Handicap et emploi : obligation ou incitation ?

Dire ou ne pas dire ? Telle est la question… Celle de savoir s’il faut annoncer qu’on a un handicap lors d’une candidature à un poste, sur son CV, dans sa lettre de motivation ou en entretien d’embauche. Pour certains, la question ne se pose même pas : il paraît difficile de ne pas dire qu’on est en fauteuil roulant ou qu’on est aveugle par exemple. Je me suis souvent demandé ce qui se passerait si je n’annonçais pas à l’avance que j’étais en fauteuil roulant. Mais l’idée d’avoir une réaction décalée, un malaise ou une crise cardiaque sur la conscience m’en a toujours dissuadée. Toutefois, pour d’autres, porteurs d’un handicap invisible, il n’est pas forcément nécessaire d’annoncer tout de suite la couleur. Mais pourquoi cacher son handicap, me direz-vous ? Petite précision avant de poursuivre l’article : il ne sera question ici que d’emploi dans le milieu dit « ordinaire », donc pas dans les structures adaptées de types « ESAT[1] » ou autre.

Continuer la lecture de « Handicap et emploi : obligation ou incitation ? »

Handicaps : regards, perception, ou jugements ?

Dans mon premier article sur le blog des Éditions Universitaires d’Avignon « Handicap ou handicaps ? », je tentais de définir le handicap, de cerner ce qu’il est et de montrer en quoi il est relatif à une norme et à un environnement non accessible. Par ailleurs, j’expliquais qu’il est important de distinguer les différents types de handicaps, notamment entre handicaps visibles et invisibles, et de favoriser leur inclusion à tous, avec leurs besoins spécifiques, dans la société pour garantir à chacun ses droits et libertés de citoyen. Mais la personne en situation de handicap, surtout quand il est visible, l’est aussi de par le regard des autres qui peuvent lui rappeler, parfois assez durement, sa situation.

Continuer la lecture de « Handicaps : regards, perception, ou jugements ? »

Handicap ou handicaps ?

Handicap… Un mot qui laisse rarement indifférent, qu’il fasse peur, rende malheureux ou suscite une compassion, souvent sincère, et parfois malsaine. Ces réactions, négatives ou positives, ne viennent-elles pas in fine d’un manque de compréhension fondamentale de ce qu’est le handicap ?

Dans le langage courant, on dit bien « avoir un handicap », lorsque quelqu’un d’apparemment valide, sain et bien-portant, souffre d’un désavantage prolongé ou d’une circonstance qui complique l’accomplissement d’une tâche qu’il doit mener à bien. C’est une gêne en quelque sorte. Ainsi, avoir une poussette dans le métro parisien, dans lequel seules 3% des stations de métro disposent d’un ascenseur, est une forme de handicap. Mais, dès lors qu’on remédie à cette gêne, la personne revient à un état qualifié de « normal ».

Continuer la lecture de « Handicap ou handicaps ? »