler de la générosité, j’avais l’impression d’entendre quelqu’un qui travaille avec des chevaux. Quand il disait : donner à autrui, c’est en fait quelque chose d’assez égoïste, parce que plus on donne plus on vous rend, donc en fait être généreux, c’est être égoïste. C’est pour se faire du bien qu’on est généreux. Quand on travaille avec les chevaux, on le comprend parce que plus on est généreux avec eux plus ils vous le rendent — j’allais dire ce n’est pas toujours le cas des êtres humains… »

Se jouer soi-même

« Souvent les jeunes qui arrivent à Zingaro me demandent : est-ce qu’on doit sourire ? Quelle tête doit-on avoir ? Qu’est-ce qu’on est en train de jouer ? Je réponds toujours qu’on ne joue pas, on se joue soi-même. On ne joue pas un rôle à Zingaro, les gens qui travaillent avec moi depuis plus de quinze ans le savent : ils se jouent eux-mêmes, c’est leur personnalité qui est mise en spectacle — et c’est ça qui m’intéresse dans le travail de compagnie — j’appelle ça “voir fleurir les gens”. Le parcours le plus fréquent étant celui du jeune doué qui veut en faire des tonnes mais qui ne fait rien passer, et qui avec le temps commence à avoir un peu mal par-ci par-là, il devient moins bon techniquement, mais il devient cent fois meilleur parce qu’il touche le spectateur en étant présent dans le moment, en étant simplement là, présent. Cela ne s’apprend pas, il faut du temps, un an, deux ans, pour d’autres trois ans ou cinq ans et, spectacle après spectacle, vous voyez la personnalité. Par quoi cela passe-t-il ? Sans vous sortir tous les poncifs du théâtre, je dirai que pour les hommes, cela consiste à trouver la part féminine qu’ils ont en eux. Au début, on veut trop montrer, puis cela vient petit à petit, et pour cela le cheval est un énorme révélateur : pourquoi ? Parce que le rapport au cheval n’est pas basé sur la force. Et ceci m’a aussi aidé à comprendre comment, à Zingaro, utiliser les comédiens et les comédiennes. Si je voulais être provocateur, je dirais qu’à Zingaro, il n’y a pas de différence entre hommes et femmes parce qu’un cavalier sur un cheval, ce n’est plus un homme ou une femme, c’est un tout avec le cheval. L’homme et la femme sont à égalité physique dans la relation au cheval, d’ailleurs le sport équestre est le seul sport olympique où les hommes et les femmes concourent ensemble, sans différence, et n’oublions pas que le véritable athlète, c’est le cheval. J’ai beaucoup réfléchi à cela, j’ai fait un travail personnel là-dessus et cela s’exprime par des symboliques faciles : nous avons inventé un costume, qui est une caractéristique de Zingaro, une espèce de jupe qui dissimule les jambes, qui est assez féminin et que l’on fait porter à des hommes. C’est aussi une manière de montrer que lorsqu’on travaille avec l’imaginaire du cavalier sur un cheval, on travaille avec un imaginaire qui nous dépasse. Le cheval est encore très présent dans l’inconscient collectif (tout le monde a des images d’enfance, de livres d’école, et pour chaque personne ici le cavalier à cheval est quelque chose de différent : pour l’un, cela va être le symbole de la liberté, pour l’autre celui de l’oppression, ou de la violence ou du pouvoir.) Ce sont des images qui sont la plupart du temps liées au côté dominateur et à l’image de seigneur. C’est souvent le contraire de ce que je souhaite dire : à mes yeux, c’est le cheval qui dirige. C’est le cheval qui a dirigé toute ma vie et qui continue à la diriger et qui m’impose ma ligne de conduite, c’est lui qui me guide. C’est aussi pourquoi j’ai tendance à dire que l’image de la femme à cheval est beaucoup plus intéressante que l’image de l’homme à cheval en ce sens que, pour être un bon cavalier, il faut savoir découvrir la partie féminine que l’on a en soi. La réciproque n’est pas obligatoire. »

Auteur

Bartabas est à la fois écuyer, metteur en scène et scénographe. En 1984, il crée le Théâtre équestre et musical Zingaro, et en 2003, il fonde l’Académie du spectacle équestre à Versailles, en associant le travail de dressage à une sensibilité artistique.


Collection Entre-Vues, série Leçons de l’université
48 pages
6 €
ISBN imprimé : 978-2-35768-000-5
ISBN électronique : 978-2-35768-093-7
DOI : 10.4000/books.eua.1878



Citer ce billet
Équipe des EUA (2006, 29 juin). La Leçon de l’écuyer (Bartabas). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okyl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search