Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine (Bruno Bertherat, dir.)

« Le funéraire est une porte d’entrée dans le monde des vivants et permet d’en comprendre le fonctionnement quelles que soient les époques. » Ce livre est issu de deux journées d’étude consacrées aux sources du funéraire, tenues les 10 et 11 septembre 2013 à l’université d’Avignon. Cet ouvrage collectif réunit différents travaux des recherches autour de l’archéologie funéraire contemporaine.

Choix d’extraits

Des représentations aux présentations de l’identité professionnelle

Dans un article fondateur de la sociologie des métiers et des professions1, le sociologue américain Everett Hughes estimait que « le métier est l’un des éléments pris en compte pour porter un jugement sur quelqu’un, et certainement l’un des éléments qui influencent le plus la manière dont on se juge soi-même ». Si tel est le cas, l’étude d’une profession se heurte à un problème méthodologique : l’observation de l’activité stricto sensu n’épuise pas ses enjeux sociologiques. Les professionnels donnent en effet un sens à leur travail, qu’ils cherchent à partager, et, souvent, à valoriser, constituant ainsi des rhétoriques professionnelles particulières. Il convient donc de combiner l’étude du travail concret avec la manière dont les individus se représentent leur travail et utilisent cette représentation. Étudiant les agents immobiliers de Chicago dans les années 1940, Hughes se demandait pourquoi ces professionnels insistaient davantage sur la confiance entre collègues et avec la clientèle que sur les aspects les plus mercantiles de leur travail. Ce comportement était, selon lui, symptomatique de la tendance à la « professionnalisation » d’un métier. Il manifestait une demande collective de reconnaissance, une volonté de mobilité ascendante, sur le plan du prestige, d’une partie de ses membres dans l’échelle des métiers.

Étudiant le travail des pompes funèbres dans une thèse de sociologie2, j’ai constaté une problématique similaire. Voulant comprendre l’orchestration des rituels et les dynamiques émotionnelles qui s’y jouent, je focalisais mon attention sur le détail des opérations funéraires, la mise en scène des différentes séquences, le délicat travail de transition(s)3 qu’effectuent les opérateurs funéraires. Profitant d’une position d’observateur participant en tant qu’« employé porteur de cercueil »4 pendant dix mois dans deux entreprises, je réalisais une ethnographie du travail visant notamment à expliquer de l’intérieur le rôle donné aux rituels funéraires dans notre culture, aujourd’hui, par les professionnels du secteur. Les principales données que je recueillais étaient donc d’observation ; elles avaient l’avantage de donner à voir les réalités du terrain au plus près, mais ne permettaient pas d’accéder à la dimension du sens donné à l’activité par les professionnels, objet même de la sociologie dite compréhensive5, et objet d’élaboration de la part des professionnels. Je complétais donc ma recherche par des entretiens avec des professionnels, autour de leur perception du travail, de ses difficultés, de l’organisation de la profession, et par diverses analyses documentaires, afin de mieux définir la population des travailleurs du funéraire. Ces entretiens et analyses documentaires ont permis de montrer que leur point commun ne réside pas seulement dans le fait de faire la même activité ; ils partagent aussi des points de vue sur le sens de leur travail et sur la place de celui-ci, dépréciée selon eux, dans la société.

L’objet de cette contribution est de revenir sur l’approche de l’identité professionnelle des pompes funèbres qu’ont rendue possible le recueil et l’analyse de ces données. Comment les différentes sources que peuvent mobiliser les sociologues étudiant le travail funéraire permettent-elles de construire une représentation « objective » de ce groupe professionnel ? Le travail du sociologue étant, notamment, de caractériser les groupes sociaux en évitant l’essentialisation, je considérerai que l’« image » des pompes funèbres est le produit de diverses représentations. Nous verrons dans un premier temps que des représentations extérieures au groupe, issues des médias, de la littérature, du cinéma, des sondages d’opinion, etc., permettent de cerner les contours de la représentation sociale des pompes funèbres. Nous nous pencherons ensuite sur deux formes de représentations qui émanent du groupe lui-même. L’une est documentaire (magazines professionnels, documents internes aux entreprises). L’autre évoque le sens dramaturgique du terme de « représentation », c’est-à-dire la mise en scène de soi, la manière dont les professionnels se présentent et présentent leur travail dans sa réalisation ou dans les entretiens avec le sociologue, dans les rapports aux institutions, aux officiants de culte, aux familles, etc. ; nous faisons ici l’hypothèse que l’identité socioprofessionnelle est aussi une production résultant de sa mise en jeu dans les interactions sociales ordinaires et quotidiennes.

Les sources d’une monographie du cimetière

Si depuis une cinquantaine d’années l’historiographie liée à la mort concerne différentes disciplines, le chercheur se doit d’appréhender la diversité des ressources disponibles afin de mieux croiser les domaines complémentaires à explorer. Aussi les contributions de cette première partie déclinent-elles de nouvelles perspectives de recherche en lien avec des méthodologies intéressant tant l’histoire des cimetières et des entreprises du funéraire que celle qui prend en compte la sensibilité face au corps mort et au devenir de ce dernier.

En premier lieu Régis Bertrand présente de manière générale un grand nombre de sources possibles dès lors que l’historien s’attache à l’étude d’un cimetière particulier. Distinguant les sources « papiers » et iconographiques des sources de « terrain », il livre des pistes pour mieux se frayer un chemin notamment dans les différents types d’archives, selon les périodes et lieux concernés. Parmi les thématiques auxquelles ces fonds nous permettent d’accéder, il y a toutes celles liées à l’espace public et à sa gestion, de la salubrité et de la police, celles liées à l’architecture et l’art funéraire ou encore celles qui vont concerner les pratiques et l’évolution des mentalités en matière de culte aux morts. Cette variété de sources, on la retrouve également dans les articles suivants qui s’appuient non seulement sur les sources des administrations, institutions ou associations, mais également sur des actes privés, registres de notaires, testaments, littérature…

Parmi les sources longtemps négligées, il y a notamment celles des marbreries qui participent à l’économie de la mort et à l’esthétique du souvenir et qui permettent également une meilleure compréhension des modes de recueillement et des normes du culte aux morts propres à chaque époque. Ainsi Véronique Belle, en recensant et étudiant les fonds des marbreries funéraires lyonnaises, souligne la nécessité d’inventorier, avant qu’elles ne disparaissent, ces entreprises tant sur le plan des ateliers, des personnels et des diverses activités qui y ont été menées. Outre le témoignage des techniques artistiques, avant la concurrence des pierres et monuments importés, et au-delà du funéraire, une partie non négligeable de ces fonds archivistiques permet également de faire sortir de l’anonymat des sculpteurs et artistes ayant participé à la naissance ou la diffusion d’un art local. L’inventaire des divers acteurs de la mémoire du funéraire est enrichi par un entretien mené avec une sculpteuse funéraire, directrice de la marbrerie Favre, encore en activité et fondée par son grand-père un siècle auparavant. Ainsi au cours d’une recherche toutes sortes de sources se croisent : cette fois orale et même audiovisuelle puisque l’entretien a été filmé sur les lieux mêmes et dans les locaux de l’entreprise.

Ouvrage dirigé par Bruno Bertherat

Bruno Bertherat est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Avignon. Il travaille sur le fait divers, notamment audiovisuel, sur l’histoire de l’identité et sur celle du cadavre (médecine légale, pratique funéraire, imaginaires). Il prépare un ouvrage sur la Morgue (Paris, XIXe siècle).

Auteurs

Yann Ardagna, Emmanuel Bellanger, Véronique Belle, Julien Bernard, Régis Bertrand, Tessa Boehm, Anne Carol, Christian Chevandier, Xavier Deflorenne, Fabienne Duteil-Ogata, Tony Fogacci, Bérengère Gleize, Guénola Groud, François Guyonnet, Emmanuelle Héran, Patricia Hidiroglou, Pierre-Yves Kirschleger, Jacqueline Lalouette, David Lavergne, Jean Marx, Sandra Menenteau, Serenella Nonnis-Vigilante, Didier Paya, Nicolas Picard, Isabelle Renaudet, Thomas Romon, Sylvie Robin, Stéphanie Sauget, Yann Scioldo-Zürcher, Verónica Sierra Blas, Marc Sylvain, Pascale Trompette, Gian Marco Vidor.

Parution juin 2015

Collection En-Jeux

398 pages

23 €

ISBN 978-2-35768-047-0

Disponible sur OpenEdition Books. DOI : 10.4000/books.eua.4162

  1. E. C. Hughes, Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, EHESS, 1996 [1971], « Le travail et le soi », p. 75. Cette importance de l’étiquette que représente la profession s’explique, selon Hughes, par l’importance du courant idéologique, dans les sociétés qui valorisent l’égalité des chances, selon lequel chacun peut avoir l’ambition d’occuper un emploi qui lui convient ou lui correspond. []
  2. J. Bernard, Croquemort. Une anthropologie des émotions, Paris, Métailié, 2009. []
  3. Le sens donné aux rituels funéraires et à la mort dépend des sociétés et des cultures en variant dans le temps et dans l’espace. On peut cependant considérer les rituels funéraires comme des rituels de passage(s), au singulier et au pluriel. Ils représentent dans leur forme d’ensemble un changement d’état et/ou de place du défunt. []
  4. Selon les termes de l’offre d’emploi à laquelle j’avais répondu. []
  5. M. Weber, Économie et société. Tome 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 2003 [1921]. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe des EUA (5 mai 2022). Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine (Bruno Bertherat, dir.). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol0u


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search