En chair, en os et en pierre. Le tombeau du cardinal Jean de La Grange

Avez-vous déjà remarqué le trésor conservé dans la seconde salle du Musée du Petit Palais ? Contre l’un des murs se dresse une sculpture doublement marquée par les effets dévastateurs du temps ; sur le plan matériel, frappée par les vagues iconoclastes de l’histoire et, sur le plan artistique tout autant que symbolique, motivée par un sujet macabre : la décomposition d’un cadavre. À quelque distance de celle-ci, une série d’autres sculptures aux corps plus ou moins tronqués. Enfin, celle d’un homme dont il manque à présent la partie supérieure des jambes. Un ensemble de pièces « survivantes », à l’histoire tragique mais passionnante commune, auxquelles il faut tenter de rendre un dernier hommage.

(En)quête d’unité

Le travail du visiteur relève de l’imagination, ou plus précisément encore d’une tentative de reconstruction et de représentation mentale car, en effet, l’isolement de ces pièces n’est qu’artificiel. À l’origine, celles-ci font partie d’un même ensemble funéraire monumental dont ne subsistent aujourd’hui que quelques fragments : le « transi », le « gisant », le groupe sculpté de l’Annonciation ainsi que d’autres pièces également conservées dans les collections du Petit Palais. Détruite au moment de la Révolution, cette composition funéraire n’existe donc plus dans sa totalité. Mais c’est alors que débute un autre ouvrage, non plus seulement d’esprit mais de recherche, d’analyse et de comparaison. De la statue de pierre à la source de papier – ou inversement -, c’est celui du chercheur. Grâce aux découvertes de ce dernier, il est parfois possible d’éclairer quelques zones d’ombre. Pour qui était destinée cette ultime demeure de pierre ? À quel endroit s’élevait-elle à la vue des hommes ? Quel discours portait-elle ? L’absence apparente de nom sur les vestiges conservés implique l’analyse fine de ces restes ainsi que celle d’autres types de sources.

Un dessin réalisé au XVIIème siècle apporte de nombreux éléments de réponse2. Ainsi, le transi aurait été placé au plus bas du mausolée, autrement dit sur le premier des sept niveaux superposés le constituant3. La maigreur de ce corps émacié transparaît surtout au niveau de la cage thoracique et, dans une sorte de pudeur presque ironique, seul le sexe de l’individu se dérobe au regard du spectateur. Le fragment en forme de L accueillant le cadavre sur son pan horizontal est composé de deux autres éléments localisés, quant à eux, sur la partie verticale. D’une part, plusieurs portraits cadavériques – probablement sept – surmontaient le transi4. Désormais méconnaissables, il est toutefois encore possible d’imaginer les glands d’un galero à l’extrême gauche du fragment conservé. D’autre part, une inscription sur phylactère est placée entre cette série de portraits et le corps décharné. Du point de vue de la forme, en caractères gothiques et en langue latine. En ce qui concerne le contenu, les deux lignes gravées déclarent : « Nous sommes un spectacle pour le monde. Que grands et petits, par notre exemple, voient bien à quel état ils seront inexorablement réduits, quelle que soit leur condition, leur sexe ou leur âge. Pourquoi donc, misérable, es-tu plein d’orgueil ? Tu es cendres et cendres tu retourneras, cadavre fétide, nourriture et pitance de vermine »5. Il s’agit là d’un véritable memento mori caractéristique de la fin du Moyen Âge : rappel de la nature misérable de l’homme, dévalorisation de ses privilèges et de son orgueil terrestre, insistance sur la décomposition naturelle de son corps – prouvée ensuite visuellement par le transi de pierre, comme si une image vaut bien mille mots aussi durs soient-ils.

Détail du transi. Cliché de l’auteur, licence cc by sa

À l’étage supérieur, le second, devait se trouver le gisant couché sur une dalle funéraire. La tête, mutilée aujourd’hui sur la partie inférieure du visage, porte la mitre cardinalice et repose sur un oreiller finement ouvragé. La partie supérieure du corps, qui représente le fragment conservé le plus important, révèle une scène sculptée sur la poitrine. Au centre, un Christ en croix. De part et d’autre de lui, quatre personnages. Il semblerait pertinent, à titre d’hypothèse étant donné l’importance de ce thème dans l’iconographie religieuse médiévale, d’identifier au moins ceux encadrant directement le crucifié comme Marie et saint Jean. Ces deux niveaux, transi et gisant, formaient ainsi la partie proprement sépulcrale du tombeau. Considérant par ailleurs les dimensions d’une seule statue des étages supérieurs, par exemple la Vierge de l’Annonciation qui mesure 127 centimètres6, il est possible d’imaginer un monument funéraire s’élevant à plus de dix mètres de haut – témoin, si cela était encore nécessaire, du luxe de cette sorte de tour flamboyante du souvenir, un souvenir d’outre-tombe.

Souvenir d’outre-tombe

Comme l’annonçait déjà Eugène Müntz au XIXème siècle7, le commanditaire de ce monument funéraire est Jean de La Grange. En quelques mots, ce dernier est évêque d’Amiens de 1373 à 1375 avant d’être élevé au rang de cardinal le 20 décembre de cette même année 1375. Proche allié du roi Charles V, il l’est beaucoup moins d’Urbain VI. En effet, les relations se tendent rapidement entre les deux hommes ; le pape critique notamment ses actions diplomatiques, son train de vie luxueux, l’accuse de perfidie et de corruption8. L’élection puis l’installation, centrale dans l’histoire du « Grand Schisme d’Occident », de Clément VII à Avignon ainsi que la disparition de Charles V en 1380 décident finalement Jean de La Grange à quitter la capitale pour rejoindre le pape dans la cité rhodanienne. Il y demeure ainsi jusqu’à sa mort survenue le 24 avril 1402.

Portrait de Jean de La Grange rapporté par François Duchesne (dans Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, vol. 1, p. 645). Domaine public, source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

C’est dans cet ultime arc temporel s’étendant des années 1380 à 1402 que le monument funéraire avignonnais voit le jour. La précision géographique n’est pas anodine car le cardinal commande en fait deux tombeaux au cours de sa vie. Le premier est érigé dans la cathédrale d’Amiens9, le second est originellement placé dans l’église Saint-Martial d’Avignon. Suivant le procédé usité à cette époque de la dilaceratio corporis, ossements et cœur auraient alors été envoyés à Amiens10 tandis que le tombeau d’Avignon aurait pu recueillir ses chairs. Il est, d’autre part, intéressant de noter que l’église Saint-Martial, en construction dans ces années, est dotée à l’initiative de Jean de La Grange d’une abside. Il semblerait en effet que cette entreprise, et plus précisément encore celle du mur nord du chœur, soit conçue dès l’origine pour accueillir le monument funéraire du prélat11. L’année d’achèvement de l’abside et du tombeau reste encore débattue. Débutés probablement vers 1388-1389, les deux chantiers doivent être bien avancés, mais pas encore achevés, à la mort de La Grange en 140212.

La question de l’interprétation du tombeau, de l’ordre et du sujet des scènes à celui des sculptures et des personnages qu’elles sont censées représenter, est sans doute la plus complexe. Sans aucun doute, la teneur autobiographique joue un rôle important, sinon prépondérant, dans les choix effectués. Éminent homme d’église, La Grange décide de se faire représenter vêtu de ses habits de cardinal. Prélat mais aussi homme politique, il porte sans cesse ce double engagement au cours de sa vie et le fait même graver dans la pierre de son tombeau. Par l’insertion de laïcs dans chacune des scènes supérieures – non évoquées ici – de la vie de la Vierge, membres de l’entourage royal par exemple, La Grange exprime son allégeance à la monarchie française et à ses représentants. En somme, le tombeau se présente comme un véritable manifeste politique, un « grand poème de pierre », une « échelle de Jacob […] avec sa double colonne de valeurs célestes et terrestres »13 dans laquelle s’échelonnent, au-delà de la mort, la vie, les relations, les dévotions et les espoirs d’une figure majeure de la seconde moitié du XIVème siècle.

Entre mort et naissance

En 1402, le cardinal Jean de La Grange s’éteint. Mort du corps de chair. Première mort. Presque quatre siècles après, son tombeau ainsi que l’église qui l’abrite sont saccagés par les Révolutionnaires. Mort du corps de pierre. Deuxième mort. Heureusement pour l’histoire, et pour les chercheurs, ces disparitions successives ont laissé des traces matérielles, des résidus physiques, des sources à étudier. Bien que sous l’état de fragments, parfois dans un état déplorable, parfois dans des dimensions infimes comparées aux mesures impressionnantes du monument, les pièces « survivantes » du tombeau de Jean de La Grange permettent néanmoins une reconstitution hypothétique de l’œuvre intégrale. Véritable chef-d’œuvre du Moyen Âge finissant, plus encore de la période de la papauté avignonnaise, le tombeau est aussi, de façon peut-être paradoxale, le témoin – probablement l’un des premiers – d’une naissance. Celle, en effet, du transi, art de la sculpture macabre centrée sur la mort et ses conséquences charnelles, physiques et physionomiques.

Pour aller plus loin

MORGANSTERN Anne, « Quelques observations à propos de l’architecture du tombeau du cardinal Jean de La Grange », dans Bulletin Monumental [en ligne], tome 128, n°3, 1970, p. 195-209. URL : https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1970_num_128_3_5033

MORGANSTERN Anne, « The La Grange Tomb and Choir : A Monument of the Great Schism of the West », dans Speculum [en ligne], vol. 48, n°1, 1973, p. 52-69. URL : https://www.jstor.org/stable/2856269

MÜNTZ Eugène, Le mausolée du cardinal de Lagrange à Avignon (fin du XIVème, commencement du XVème siècle), Paris, L’Ami des Monuments et des Arts, 1890 (première étude réalisée sur le tombeau de Jean de La Grange).



Citer ce billet
Émilien Segantini (2022, 25 mars). En chair, en os et en pierre. Le tombeau du cardinal Jean de La Grange. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol0q

  1. En ce qui concerne les numéros d’inventaire des pièces mentionnées : N 28 A pour la pièce du « transi » et N 52 pour le « gisant » (dépôts du Musée Calvet). []
  2. Une reproduction du dessin est notamment visible dans Anne MORGANSTERN, « Quelques observations à propos de l’architecture du tombeau du cardinal Jean de La Grange », dans Bulletin Monumental [en ligne], tome 128, n°3, 1970, p. 196. URL : https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1970_num_128_3_5033 []
  3. Ibid., p. 197. []
  4. Anne MORGANSTERN, « The La Grange Tomb and Choir : A Monument of the Great Schism of the West » , dans Speculum [en ligne], vol. 48, n°1, 1973, p. 61-62. URL : https://www.jstor.org/stable/2856269 []
  5. Traduction reprise de Jacques CHIFFOLEAU, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-vers 1480), Paris, Albin Michel, 2011 [1980]. []
  6. Selon la notice de la base Joconde. URL : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/000SC004685 []
  7. Eugène MÜNTZ, Le mausolée du cardinal de Lagrange à Avignon (fin du XIVème, commencement du XVème siècle), Paris, L’Ami des Monuments et des Arts, 1890. []
  8. Armand JAMME, « Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Schisme d’Occident », dans François FORONDA, Jean-Philippe GENET, José Manuel Nieto SORIA (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Éditions de la Casa de Velázquez, 2005, p. 12. []
  9. Pour plus de détails, voir Dany SANDRON, « La fondation par le cardinal Jean de La Grange de deux chapelles à la cathédrale d’Amiens : une tradition épiscopale devenue manifeste politique à la gloire du roi Charles V », dans Fabienne JOUBERT (dir.), L’Artiste et le Clerc. La commande artistique des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVème-XVIème siècle), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2006, p. 155-170. []
  10. Comme l’indique la fiche de l’inventaire des Hauts-de-France, un tombeau pour les ossements et une dalle funéraire – toujours visible aujourd’hui – située dans la chapelle Saint-Jean pour le coeur. URL: https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/monument-funeraire-du-cardinal-jean-de-la-grange-et-de-l-eveque-jean-de-boissy-vestiges/b13f6c8c-3e0e-442b-9f66-a93f6ddcb8b9 []
  11. Anne MORGANSTERN , « Quelques observations à propos de l’architecture du tombeau du cardinal Jean de La Grange », op. cit., p. 208. []
  12. Ibid., p. 209. []
  13. Louis GILLET, « Visites aux musées de province : I : Avignon », dans Revue Des Deux Mondes (1829-1971) [en ligne], vol. 6, n°4, 1931, p. 865. URL : www.jstor.org/stable/44846587 []

Publié par

Émilien Segantini

Étudiant en M2 CMI Histoire et Multimédia, j’éprouve un grand intérêt pour l’histoire religieuse médiévale. Dans le cadre de mon mémoire, je me penche sur la question de la réglementation des conflits paroissiaux opposant le clergé séculier aux ordres réguliers d'Avignon entre la fin du XIIème et le début du XVème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search