Thomas Quillardet, Épanouis et virevoltants

« Recherche », « éducation », « développement ». Au début de Tristesses et joie dans la vie des girafes, pièce pour jeune public signée par Tiago Rodrigues, l’on retrouve tous les mots qui jalonnent le parcours créatif de Thomas Quillardet, metteur en scène du spectacle au Festival d’Avignon 2017 :

« Me voici en position de présenter un exposé intitulé Tristesse et joie dans la vie des girafes. J’espère que vous aurez plaisir à voir ce travail et que vous ne serez pas guettés par l’ennui. Un exposé est une recherche, faite par un ou plusieurs élèves, dans le but de la présenter à l’école. L’école est le bâtiment où les élèves absorbent l’éducation. L’éducation est un ensemble de règles pour le développement du corps et de l’esprit. »

Couverture du livre de Quillardet

L’entretien qu’il a donné à cette occasion s’inscrit dans le cycle des Leçons de l’Université, des rendez-vous, ouverts à tout public, avec les metteurs en scène du Festival. Une sélection de ces interviews animées par Laure Adler est publiée, chaque année, par les Éditions Universitaires d’Avignon, dans la série du même nom, à l’intérieur de la collection Entre-Vues. Parmi les trois Leçons du Festival 2017 qui seront éditées à la fin de juin prochain figure celle de Thomas Quillardet. Dans l’attente de leur imminente parution en librairie, les EUA vous invitent à mieux connaître le parcours artistique de ce metteur en scène et à découvrir la sensibilité artistique de ses créations.

Dans les jardins de la Villa Supramuros, Thomas Quillardet – comme Girafe, l’héroïne âgée d’à peine neuf ans de la pièce de Rodrigues – expose sa propre recherche. Le public auquel il s’adresse n’est certes pas composé d’enfants, mais dans sa façon de parler il y a, aussi, toute l’humilité d’un garçon présentant à ses camarades le devoir qu’il a fait à la maison. Le souvenir de cette saison de sa vie, du premier atelier de théâtre, fréquenté quand il était encore très jeune, reste profondément ancré dans sa mémoire d’adulte et d’artiste :

« […] je n’ai pas de leçons à faire et en tout cas ça m’embêterait que mes spectacles soient des leçons. Je reviens à cette moquette grise de la MJC de Sartrouville, c’est-à-dire à cette première sensation du « tout est possible », élargissons les murs grâce à l’art, créons de la vie à l’intérieur de la prison que l’homme s’est construit. »

Pourtant, avec son air humble, Thomas Quillardet a beaucoup à enseigner, aux petits comme aux plus âgés. À travers son regard attentif, le metteur en scène, comme la protagoniste de la pièce, questionne l’univers qui l’entoure et ne craint pas d’en souligner paradoxes et contradictions. À la différence de Girafe, il a trouvé sa place dans la société et peut compter sur une connaissance directe du monde. Pourtant, si la saison des recherches scolaires est désormais terminée pour lui, la recherche, dans son sens étymologique de « quête », est loin d’être clôturée pour l’artiste qu’est Quillardet. C’est ainsi que le théâtre lui-même devient, à ses yeux, une aventure créative, la plus belle de toutes.

« J’aime bien ce mot aventure, parce que déjà il me reconnecte avec des choses de l’enfance, puisqu’on aime bien les aventures quand on est enfant et je pense que le théâtre, ça doit être une aventure. »

Avec la curiosité et la fougue d’un enfant, dans Tristesse et joie dans la vie des girafes Thomas Quillardet nous charme avec un récit tout à la fois ironique et émouvant, le conte de l’aventure d’une petite fille qui se mesure à des problèmes et des difficultés qui semblent la submerger. À travers ses yeux, nous voyons défiler non seulement le Portugal de la crise économique et des vides affectifs, mais, plus en général, la société d’aujourd’hui et nos styles de vie.
Dans un bouleversement continuel de points de vue, la pièce nous montre que toute situation peut être modifiée, que rien n’est trop grand par rapport à notre taille, aussi petite soit elle. Parfois, il suffit juste de changer la perspective :

« J’ai aussi une autre lubie […] c’est la lubie des échelles : c’est-à-dire que je passe de choses minuscules, de la toute petite voiture, par exemple, à quelque chose de beaucoup plus grand, avec des ombres, avec un plateau qui grandit ou rapetisse. Je mélange un peu ça dernièrement. Donc c’est peut-être par là qu’on arrive à créer plusieurs temporalités. »

Plusieurs pays, plusieurs temporalités. Grâce à ce spectacle, Thomas Quillardet nous plonge au cœur d’un voyage à travers l’espace et les âges : un chemin vers la découverte de l’autre et, surtout, vers la connaissance de soi-même. Pour ce faire, il nous invite à nous souvenir des jours passés, quand tout avait encore un goût d’inconnu et que le monde s’offrait à notre vue tel un immense plateau de théâtre, un lieu où, par magie, tout devenait possible. Voici la leçon que le metteur en scène nous donne, avec la fraîcheur, la joie et l’innocence d’un enfant.

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Thomas Quillardet :

Thomas Quillardet sur Wikipédia
Page Thomas Quillardet sur le site de la Maison Antoine Vitez
Présentation de Thomas Quillardet et du spectacle sur le site du Festival d’Avignon
La Leçon de l’Université sur le site de France Culture
Actualités de Thomas Quillardet sur le site de theatre-contemporain.net

Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités à partir du 10 juillet 2018.

Citer cet article : Lavinia De Rosa, "Thomas Quillardet, Épanouis et virevoltants," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 14 juin 2018, https://eua.hypotheses.org/205.