Changer le monde par le théâtre (Marie-José Malis, Laure Adler)

« Essayer de faire du nouveau, de l’art, tenter quelque chose, c’est un combat ; que ce soit ce combat-là, c’est ce que j’espère du théâtre. Et voilà que quelque chose se constitue publiquement face à une œuvre. Que cela doive se constituer dans une bataille, je pense que c’est de notre temps. » Au cours d’un entretien avec Laure Adler, Marie-José Malis a donné une Leçon à l’université d’Avignon le 10 juillet 2014. Elle souhaite transmettre la philosophie du théâtre et imaginer une nouvelle organisation du monde pour atteindre le bonheur.

Choix d’extraits

Un instrument de transformation

« Marie-José Malis. À vrai dire, je pense qu’au départ le théâtre m’a intéressée parce que c’est un mode d’expression, qui est à la fois absolu et qui est collectif. Je crois que, comme beaucoup de gens ici, j’éprouvais une réelle angoisse : à la fois une sorte de fascination pour la création, au sens où elle demande une transformation de soi et du monde et, en même temps, une vraie angoisse à l’idée que celle-ci ne puisse passer que par moi. Le théâtre me paraissait donc être le lieu de l’amitié comme une utopie réalisable avec d’autres et, aussi, un instrument extraordinaire de transformation de l’humain et de transformation du monde potentiellement.

Laure Adler. Cela s’apprend, le théâtre ?

Marie-José Malis. Je ne l’ai pas appris, c’est-à-dire que je ne l’ai pas appris dans les écoles. J’ai appris la littérature à l’école ; j’ai appris le théâtre en en faisant un petit peu sous la forme du théâtre amateur et, surtout, en étant spectatrice, en fait, spectatrice tous azimuts quand j’étais jeune, d’abord en province, puis à Paris pour faire mes études. J’allais voir à peu près tout et je réfléchissais à tout ce que je voyais. C’est comme cela que j’ai l’impression d’avoir appris le théâtre. Ensuite, j’ai reçu une formation universitaire assez poussée et j’ai aussi beaucoup théorisé. J’ai lu en abondance les théoriciens. Je crois que je fais partie des artistes très réflexifs, qui se demandent par quelle voie les autres artistes sont passés. D’ailleurs, je crois très juste cette phrase de Walter Benjamin, qui dit que “La révolution se fait par la répétition”. C’est être dans l’imitation des autres. Cette idée de Walter Benjamin est très étrange. On croit toujours que le changement va arriver d’une manière miraculeuse et à partir de rien. Benjamin nous dit en fait que les révolutions se font par imitation de ceux qui nous ont précédés. Il faut épouser les mêmes carrefours, les mêmes alternatives qu’ils ont eu à dénouer. Il faut se remettre dans les pas de ceux qui ont eu des questions fondamentales à résoudre et nous trouverons alors par nous-mêmes les questions ajustées à ce temps présent. Je peux dire que j’ai appris le théâtre comme cela, par imitation. C’est aussi comme cela que je l’enseigne désormais. »

Les pouvoirs du théâtre

« Laure Adler. On sent que vous êtes tissée par cette attente du bien commun. Comment le théâtre peut-il déboucher sur ce que vous nommez, à juste titre, cette hospitalité ?

Marie-José Malis. En effet, le théâtre est une forme, d’où mon inquiétude sur le régime d’images. Quelles images, quelles représentations du monde le théâtre doit-il proposer, à quoi doit-il contribuer ? Je pense qu’aujourd’hui nous sommes dans un monde où l’on demande à l’image d’être identitaire : on demande à une image d’être immédiatement reconnaissable, que l’on puisse y reconnaître ses opinions, ses idées toutes faites ou l’image toute faite que l’on a de soi. À la limite, on admet les images troublantes, pourvu qu’elles soient spectaculaires. Je pense que le travail des artistes est toujours un travail polémique ; il se fait dans un temps donné du monde et doit se demander “Qu’est-ce qui de ce monde-ci doit être défait ?”, ce monde-ci où les images sont des images identitaires. Or, qui dit images identitaires dit images inhospitalières, qui ne feront pas accueil à l’étranger, à l’étrangeté en nous. Il faut proposer des images douces, hospitalières, qui ne soient pas identitaires, mais qui soient la porte ouverte, la bienvenue à de l’inconnu, à ce qui nous fait question.

Il y a cette idée que je dois travailler contre le régime, contre d’autres représen­tations du monde. Cela a toujours été un combat du théâtre. Le théâtre a toujours dû se battre contre ceux qui voulaient faire de lui le simple miroir du monde. Si on va au théâtre pour y reconnaître ce que l’on sait déjà, ce qui est la plupart du temps le cas, alors on l’enferme dans une fonction terrible, étroite, de collaboration avec le monde. Je pense que le théâtre que j’aime, le théâtre que j’ai aimé, a toujours mené un combat pour ne pas être ce simple miroir du monde, mais pour être ce qui va proposer l’intuition d’autre chose.

J’ai ensuite regardé le théâtre de mes contemporains et je me suis aperçue que nous étions, nous les gens de ma généra­tion, assez sceptiques sur les pouvoirs du théâtre, et que la plupart de mes contem­porains recherchaient la modernité de ce médium, cette vieille discipline, en le branchant à d’autres arts. Cela arrive souvent dans l’histoire des arts. C’est par des sutures d’un art avec un autre art que l’on espère renouveler quelque chose. J’ai vu ainsi, pendant longtemps, mes contemporains faire du théâtre en le branchant aux arts plastiques ; pour eux, la modernité du théâtre serait sa nouvelle esthétisation, sa nouvelle capa­cité expressive, d’où l’arrivée d’images et de médias forts comme l’image, le son, la performance. Or, je me rends compte que ce qui m’aide à vivre, c’est la pensée, c’est-à-dire quelques pensées claires, quelques formules qui font la différence, qui sont pour moi de l’air qui entre dans la pièce et qui me donnent le courage de continuer à espérer que nous pourrons transformer ce monde-ci. Je me suis dit qu’après tout, le théâtre a une longue histoire d’amitié avec la philosophie. Plutôt que de brancher mon théâtre sur les arts plastiques et de répéter que ce qui ferait la modernité du théâtre serait sa capacité esthétique à faire des images fortes, puissantes, je me suis dit que je voulais faire un théâtre dont les images soient humbles et hospitalières et dont les pensées soient le labeur même et nous aident à vivre. J’ai donc décidé, pour la modernité de mon art, d’associer le théâtre à la pensée.

Laure Adler. Alors, le théâtre n’est pas pour vous la décalcomanie du réel, mais c’est ce que vous appelez et ce que vous définissez comme le théâtre de la pensée. Qu’attendez-vous de nous, spectateurs ? Comment arriver à penser quand nous voyons une pièce ? Qu’est-ce qui nous autorise, nous spectateurs, à penser ? Est-ce que c’est l’accueil de la parole de l’auteur, par exemple Hölder­lin ? Est-ce que le metteur en scène se définirait comme une sorte de passeur entre l’auteur, les acteurs et nous le public ? Est-ce qu’il s’agit d’un trans­fert de pensée ? Est-ce qu’il s’agit d’une nouvelle pensée qui se produit ?

Marie-José Malis. Oui, c’est un transfert de pensée. Le théâtre que je fais n’est, au fond, que direction d’acteurs. Je ne crois pas que je sache faire de la mise en scène ; elle ne m’intéresse pas beaucoup, en tout cas. La seule chose que je sache faire, c’est de la direction d’acteurs. »

Auteurs

C’est à travers l’enseignement du jeu et de la dramaturgie que Marie-José Malis peut affirmer son désir de théâtre. En 1994, elle crée sa propre compagnie, la Llevantina, et monte ses premiers spectacles : répertoire classique, ou contemporain, textes théoriques, scénarii, elle met en scène un théâtre « politique », dans le sens où il questionne à la fois la pensée et sa représentation. C’est un théâtre de partage qui est proposé, une invitation faite aux spectateurs à entendre des paroles fortes et riches sur le monde et ses « déchirures ».

Née en Normandie, Laure Adler grandit en Afrique avant de rejoindre la France et de se lancer dans des études de philosophie et d’histoire. Elle fait ses débuts de journaliste à France Culture et ne cessera plus d’agir dans le milieu de l’art, de l’écriture et de la transmission. Passionnée par les grandes figures féminines du XXe siècle, elle écrit plusieurs ouvrages mettant en valeur Marguerite Duras, Simone Weil ou encore Hannah Arendt.


Collection Entre-Vues, série Leçons de l’université
56 pages
7 €
ISBN imprimé : 978-2-35768-050-0
ISBN électronique : 978-2-35768-078-4

Disponible sur OpenEdition Books. DOI : 10.4000/books.eua.1495


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe des EUA (9 juillet 2016). Changer le monde par le théâtre (Marie-José Malis, Laure Adler). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/okyn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search