De la typographie, 1

Pour ce second billet « Environnement pro » du Carnet, c’est une dimension hautement poétique du métier qui va être examinée : la typographie, avec son corollaire évident, la mise en pages. Début du voyage en compagnie du livre d’Ellen Lupton, « Comprendre la typographie », publié en France, dans une seconde édition revue et augmentée, par Pyramid en 2015.

Continuer la lecture de « De la typographie, 1 »

Guy Cassiers, Romeo Castellucci : Europe, le regard des artistes

Dans un monde qui semble de plus en plus orienté vers les nationalismes et la construction de murs, il est important de se rappeler que l’Europe n’est pas un concept abstrait, ni un accord entre des puissances bancaires et financières, comme les analyses banalisantes de certains partis populistes veulent nous le faire croire. Contre ces dernières, trois manifestations culturelles de renommée internationale, le Festival d’Avignon, le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence et les Rencontres d’Arles, ont donné la parole aux artistes afin qu’ils s’expriment autour de la signification profonde de l’Union Européenne et sur les batailles que, à leur avis, elle devrait s’engager à mener.

Couverture du livre

Programmés au Festival d’Avignon 2011, Guy Cassiers et Romeo Castellucci ont été invités par Arnaud Laporte à se confronter, entre autre, sur des sujets brûlants d’actualité. Metteurs en scène affirmés, tous les deux ont derrière eux une formation en arts plastiques et une vision problématique de la société actuelle. Au centre de leurs préoccupations, la tendance généralisée aux divisions internes et le manque total de considération vis-à-vis de la création artistique de la part d’institutions et d’hommes politiques. Si Guy Cassiers se dit inquiet par rapport aux contrastes entre flamands et wallons qui déchirent la Belgique, son pays natal, Romeo Castellucci constate avec amertume que dans le sien, l’Italie, le théâtre et l’art sont loin d’être considérés comme des priorités :

Continuer la lecture de « Guy Cassiers, Romeo Castellucci : Europe, le regard des artistes »