L’abbatiale de Saint-Gilles : un chef-d’oeuvre d’art roman méconnu

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1998 au titre du bien culturel « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France »1, l’Abbatiale de Saint-Gilles, située dans la Gard, est un élément majeur de l’art roman de la France méridionale. Au Moyen Âge, son rayonnement était tel que l’abbatiale attirait les pèlerins venant de toute l’Europe, souhaitant se recueillir sur la tombe de saint Gilles, son fondateur légendaire. Ainsi, au XIIème siècle, elle devient la quatrième destination de pèlerinage de l’Occident médiéval (derrière Jérusalem, Rome et Saint-Jacques-de-Compostelle). Classée aux Monuments historiques dès 1840, elle semble pourtant relativement méconnue de nos jours.

Continuer la lecture de « L’abbatiale de Saint-Gilles : un chef-d’oeuvre d’art roman méconnu »
  1.  Il s’agit du chemin emprunté tout au long de l’époque médiévale, et ce jusqu’à nos jours, par les innombrables pèlerins souhaitant rejoindre la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, lieu important de pèlerinage chrétien pour toute l’Europe. Située en Espagne, il fallait donc traverser la France.  []

L’inégale valorisation du patrimoine médiéval avignonnais : l’exemple de l’ensemble de la Vice-Gérance (XIIIe-XVe s.)

La ville d’Avignon, située au confluent du Rhône et de la Durance dans le département de Vaucluse, est une ville mondialement connue et visitée chaque année, non seulement pour son festival de théâtre, mais aussi pour son patrimoine historique médiéval, dont le Palais des Papes et le pont Saint-Bénézet sont la pierre angulaire. Ceinte de ses remparts et dominant le paysage par les hautes tours de son palais pontifical, celle qui se fait encore appeler de nos jours « la Cité des Papes » demeure indéniablement perçue comme une ville médiévale, non seulement par les visiteurs de passage, mais aussi d’une façon générale par ses habitants.

Continuer la lecture de « L’inégale valorisation du patrimoine médiéval avignonnais : l’exemple de l’ensemble de la Vice-Gérance (XIIIe-XVe s.) »

Peter Stotz, La Bible en latin : intangible ?

Il y a quelques jours nous obtenions l’accord de Peter Stotz pour publier une version numérique de son ouvrage, dans la traduction réalisée par Marianne Beauviche, sur la plateforme OpenEdition Books. Dans sa grande attention à autrui et à la qualité de la transmission du savoir, il nous avait même proposé de premières corrections typographiques. Nous venons d’apprendre son décès. Nous souhaitons lui rendre hommage en publiant les premières pages du livre.

Continuer la lecture de « Peter Stotz, La Bible en latin : intangible ? »

Hérétiques et usuriers, les infâmes du Moyen Âge

« Ces hérétiques étaient les uns Ariens, d’autres Manichéens, quelques-uns même Vaudois ou Lyonnais. […] Nos contrées, comme frappées de réprobation et sur le point d’être maudites, ne produisaient plus guère que des épines, des chardons, des ravisseurs, des brigands, des voleurs, des homicides et des usuriers notoires. […] Les ténèbres s’épaississaient, la nuit de l’ignorance s’étendait, et au milieu de cette nuit passaient et repassaient les bêtes sauvages de la forêt du Diable. », G. de Puylaurens, Chronique sur la guerre des albigeois, XIIIe siècle.1

Continuer la lecture de « Hérétiques et usuriers, les infâmes du Moyen Âge »