Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire

« Mouvement de l’air que l’on produit en expirant avec une certaine force ». C’est la première signification du mot « souffle », selon l’édition 2013 du Petit Robert. Sopro, « le souffle », est aussi le titre du spectacle que Tiago Rodrigues a présenté au Festival d’Avignon 2017, quand il a enchanté les spectateurs assis dans le Cloître des Carmes avec une parole tant délicate que tenace, comme le suggère la définition du dictionnaire. Surtout, avec une parole qui fait évoluer les choses, qui donne des impulsions et qui produit un « mouvement » : une parole créatrice. « Force qui anime, inspire, crée », continue le Petit Robert, dans la même entrée.

Lors du Festival, le comédien, metteur en scène et dramaturge portugais s’est aussi prêté, avec la bienveillance et l’humilité qui le caractérisent, au jeu des questions-réponses animé par Laure Adler, dans le cadre des Leçons de l’Université, un rendez-vous désormais rituel ouvert à tout public avec les artistes du Festival. Le spectacle, contrat imaginaire, le livre issu de cet échange riche et passionnant, va bientôt paraître dans le catalogue des Éditions Universitaires d’Avignon. En attendant, nous vous invitons à découvrir une personnalité d’exception, Tiago Rodrigues. Continuer la lecture de « Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire »

Claude Régy, Le Théâtre sensation du monde

Au lendemain de la création de Rêve et folie, annoncé comme son ultime spectacle, les EUA proposent de reparcourir la riche carrière d’un des plus grands metteurs en scène contemporains : Claude Régy.

Il y a cinq ans, le Festival d’Avignon lui rendait hommage avec la projection de Brume de dieu, film d’Alexandre Barry d’après la mise en scène éponyme de Régy. En cette occasion, le 15 juillet 2013, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse lui dédiait une Leçon animée par Laure Adler. Cet entretien permet de connaître de plus près l’univers d’un artiste sensible et profondément humain. Continuer la lecture de « Claude Régy, Le Théâtre sensation du monde »