Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres

Parce que la vraie violence de la tragédie n’est pas tellement de tuer et de manger des enfants, la vraie violence de la tragédie, quand on y arrive, j’espère que l’on y touche un peu du doigt, c’est que l’on reste dans les ténèbres, tous. C’est ça la vraie violence, c’est qu’elle n’apporte aucune solution, rien, elle montre simplement l’impasse dans laquelle les êtres humains arrivent à se mettre et nous restons tous dans les ténèbres, je le sens bien.

Thomas Jolly
Continuer la lecture de « Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres »

Jacques Lassalle, Le théâtre oui quand même

À regarder la liste des ouvrages publiés par les EUA, force est de constater que s’y rencontrent nombre de metteurs en scène, de comédiens parmi les plus importants. Emblématiquement, il y a près de dix ans, l’Université recevait Jacques Lassalle, pour une Leçon animée par Laure Adler.

Il s’étonne tout d’abord de son rapport au théâtre. Si effectivement le théâtre est essentiel dans sa vie, il est tout aussi vrai que le théâtre lui inspire soupçon, ennui ou même colère. Il s’intéresse également à ce que le théâtre ordinairement récuse, le tout-venant. Son orientation esthétique sera précisément de mettre en scène « la formidable densité du réel ».

Continuer la lecture de « Jacques Lassalle, Le théâtre oui quand même »