Maurizio Perugi – La Poésie des troubadours : un modèle européen de civilisation littéraire

La poésie des troubadours : un modèle européen de civilisation littéraire
Maurizio Perugi

Collection : Entre-Vues
Parution : 01-06-2011
Thème : Littérature
76 pages

PRIX : 6 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-026-5
ISBN numérique : 978-2-35768-102-6

Irréprochable, audacieuse, la synthèse de Maurizio Perugi montre que la lyrique amoureuse n’épuise pas la créativité des troubadours. En un temps bref, les XIIe et XIIIe siècles, ces poètes ont inventé plus que des formes littéraires : ils ont donné vie à un nouveau langage de l’amour et l’ont transmis dans une langue artificielle, exportable, jamais éteinte, toujours fascinante.

Extraits

La poésie des troubadours

Bien entendu, la poésie des troubadours ne saurait se réduire à la seule lyrique amoureuse, ce qui est déjà vrai pour le premier troubadour connu, Guilhem IX d’Aquitaine1, grand-père d’Aliénor2. Quelle est donc la typologie des poèmes créés par les troubadours ? Il existe, à côté de la chanson (ou, plus génériquement, du chantar) d’amour, le vers, qui puise son inspiration dans la pédagogie ou la morale ; et surtout le serventès, instrument de propagande et de guerre, qui emprunte à une chanson de succès et le schéma et la mélodie, tout en changeant ou en détournant le message originaire.

[…]

Il existe finalement un certain nombre de genres mineurs. Somptueusement enluminés, destinés à des commanditaires italiens, les manuscrits « jumeaux » I et K3 présentent leurs matériaux répartis en trois sections : chansons, serventès, tensons ou débats (partimens). Ces derniers portent sur des questions amoureuses souvent artificielles, parfois même un eu farfelues ; cette mode est pourtant destinés à un développement considérable.
Rédigé vers 1186 à Troyes, dans l’entourage de Marie de Champagne, qui en fut sans doute l’instigatrice, le De Amore d’André le Chapelain est un traité qui développe, à la façon d’Ovide, son sujet sur trois volets : comment conquérir l’amour, comment l’entretenir et comment en guérir4. L’auteur puise à diverses sources : antiques (Horace, Sénèque, Cicéron), chrétiennes (la Bible), contemporaines (Chrétien de Troyes, l’école de Chartres). Dans la seconde partie, il expose vingt-et-un « jugements d’amour » qui auraient été prononcés par certaines des plus grandes dames du royaume de France : sept, par exemple, sont attribués à Marie de France, trois à sa mère, Aliénor d’Aquitaine. Véritables articles de jurisprudence amoureuse, ces jugements, tout en ayant un caractère fictif, sont l’une des expressions les plus remarquables d’une petite littérature fleurie, entre la fin du XIIe siècle et le début du siècle suivant, autour de la notion plus ou moins allégorique de « cour d’Amour » (c’est d’ailleurs ainsi que s’appelle un poème didactique anonyme en langue d’oc). L’héritage le plus durable de ce courant littéraire a été recueilli par Boccace.

[…]

Chez la femme des troubadours, les qualités qu’on met le plus volontiers en évidence relèvent plutôt de ce qu’on appellerait aujourd’hui son éducation. On fait recours, pour la désigner, à un nombre limité de mots-clé, dont le taux d’occurrence est par contre très élevé. La femme se doit d’être, d’une part, avinen, bela, genta, covinen, et d’autre part, coinda, corteza, de bon aire. Elle doit se connaître aux choses de l’amour, et par conséquent, faire preuve de conoissensa et de chauzimen. Les troubadours qui fréquentent sa compagnie lui reconnaissent la capacité de bien gérer son propre charme : les termes les plus employés sont acolhimen, conort, demor, deport, ensenhamen, normalement précédés de l’adjectif bel. C’est à partir de la personnification systématique de ces qualités abstraites, voire de leurs contraires, que Guillaume de Lorris et Jean de Meung ont créé le Roman de la rose.
Une telle femme, en effet, a tout pour être une allégorie. On dirait qu’elle est presque toujours interchangeable avec la cour où, à chaque occasion, le troubadour se trouve à séjourner. Plus généralement, elle symbolise la cour idéale, généreuse envers les troubadours itinérants en même temps que vouée à la protection de la poésie : nostalgie pour une dimension éloignée de la vie réelle et de ses aspects misérables, vulgaires, cruels.
Parfois on pousse à tel point le processus de sublimation, que la femme finit par se confondre avec la sainte Vierge, et ceci déjà dans la célèbre sextine d’Arnaut Daniel, où la dame fait l’objet de véritables litanies : « qu’ilh m’es de joi tors e palais e chambra ». On rappelle que dans les Leys d’amour, ce manuel de poétique rédigé à Toulouse vers 1325, on prescrit de s’adresse à sa bien-aimée de manière que, par-delà ses apparences, on puisse aisément y reconnaître les traits de la sainte Vierge.


L’auteur

Maurizio Perugi est professeur de philologie romane à l’Université de Genève. Ses travaux philologiques et littéraires portent sur la langue d’oïl (édition critique de la Vie de saint Alexis, Genève, Droz, 2000), la langue d’oc (édition critique du troubadour Arnaut Daniel [1978] ainsi que plusieurs travaux de linguistique), le portugais (œuvre lyrique de Camôes ; Fernando Pessoa et ses hétéronymes), l’italien (Dante, Pétrarque, Boccace, Pascoli), la philologie comparée (pétrarquisme ; XIXe siècle). En collaboration avec Barbara Spaggiari, il a publié un manuel de critique des textes (Fundamentos da crìtica textual, Rio de Janeiro, 2004).


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 25 octobre). Maurizio Perugi – La Poésie des troubadours : un modèle européen de civilisation littéraire. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1n

  1. Il débute son activité poétique probablement à la fin du XIe siècle. En raison des nombreux problèmes d’interprétation, et plus encore d’authenticité, qui pèsent sur une bonne partie de son « corpus », il nous a paru opportun d’en faire abstraction dans le bref aperçu qu’on propose ici. []
  2. C’est elle qui, lors de son mariage avec Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, allait lui transmettre en dot ses fiefs du Sud-Ouest en même temps que l’héritage culturel de la France méridionale. []
  3. Les deux copistes y ont travaillé coude à coude, suivant un usage qui était largement répandu dans les scriptoria médiévaux (c’est essentiellement de ce fait qu’en philologie romane, la plupart des arbres généalogiques n’ont que deux branches). []
  4. Cette dernière partie renie la première par une volte-face où sont accumulés tous les poncifs de la misogynie médiévale et les arguments discréditant l’amour. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search