Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

« Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux. »

Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d’un autre. Continuer la lecture de « Madeleine Louarn, La métamorphose des corps »

Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre

« Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on a besoin d’avoir des littératures immenses, d’être face à des choses qui sont gigantesques, pas par la taille ou la durée, mais par la pensée, l’élégance, la puissance de l’écriture. La situation est tellement critique qu’il ne suffit pas de choses « grandes » ou « bonnes », il faut des choses gigantesques. »

Faut-il lire au théâtre ? Julien Gosselin montre à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d’aller au-delà du théâtre parlé. Le théâtre, c’est aussi une lecture, des vidéos, de la poésie, de la musique. Un mélange des genres mis en pièces autour de grandes œuvres. Continuer la lecture de « Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre »

Angélica Liddell, De la représentation à l’exposition de soi

« Je ne cherche pas à être originale ou d’avant-garde. Non, pas du tout. Je cherche à être profondément influencée et la plus antique possible. »

Dans cet entretien se déroulant le jour de la dernière de ¿Qué haré yo con esta espada?, Angélica Liddell revient longuement sur l’importance de l’écriture à ses yeux et son exigence de rigueur esthétique. Elle aborde ses principales influences, son rapport au monde et à sa violence. Loin de toute provocation, elle évoque notre être primitif, la relative capacité à l’étonnement de nos sociétés et son souhait d’amour. Continuer la lecture de « Angélica Liddell, De la représentation à l’exposition de soi »

Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire

« Mouvement de l’air que l’on produit en expirant avec une certaine force ». C’est la première signification du mot « souffle », selon l’édition 2013 du Petit Robert. Sopro, « le souffle », est aussi le titre du spectacle que Tiago Rodrigues a présenté au Festival d’Avignon 2017, quand il a enchanté les spectateurs assis dans le Cloître des Carmes avec une parole tant délicate que tenace, comme le suggère la définition du dictionnaire. Surtout, avec une parole qui fait évoluer les choses, qui donne des impulsions et qui produit un « mouvement » : une parole créatrice. « Force qui anime, inspire, crée », continue le Petit Robert, dans la même entrée.

Lors du Festival, le comédien, metteur en scène et dramaturge portugais s’est aussi prêté, avec la bienveillance et l’humilité qui le caractérisent, au jeu des questions-réponses animé par Laure Adler, dans le cadre des Leçons de l’Université, un rendez-vous désormais rituel ouvert à tout public avec les artistes du Festival. Le spectacle, contrat imaginaire, le livre issu de cet échange riche et passionnant, va bientôt paraître dans le catalogue des Éditions Universitaires d’Avignon. En attendant, nous vous invitons à découvrir une personnalité d’exception, Tiago Rodrigues. Continuer la lecture de « Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire »