Charlotte Heinzlef, Recettes de résilience urbaine

Les changements climatiques en cours engendrent des catastrophes de plus en plus fréquentes et violentes. Charlotte Heinzlef, jeune géographe, travaille à définir des outils d’aide à la décision pour la gestion des aires urbaines, principalement face aux risques d’inondations. Dans ce livre, qui fait suite à une conférence grand public donnée à l’université d’Avignon, l’auteure prend le temps d’expliquer simplement les notions à l’œuvre et les enjeux actuels. Du global au local, elle définit ce que recouvrent des termes comme gestion des risques ou résilience urbaine, pour ensuite centrer son propos sur les villes et finir en abordant directement Avignon. Les EUA proposent dans ce billet deux extraits et un texte inédit.

Continuer la lecture de « Charlotte Heinzlef, Recettes de résilience urbaine »

Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres

Parce que la vraie violence de la tragédie n’est pas tellement de tuer et de manger des enfants, la vraie violence de la tragédie, quand on y arrive, j’espère que l’on y touche un peu du doigt, c’est que l’on reste dans les ténèbres, tous. C’est ça la vraie violence, c’est qu’elle n’apporte aucune solution, rien, elle montre simplement l’impasse dans laquelle les êtres humains arrivent à se mettre et nous restons tous dans les ténèbres, je le sens bien.

Thomas Jolly
Continuer la lecture de « Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres »

Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…)

Après avoir montré, dans Ex ducere, les bases des principes d’éducation qui président à la formation des artistes humains et équins au sein de la compagnie Alexis Gruss, Alexis et Firmin Gruss développent ici l’aspect complémentaire : point d’éducation sans séduction. La piste, lieu travail et de spectacle privilégié par les écuyers, voltigeurs, acrobates et jongleurs d’une telle compagnie, invite à conjuguer éducation et séduction. Il y a là les deux principes qui doivent guider toute vie d’artiste, faite du culte de la beauté, de la perfection, de l’équilibre et du dépassement de soi. Sans séduction, point d’éducation reçue par l’artiste, ou par tout apprenant d’ailleurs, sans éducation, point de séduction par les artistes sur les spectateurs, ou par les écuyers sur les artistes équins…

Continuer la lecture de « Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…) »

Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

“Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux.”

Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d’un autre. Continuer la lecture de « Madeleine Louarn, La métamorphose des corps »